Voir la fiche complète du film : La Famille Addams : les Retrouvailles (Dave Payne - 1998)

La Famille Addams : les Retrouvailles

Un "suite" télévisuelle qui est très loin d'atteindre le niveau des versions cinématographiques...
Publié le 23 Octobre 2009 par GeoffreyVoir la fiche de La Famille Addams : les Retrouvailles
4
Hôtel

Le problème d'un film comme La famille Addams : Les Retrouvailles c'est qu'en plus de passer après deux excellents films qui avaient eu droit aux honneurs des salles obscures, il se retrouve destiné directement à la télévision. Et même si un téléfilm n'est pas forcément plus mauvais qu'un film de cinéma, que du contraire, avoir à la réalisation un tâcheron comme Dave Payne (qui n'avait pas encore réalisé les Reeker) n'inspirait pas la plus grande confiance. Malheureusement à la vision de La Famille Addams : Les Retrouvailles, les craintes s'avèrent justifiées et la comparaison avec les excellents films de Sonnenfeld est d'autant plus cruelle...


Mmmh, répéte-moi encore qu'on joue dans une daube!

Pourtant le pitch n'est pas plus bête qu'un autre, même s'il limite déjà fortement les possiblités scénaristiques: Gomez s'est mis en tête de retrouver son arbre généalogique. Quand une agence spécialisée le lui envoie avec en prime une invitation à rencontrer ses cousins, Gomez n'hésite pas et emmène sa famille à la rencontre de leurs parents éloignés. Mais un bug informatique dans le système de l'agence a envoyé les Addams chez les Adams...


Des retrouvailles qui n'ont rien de joyeuses...

Commençons par ce qui fâche le plus dans ce troisième long métrage de la famille la plus barge d'Amérique: les acteurs. Mauvais comme des cochons et peu aidés par un doublage catastrophique, les personnages du film de Dave Payne sont à mille lieues de leurs homologues du cinéma, voire même de la vieille série TV. Daryl Hannah en Morticia n'est tout simplement pas à sa place et est loin de la grâce glacée que dégageait Angelica Huston. Dans le même ordre d'idées, Tim Curry, par ailleurs excellent acteur (inoubliable Pennywise dans Ca de Tommy Lee Wallace) a bien du mal à effacer le souvenir du génial Raul Julia dans ce même rôle. Pourtant moins mauvais que le reste de la troupe, Tim Curry se contente d'essayer de reproduire le jeu de Julia sans en avoir la classe (dans ce rôle en tout cas, entendons-nous bien).
Et que dire de la grand-mère, hystérique au possible, tout comme l'oncle Fétide qui s'agite et vocifère comme s'il s'était enfilé un rail de coke avant chaque scène. Nicole Fugere en Mercredi Addams est encore la seule qui n'a pas trop à rougir de la comparaison avec son aînée même si Christina Ricci restera pour longtemps LA Mercredi. Pugsley ressemble à un tranche de veau tant son charisme, malgré son physique imposant, est proche de zéro. Signalons tout de même que Carel Struycken reprend le rôle de Lurch qu'il tenait déjà dans les autres films mais à part lui le casting est loin d'être fameux et la suite est malheureusement du même acabit.


Si même le film nous dit qu'il vaut mieux l'éviter...

La réalisation est logiquement très télévisuelle mais cela se marie très mal avec les joyeux débordements de notre famille. Ces derniers demandent plus de budget et d'inventivité visuelle pour être hilarants à l'écran mais ce n'est pas le cas ici. Les quelques effets spéciaux sont foireux mais surtout les gags en eux-mêmes sont faciles et extrêmement lourds, loin de la finesse qui caractérisait les films de Sonnenfeld. Le pire doit sans doute être la scène du chien se transformant en monstre qui nous est resservie 5 fois en tout. Déjà qu'elle n'était qu'à moitié drôle la première fois, imaginez ce que celà donne au bout de plusieurs répétitions... Quelques séquences parviennent néanmoins à nous dérider, mais elles sont breves et découlent la plupart du temps de Mercredi et Pugsley ou pire, du vieil homme qui ne fait pas partie de la Famille Addams. Un comble tout de même!

Bref, il est inutile de tirer encore plus sur la corde: La Famille Addams : Les retrouvailles ne vaut vraiment pas le détour. Mieux vaut en rester aux séries TV et surtout aux 2 films de Barry Sonnenfeld.
 

A propos de l'auteur : Geoffrey
Portrait de Geoffrey

Comme d'autres (notamment Max et Dante_1984), je venais régulièrement sur Horreur.net en tant que lecteur, et après avoir envoyé quelques critiques à Laurent, le webmaster, j'ai pu intégrer le staff début 2006. Depuis, mes fonctions ont peu à peu pris de l'ampleur.

Autres critiques

Jurassic Attack
Les dinosaures ont toujours suscité la peur et l'émerveillement. Le cinéma l'a vite compris pour en faire une figure de proue de l'aventure et du fantastique. Malgré quelques essoufflements, c'est en 1993 qu'un certain Spielberg nous offre le film de dino par excellence : Jurassic park. S'en suivront deux séquelles et... comme Les dents de la mer, une tripotée de navets...
Douce Nuit - Sanglante Nuit 3: Coma Dépassé
Aux côtés de mastodontes tels que Vendredi 13 ou Halloween , Douce nuit, sanglante nuit fait office de petit poucet du slasher. Peu connu en dehors d’un cercle restreint de spectateurs, la saga prévaut avant tout pour son premier volet, correct dans la progression avec un massacre généreux au menu. En revanche, la suite périclitait la franchise dans une nullité hallucinante. Écriture au rabais,...
Sharknado 5 - Global Swarming
En seulement cinq ans, Sharknado est devenu le porte-étendard de l’absurdité made in Asylum. Au fil d’épisodes tous plus catastrophiques et idiots les uns que les autres, la franchise revient annuellement pour nous gratifier d’un nouveau lot de situations pleines de non-sens, d’acteurs en fin de course, sans oublier des squales délurés. On ne change rien ou presque à la...
Paperhouse
Pour les amateurs de films d'horreur, Bernard Rose n'est pas un inconnu. Il est l'inventeur de l'un des boogeymen, entendez par là tueurs en série, monstres immondes et autres bestioles dérangés rejoignant Freddy, Jason ou encore Michael Myers, les plus connus de la planète. Créateur de Candyman , le monstre naît de la haine raciale qui sera par la suite l'objet de deux suites de mauvaise qualité...
Un Coup de Tonnerre
Il n'y a rien à faire, malgré que le sujet ait été exploité à de multiples reprises, chaque film abordant le voyage dans le temps et ses conséquences attise encore la curiosité. Il faut dire que les possibilités sont infinies et que voir ce qu'aurait pu devenir notre monde si tel ou tel événement s'était produit reste toujours très excitant. Bien fait, ça peut donner des choses telles...