Voir la fiche complète du film : La Malédiction D'Arkham (Roger Corman - 1963)

La malédiction d'Arkham

Entre deux adaptations de Poe, Roger Corman réalise l’une des meilleures figures cinématographiques du panthéon Lovecraftien. Une œuvre sombre et passionnante que n’aurait pas reniée le maître de Providence…
Publié le 30 Janvier 2017 par Dante_1984Voir la fiche de La Malédiction D'Arkham
8

Si Lovecraft est considéré comme l’un des plus grands écrivains du XXe siècle, son succès n’a pas toujours été constant, voire tardif. Une influence posthume qui, au début des années1960, n’en était encore qu’à ses balbutiements. Alors que Roger Corman multipliait les réussites commerciales avec les adaptations de l’univers de Poe (La chute de la maison Usher, La chambre des tortures...), il s’apprêtait à se pencher sur le poème The Haunted Palace. Néanmoins, le script n’était pas prêt. Il fallut donc modifier la tournure du film avec une nouvelle de Lovecraft (L’affaire Charles Dexter Ward) tout en conservant une infime partie du matériau d’origine (des citations), ainsi que son titre (Edgar Poe’s The Haunted Palace).

Un séjour dans une petite ville si tranquille...

Ceci étant, l’œuvre de Lovecraft est difficilement transposable à l’écran. Elle aura rarement donné des résultats convaincants. Pourtant, La malédiction d’Akham jouit d’une excellente réputation. Ce n’est pas tant la trame qui s’arroge certaines libertés temporelles et contextuelles avec l’histoire de base qui importe. Arkham (Le monstre sur le seuil, La couleur tombée du ciel) prend la place de Providence et le XXe siècle devient le XIXe, sans doute pour davantage coller à une ambiance gothique qui n’est pas sans rappeler certaines productions américaines et britanniques de l’époque. Malgré ces écarts, il n’en demeure pas moins que le fond et les enjeux restent les mêmes.

L’occultisme est facilement assimilable aux affaires de sorcellerie du XVIIe siècle. Preuve en est avec l’introduction typique qui s’impose comme principale justification pour la suite des événements. Dès lors, tout le matériel relatif à la mythologie Lovecraftienne et celle des Grands Anciens s’insinuent dans la trame. Outre L’affaire Charles Dexter Ward qui occupe la majeure partie du présent métrage, on songe également à L’abomination de Dunwich par certaines séquences au cœur du village d’Arkham. Invocation maléfique oblige, le Necronomicon a son importance dans les rituels infâmes que commet Joseph Curwen. En somme, le lecteur averti de Lovecraft y retrouvera les éléments principaux qui ont forgé son œuvre.

Avec une population accueillante

Mais la grande force de La malédiction d’Arkham (pour une fois que le titre français est plus évocateur que l’original) se trouve dans son atmosphère, foncièrement axée sur ce qui est caché et les non-dits. Cette approche psychologique contribue à distiller une sensation de malaise, loin des habituels frissons suggérés par les fantômes et autres spectres hantant de lugubres châteaux. Un choix d’autant plus judicieux que les maquillages restent assez grossiers, même pour une production de plus d’un demi-siècle. Les malformations des villageois révèlent des prothèses disposées avec maladresse, à la limite du grotesque. Constat identique pour le dénouement puisqu’on donne un visage à la créature invoquée (Yog-Sothoth?).

Ces artifices ont beau mal vieillir, le film de Roger Corman repose en grande partie sur le charisme et la prestation de l’immense Vincent Price. Sa simple présence à l’écran suffit à crédibiliser cette sombre affaire. Preuve en est avec des nuances d’interprétation quand il incarne le sémillant Charles Dexter Ward ou quand l’esprit de son ancêtre le possède. Le contraste est stupéfiant, mais joue davantage sur l’expressionnisme (dureté du visage, gestuelle modifiée...) que sur des comportements assez évidents (le dédain à l’encontre des villageois ou la violence envers sa femme). Pour lui donner le change, le reste du casting offre lui aussi une excellente composition. Qu’il s’agisse de l’éclatante Debra Paget ou de l’inquiétant Lon Chaney Jr, on a droit des acteurs clairement impliqués.

Et un peu de lecture pour les soirs au coin du feu

Au final, La malédiction d’Arkham n’a pas usurpé sa réputation. En dépit de quelques divergences avec la nouvelle de Lovecraft, le film de Roger Corman parvient à retranscrire l’ambiance qui la caractérise en y incorporant les grandes lignes de son œuvre (Necronomicon, Grands Anciens...). Malgré quelques aspects graphiques vieillissants (principalement les maquillages), le ton gothique du cadre, l’interprétation de haute volée et l’histoire en elle-même n’ont rien perdu de leurs attraits. Il en ressort une vision relativement fidèle et travaillée, bien consciente que la vraie terreur se suggère. Un classique du genre et sans doute la meilleure adaptation d’un récit de Lovecraft à l’écran.

A propos de l'auteur : Dante_1984
Portrait de Dante_1984

J'ai découvert le site en 2008 et j'ai été immédiatement séduit par l'opportunité de participer à la vie d'un site qui a pour objectif de faire vivre le cinéma de genre. J'ai commencé par ajouter des fiches. Puis, j'ai souhaité faire partager mes dernières découvertes en laissant des avis sur les films que je voyais.

Autres critiques

Infectés
Imaginer une fin du monde, c'est à la portée de tout le monde. Et d'ailleurs, dans le cinéma actuel, on en voit de toutes les sortes. Entre les comètes, les volcans, les tornades, les maladies, les invasions extraterrestres... on peut dire que le cinéma fantastique se lâche et trouve tout et surtout n'importe quoi pour faire peur aux spectateurs. Bien souvent ce genre de film est la proie à des...
Death valley
Si l’on excepte l’incontournable Walking dead et les animes japonais, le zombie et la série TV sont un mélange plutôt rare. Cette créature en décomposition est davantage à l’aise sur grand écran. Pourtant, l’on a eu droit à Dead set , mini-série savoureuse tournant en dérision la télé-réalité de fort belle manière. Plus récemment, le projet avorté de Zombieland et son...
Les Châtiments
Par le biais de leur société Dark Castle, Robert Zemeckis et Joel Silver nous offrent régulièrement des films d'horreur qui, sans être excellents, nous procurent tout de même de très bons moments. On retiendra notamment La maison de l'horreur ou La maison de cire. Assez prévisible dans l'ensemble, mais rondement mené par leur réalisateur respectif. Qui plus est, si les premières...
Destination Finale 4
Attention, cette critique s'appuye sur une vision en 2D du film, le cinéma préféré de votre serviteur n'ayant pas les installations nécessaires pour une projection 3D. Décevant. Tout simplement décevant. Ce nouveau volet de la saga des Destination Finale n'avait d'autre prétention que de divertir le public mais malgré celà, il fait au final assez pâle figure par rapport à ses trois aînés. Le...
L'Inspecteur Harry
Au début des années 70, l'inspecteur Harry Callahan tente de mettre un terme aux agissements d'un psychopathe, surnommé Scorpio. Inspiré du célèbre Tueur du Zodiaque , l'histoire de ce premier Dirty Harry est un tournant décisif dans la carrière de Clint Eastwood. En 1971, l'acteur vient de fêter ses quarante ans en réalisant son premier long-métrage, un thriller inventif et...