Voir la fiche complète du film : Baba Yaga (Caradog W. James - 2016)

Baba Yaga

Un film d’épouvante qui souffle le chaud et le froid. La faute à une intrigue mal dirigée qui tend à s’éparpiller au lieu de se focaliser sur une trame narrative claire. L’approche psychologique initiale passant à des considérations horrifiques beaucoup trop conventionnelles et flagrantes pour convaincre. Il réside néanmoins une atmosphère glauque réussie.
Publié le 3 Novembre 2018 par Dante_1984Voir la fiche de Baba Yaga
6

Issue de la mythologie slave, la légende de Baba Yaga a très tôt imprégné l’imaginaire collectif, notamment dans le domaine cinématographique, littéraire ou musical. Tour à tour considérée comme une guerrière, la gardienne du royaume des morts et la maîtresse du monde sauvage, l’image de la sorcière la plus véhiculée demeure la ravisseuse d’enfants. Et c’est d’ailleurs sur cette base que Caradog W. James, responsable de The Machine, décide d’axer son histoire d’épouvante. Hormis des références comme Insidious, The Conjuring ou Sinister, ce type d’initiatives se solde rarement par des qualités probantes. Baba Yaga réussit-il à inverser la tendance ?

Une histoire à dormir debout ?

L’approche n’est pas pour déplaire puisqu’elle tend à s’inspirer de multiples influences. L’angle principal s’arroge les codes de la légende urbaine. Évoquant Bloody Mary et Candyman, le mythe de Baba Yaga trouve ici une résonnance contemporaine pertinente. Si l’histoire est issue du folklore russe, son traitement laisse à songer aux productions asiatiques du même acabit. D’ailleurs, l’ambiance et l’entité démoniaque ne sont pas sans rappeler Kayako (The Grudge) ou Sadako (The Ring). Les longs cheveux filasses, ainsi que la silhouette tortueuse et squelettique, contribuent grandement à cette impression. Pour parfaire le tableau, l’atmosphère malsaine se rapproche énormément de Mister Babadook.

L’on se dit alors qu’avec de telles références, on tient là un chef d’œuvre ou un film qui manque cruellement d’identité. Or, le constat est plus ambivalent qu’escompté. Car, d’un point de vue purement formel, ce DTV emprunte les atours d’une production cinématographique de haute volée. La photographie exploite à merveille les nuances de chaque exposition. L’exemple le plus frappant de ces somptueux jeux de lumière réside dans l’atelier de Jess (Katee Sackhoff). Mais le rendu est aussi remarquable dans le travail de l’obscurité, notamment avec des zones plongées dans les ténèbres et des plans noyés dans une aura écarlate poisseuse.

Une ombre se tient entre nous...

Le cadrage est également soigné pour susciter sur la suggestion d’une présence invisible et hostile. Des mouvements furtifs de caméra aux contrechamps, le cinéaste maîtrise son sujet. Toutefois, certaines séquences anticipent trop les jump-scares, les rendant par la même relativement prévisibles. Ils conservent néanmoins leur efficacité si l’on se prête au jeu. En somme, on a droit à une production relativement modeste qui réussit à tirer parti de l’environnement et de la peur du noir, nous renvoyant à quelques phobies enfantines. Et c’est là toute l’importance du métrage au vu du statut de ravisseuse d’enfants de l’antagoniste.

Malgré ces qualités indéniables, l’on notera un bémol de taille pour être pleinement convaincu: l’histoire. Non pas que celle-ci soit percluse d’incohérences, mais sa progression souffre de nombreuses errances. Sans doute est-ce dû à la somme des références qui l’accable, toujours est-il que l’on vaque entre ghost-story et boogeyman sans trouver un juste équilibre. Preuve en est avec un dénouement passablement confus où le twist final ne surprend guère. Le tout étant rehaussé par une allégorie explicite et pseudo-mystique d’Hansel et Gretel. Un écueil difficilement excusable qui aurait gagné à subir un élagage narratif pour rester crédible.

La foi ne vous sera d'aucun secours !

Au final, Baba Yaga laisse une petite déception en travers de la gorge. Sans pour autant être un ratage éhonté, le film de Caradog W. James souffre d’une intrigue brouillonne qui ploie sous les ambitions de son réalisateur. Son évolution chaotique solde son discours par un imbroglio scénaristique qu’on aurait aimé plus nuancé et ambigu. Du reste, l’ambiance est globalement efficace, et ce, en dépit des nombreux clins d’œil à d’autres métrages similaires. On saluera une photographie exemplaire qui rappelle que l’épouvante tient majoritairement à la suggestion. Concept pourtant délaisser dans une seconde partie poussive.

A propos de l'auteur : Dante_1984
Portrait de Dante_1984

J'ai découvert le site en 2008 et j'ai été immédiatement séduit par l'opportunité de participer à la vie d'un site qui a pour objectif de faire vivre le cinéma de genre. J'ai commencé par ajouter des fiches. Puis, j'ai souhaité faire partager mes dernières découvertes en laissant des avis sur les films que je voyais.

Autres critiques

Terreur dans l'Arctique
Quand on s’attaque au survival animalier, on peut choisir de créer sa propre bestiole, de reprendre un animal existant ou une espèce disparue. Parfois, l’amalgame de ces éléments donne lieu à quelques aberrations tant biologiques que cinématographiques. Aussi, le fait de se cantonner à une ligne directrice plutôt claire relève déjà de l’exploit. Cela sans compter les multiples...
Blood Dolls
Impossible de commencer cette critique sans un petit rappel de qui est Charles Band et de la société qui lui est fondamentalement associée, Full Moon . Il s'agit d'une société qui a produit un nombre assez impressionnant de films d'horreur et qui continue aujourd'hui encore à faire des films un peu plus obscurs. À l'image de The Asylum qui bouffe à tous les râteliers, Full Moon et Charles Band s'...
Psycho Shark
Au même titre que le survival animalier, les films de requins ne sont pas forcément l’apanage du cinéma nippon. Privilégiant les récits horrifiques tournés vers les malédictions et autres spectres belliqueux, l’archipel fait alors preuve d’exotisme en s’immisçant dans le genre. Parfois présenté sous le titre racoleur de Jaws in Japan , Psycho Shark semble pourtant tout...
Space Time : L'Ultime Odyssée
Connaissez-vous le groupe de punk-rock américain Blink 182 ? Si vous avez moins de 35 ans, je parierais que oui. Dans le cas contraire, sachez simplement que ce groupe a eu beaucoup de succès au début des années 2000 avec des titres tels que What's My Age Again? , Adam's Song , All the Small Things ou encore The First Date . Si je vous en parle, c'est parce que son guitariste Tom...
Twilight - Chapitre 3 : Hesitation
« Les feux de l’amour » Le temps est venu de fusiller le nouvel épisode de la saga Twilight . La seule question est de savoir s'il faut s’acharner dessus ou rester timoré? Car si le premier film arrivait à jongler avec bon nombre d’éléments en respectant les limites de l’acceptable, la suite versait déjà trop dans la mièvrerie. Et cela continue dans cette seonde séquelle. Mais d’où vient cette...