Voir la fiche complète du film : House 4 (Lewis Abernathy - 1992)

House 4

Roger et sa famille sont victimes d'un accident de voiture en revenant d'un week-end passé dans la vieille demeure familiale. Si ce film ne faisait pas partie de la franchise des House, il est probable qu'on pourrait le confondre avec n'importe quel téléfilm de seconde zone...
Publié le 16 Septembre 2009 par GORE MANIACVoir la fiche de House 4
1

**Attention, cette critique contient des spoilers**

Roger Cobb et sa famille sont victimes d'un accident de voiture en revenant d'un week-end passé dans la vieille demeure familiale. Roger meurt, laissant sa fille, paralysée, et sa femme, derrière lui. Contre l'avis du frère de Roger, qui souhaitait la vendre, l'épouse du héros décide d'emménager dans cette étrange maison.

 


Lancée en 1986, dans le but de proposer une alternative moins sérieuse aux Poltergeist et autres Amityville, la franchise des House a toujours tenté d'établir un second degré et un aspect plus drôle à la thématique de la maison hantée, sujet maintes fois évoqué par le cinéma fantastique.
Après un premier film plutôt enthousiasmant, cette série se perdit finalement bien vite dans la série B grotesque (l'opus deux et son western cadavérique), avant de sembler vouloir se clôturer sur un volet guère en rapport avec ses prédécesseurs, mais honorable. Néanmoins, en 1992, Sean Cunnigham tenta le diable en relançant la saga.


De par son scénario initial (le retour du héros du premier film, Roger Cobb, et à nouveau une maison comme pièce centrale de l'histoire), House IV tente de redonner un nouvel élan à cette série, en renouant avec l'esprit du premier volet. Autre point commun entre les deux métrages, l'humour noir.
Réalisateur du premier Vendredi 13, le Sean Cunningham producteur offre sa première mise en scène à Lewis Abernathy (que l'on retrouve comme scénariste de Terminal Invasion, réalisé par Cunnigham en 2002), tandis que Wiliam Katt apporte sa bonne bouille au personnage de Roger Cobb. La présence au générique du compositeur Harry Manfredini apporte un autre gage de qualité non négligeable.


Toutefois, les points précités sont les seuls positifs, et ce qui est ennuyeux est que ces points disparaissent...dès le générique de début achevé !

 


Première ombre au tableau du scénario, la mort trop rapide du héros. Seul visage connu du casting, le rare William Katt est tué au bout d'un quart d'heure, laissant le spectateur dans un état comateux que la mise en scène poussive ne permet pas de vaincre. Malgré la mine épanouie de la petite fille, on peine à partager son enthousiasme à mesure que sa mère perd la tête dans une maison en ruines qui n'est finalement pas si hantée que ça. Le vieux chaman de service apporte son côté "mystère local" à la franchise, dont la maison devient désormais bénéfique pour ses propriétaires, le Mal se situant maintenant ailleurs.
Si vous cherchez un moment de frisson dans cette série C, passez votre chemin, les scénaristes ayant visiblement supprimé ce mot de leurs petites feuilles blanches.


L'humour, autre point fort de la saga, est certes mis en valeur. Mais, du sketch de la pizza vivante (probablement la scène la plus ridicule de l'histoire du cinéma fantastique) à l'abat-jour de chien qui prend vie, en passant par les voleurs déguisés en insectes géants, tout est criant de mauvais goût et de stupidité, là où le premier film se montrait innovant, féroce et drôle.
Ajoutons à cela la coupe de cheveux très eighties de l'actrice principale (style Tina Turner au réveil), et le nain se noyant dans sa bile en guise de vilain, et l'on obtient l'un de ces métrages navrants de par son manque d'épaisseur et d'idées, à tel point que l'on se demande à quoi bon produire (et regarder) ce genre d'âneries. Le comble est que ce film se prend au sérieux, de sorte que l'on ne peut même pas profiter au moins de ce fameux second degré.

 


Si ce film ne faisait pas partie de la franchise des House, il est probable qu'on pourrait le confondre avec n'importe quel téléfilm de seconde zone que ne manqueront pas de diffuser les chaînes de la TNT dès cet été.
Le seul risque avec ce genre de programme, c'est que sa parution à petit prix en DVD permet sans doute à son producteur de rentrer dans ses frais et...d'oser un jour nous proposer un House V, la seule véritable frayeur à avoir après avoir regardé ce nanard grotesque, à éviter comme la peste.

A propos de l'auteur : GORE MANIAC
Portrait de GORE MANIAC

J'essaie de partager ma passion pour un cinéma méconnu, mais qui mérite incontestablement qu'on s'y arrête !

Autres critiques

Evangelion: 1.0 You Are (Not) Alone
Série japonaise culte, Neon Genesis Evangelion est quasiment un passage obligé pour tous les fans de Mécha ou d'animation nippone. Il faut dire que la réalisation excellente ainsi qu'un scénario en béton (malgré une fin plutôt bâclée) avaient mis tout le monde d'accord et généré un enthousiasme rarement vu, entraînant dans son sillage une horde de fans. Bref, Evangelion avait été un gros succès...
All the Creatures Were Stirring
Les films à sketches ont le mérite de mettre en scène des récits dont le contenu ne peut tenir sur la longueur. En ce sens, le principe reste similaire à un recueil de nouvelles. Le concept peut compiler des histoires qui ne présentent pas forcément de liens entre elles. Toutefois, la majeure partie des productions proposent un fil rouge et une thématique précise. Qu’il s’agisse de...
Invisible Man
Depuis l’œuvre d’H.G. Wells, l’invisibilité est devenue un thème récurrent dans la science-fiction, ainsi que dans le fantastique. En suggérant l’impunité de méfaits, elle est généralement considérée comme le vecteur d’une morale vacillante. De nombreuses adaptations ont vu le jour au fil des décennies, transposant le mythe avec plus ou moins de succès dans le...
Doom
La saga Doom est connue de tous les fans de jeux vidéo pour avoir popularisé tout un genre : le FPS (First Person Shooter). Certes, il y avait bien Wolfenstein , mais Doom était tellement novateur et supérieur à son aîné de seulement un an qu'on lui donna son nom pour caractériser les jeux de tirs à la première personne, soit "Doom-like". Des couloirs labyrinthiques, des beuglements...
Alyce
Après une soirée de beuverie, la meilleure amie d'Alyce tombe de son immeuble et se retrouve dans un piteux état. Dès lors, Alyce ressent le besoin d'oublier en se droguant. Une spirale qui l'entraîne dans les bas-fonds de la ville. Trois années après Zombie strippers, film de morts-vivants bancal et maladroit, Jay Lee récidive dans l'horreur avec Alyce. Sur le papier, son dernier...