Voir la fiche complète du film : Raiders of the Lost Shark (Brett Kelly - 2015)

Raiders of the Lost Shark

Un survival animalier qui repousse toujours plus loin les limites du concevable en matière de sharksploitation. On ne peut absolument rien en retirer, pas même un soupçon d’indulgence au vu de l’entreprise fauchée et déplorable d’un tel produit. L’ensemble est tellement mauvais qu’il se résume à une effroyable perte de temps et de neurones…
Publié le 15 Septembre 2019 par Dante_1984Voir la fiche de Raiders of the Lost Shark
1
Requin

Plus que n’importe quelle autre décennie, les années2010 auront été le prétexte à un florilège de navets et autres nanars en puissance dans le domaine de la sharksploitation. Des étrons cinématographiques tout droit sortis d’un imaginaire aussi limité que dérangé, le survival animalier s’est vu infliger de terribles exactions. En marge des frasques de SyFy et Asylum, de misérables petites séries Z ont vu le jour. De sinistre mémoire, il est une piètre tentative, indigne d’être qualifiée de métrage. Une chose informe sur le plan scénaristique et fauché sur l’aspect budgétaire (et de l’originalité): l’effroyable Jurassic Shark qui tient le haut du panier en matière d’immondices sur bobines.

Il y a de quoi être gênée...

Pour notre plus grand malheur, Brett Kelly récidive pour pondre une vraie fausse suite de sa bévue monumentale. L’initiative semble improbable et le résultat tout aussi déplorable que son prédécesseur. D’ailleurs, le titre relève du non-sens ultime. Il n’est pas ici question d’amalgamer le film d’aventures façon Indiana Jones avec Les Dents de la mer. D’une part, on ne voit pas comment pareil croisement pourrait accoucher d’une intrigue potable. D’autre part, l’affiche est mensongère avec, chose rare pour le souligner, aucun élément présent dans le film lui-même. Jet ski, avion et hélicoptères pointent aux abonnés absents. Même le bâton de dynamite ne figure pas au casting!

Et le requin? Il paraît difficile, voire insultant, de comparer un squale à cet amas de pixels mal dégrossis. En nous ressassant la sempiternelle survivance du mégalodon, cette bouillie ignoble ne respecte aucune échelle de grandeur. Pour peu, on pourrait presque penser à un requin-tigre de par sa taille. Mais ce n’est rien en comparaison de sa raideur ou de sa présence furtive. Certaines attaques ne dépassent pas la seconde. Dans ces conditions, pourquoi s’embarrasser d’une incrustation potable ou d’une animation crédible? Quant à l’évolution d’un requin volant (non identifié), on se sert d’une image 2D qui vaque de droite à gauche ou en diagonale le long de l’écran.

Quand on voit ce qu'il y a sous l'eau

On peut évoquer dans les derniers moments, l’usage de jouets en plastique pour réaliser des gros plans sur la gueule, puis la mâchoire de la bête! Le grotesque consommé côtoie une indigence extrême. Et cela touche également le déroulement qui multiplie les séquences redondantes, les plans similaires et les échanges à la fois soporifiques et impavides. Tout se contredit alors que le scénario ne tient même pas sur un grain de sable. Non seulement les «moyens» et le casting sont déplorables à plus d’un titre, mais le pseudo-cinéaste responsable d’une telle débandade est incapable de raconter une histoire. Il est tout aussi incompétent à aligner deux lignes de dialogue à minima logiques.

Le seul mérite que l’on pourrait lui octroyer serait de ne pas faire les choses à moitié dans l’ineffable bêtise où il se complaît. Il n’hésite pas à s’autoplagier dans sa médiocrité en évoquant une vague continuité avec Jurassic Shark. L’île isolée, les idiots de service qui ne trouvent rien de mieux à faire que jouer les hors-d’œuvre, la structure totalement anarchique... On n’échappe même pas à l’interminable générique de début et celui censé conclure cette gageure sans nom. Comptez près de quinze minutes sur les 70 minutes totales. On se rapproche donc d’un moyen métrage où ces intermèdes à rallonge font office de répit et de délivrance au vu des exactions commises.

Et dans les airs !

Au final, Raiders of the Lost Shark est une escroquerie scandaleuse qui ferait passer les productions Asylum pour de bons films. Un tel niveau de nullité abyssale laisse perplexe ou pantois, selon le point de vue adopté. Comment est-il possible de pouvoir sortir une telle abjection sans avoir un minimum de recul et d’amour proprepour le septième art ? Absolument rien ne tient plus d’une poignée de secondes. Aucun budget, aucune idée, aucun talent... Les acteurs sont en roue libre et, au vu de leur mécompréhension totale du récit, on peut s’interroger sur leur capacité intellectuelle. Bref, encore plus nauséabond et minable que Jurassic Shark. Il fallait oser et le faire!

A propos de l'auteur : Dante_1984
Portrait de Dante_1984

J'ai découvert le site en 2008 et j'ai été immédiatement séduit par l'opportunité de participer à la vie d'un site qui a pour objectif de faire vivre le cinéma de genre. J'ai commencé par ajouter des fiches. Puis, j'ai souhaité faire partager mes dernières découvertes en laissant des avis sur les films que je voyais.

Autres critiques

Choose
Un torture porn dans la lignée de Saw et The collector , voilà comment nous est présenté Choose . Un thriller horrifique raté essayant vainement de mixer Saw et Seven , voilà comment moi je le présenterais. Car les scénaristes avaient manifestement le film de David Fincher en tête quand ils ont écrit le scénario de leur navet. Oui, navet. Et pourtant Dieu sait que j'avais envie de l'aimer ce...
Le fantôme de Milburn
Adapter un roman pour le grand écran est toujours délicat. Si l’on part du principe que le livre est un best-seller, l’attente des lecteurs est une pression supplémentaire pour la production. Or, il existe deux types d’adaptation: celle purement mercantile qui se moque bien de l’histoire originelle et des personnes qui l’apprécient. Celle qui tente de coller au plus juste à la vision de l’auteur...
Thriller
Devenue muette à la suite d'une agression, la jeune Frigga vit paisiblement à la campagne avec ses parents. Ratant son bus pour se rendre en ville, elle rencontre Tony, un bellâtre qui la kidnappe et la drogue, dans le but d'en faire une prostituée. A l'occasion de sa récente sortie française en DVD, retour sur un film qui a fait couler beaucoup d'encre à sa sortie. En 1973, le cinéma d'...
Stake Land
A l'époque de ma critique de Mulberry Street , j'avais déjà loué la capacité du réalisateur Jim Mickle à tirer le maximum des maigres moyens mis à sa disposition et force est de constater qu'avec Stake Land , il a encore augmenté son niveau d'un cran, en gommant les imperfections de son précédent essai. Ce faisant, il réalise le sans-faute, propulsant son road-movie vampirique au rang de film à...
Doom Annihilation
Il est malheureusement de notoriété publique que le cinéma et les jeux vidéo ne font guère bon ménage quand il s’agit d’adapter une œuvre vers l’autre format. De titres à licence bâclés en longs-métrages qui relèvent du navet ou du nanar, il est difficile de trouver des productions notables, hormis le Silent Hill de Christophe Gans. En 2005, Andrzej Bartkowiak réalisait Doom ,...