Voir la fiche complète du film : Amityville : L'histoire vraie (Craig Collinson, Nick Freand Jones - 2005)

Amityville : L'histoire vraie

Un documentaire objectif qui ne manque pas de rigueur pour évoquer l’affaire Amityville et ses conséquences, bénéfiques ou non, sur les principaux intervenants. Instructif et intéressant, le tout narré avec suffisamment de recul pour ne pas prendre parti pour l’arnaque éhontée ou la constatation d’une véritable hantise.
Publié le 17 Mai 2019 par Dante_1984Voir la fiche de Amityville : L'histoire vraie
7

Avec ses huit longs-métrages et un remake en l’espace de 25 ans, la saga Amityville se distingue surtout par sa longévité et non par ses qualités artistiques fluctuantes. À l’occasion de la sortie du film d’Andrew Douglas, un documentaire a été réalisé, non pour effectuer une rétrospective sur les précédentes productions, mais pour revenir sur les deux principaux faits divers. Ceux-ci ont donné lieu à une notoriété exponentielle, dépassant largement les côtes de l’île de Long Island. Si le sujet a pu être évoqué dans d’autres itérations télévisuelles, notamment lorsqu’on se penche sur le travail du couple Warren dans le domaine de l’occultisme, le présent documentaire fait un point sur le mystère du 112 Ocean Avenue.

Un accueil toujours aussi chaleureux

Pour rappel, l’affaire Amityville se scinde en deux parties distinctes. Le meurtre de la famille DeFeo et l’emménagement des Lutz. Ce qui s’apparente à un drame familial prend une tournure paranormale avec la supposée possession du principal accusé: Ronald DeFeo. D’une manière assez rigoureuse, la première partie tend à dépeindre les faits par le biais de témoignages, de photos d’archive et même d’une interview de Ronald dans les années1990. Le ton s’axe principalement comme une émission de faits divers où la narration se fait avec retenue. Entre autres, celle-ci décrit les circonstances, le mobile éventuel et le déroulement des faits dans l’ordre chronologique.

Le travail d’enquête reste précis et profite d’avis de première main, comme les journalistes qui ont couvert l’affaire ou l’avocat du prévenu. Le documentaire a le mérite de faire preuve du recul nécessaire pour replacer les événements dans leur contexte. L’histoire a tellement été triturée dans tous les sens qu’après plusieurs décennies, il paraît difficile de démêler le vrai du faux, la réalité de la légende urbaine. Certaines pistes écartées par la fiction sont pour le moins troublantes, comme la possible implication de Dawn DeFeo dans le massacre de sa famille. Une explication qui justifie certaines errances des investigations où l’on soupçonnait un éventuel complice pour tenir en respect les victimes.

Une petite visite du musée privé des Warren avec Annabelle pour guide !

De fait, la théorie de la possession démoniaque est mise à mal. Et cette objectivité se retrouve dans une seconde partie où l’on donne cette fois-ci la parole à George Lutz. Sa version des faits précède celles d’intervenants extérieurs. Enquêteur, journaliste, parapsychologue et autres «experts» se succèdent. On part du postulat que le récit des Lutz est de bonne foi avant de mettre l’accent sur les incohérences et les contradictions qui en résultent. Certes, la réalisation reste en retrait de toute interprétation ou de parti pris, mais l’on sent clairement que le scepticisme est prépondérant. Et cela ne tient pas uniquement à l’incrédulité d’éventuelles manifestations paranormales.

Certaines interviews démontrent des motivations mercantiles difficiles à occulter. Cela concerne majoritairement le couple Lutz et son comportement versatile à promouvoir ou non l’affaire, ainsi qu’à sa rencontre avec l’avocat de Ronald DeFeo. Quant à Jay Anson, l’auteur du best-seller The Amityville Horror, l’homme se moquait bien de la véracité des faits. Il flairait simplement la poule aux œufs d’or pour ne plus avoir à travailler ou écrire. Assez accablant, tout comme l’absence d’antécédents ou de suite entre cette parenthèse «DeFeo - Lutz». Bien qu’il reste certains pans inexpliqués et que certains éléments demeurent assez troublants, la résolution de l’énigme tient peut-être uniquement aux dérives de la cupidité.

Quand le faux George Lutz rencontre le vrai...

Au final, Amityville - L’histoire vraie est un documentaire court qui a le mérite d’aller à l’essentiel. La réalisation se permet de recentrer l’affaire dans son contexte avec un pragmatisme indissociable de l’exercice. La progression se veut dynamique et la rigueur journalistique se contente de relayer les faits sans interprétation aucune. Un point basique dans la déontologie de la profession qui lui fait néanmoins cruellement défaut depuis de nombreuses années. Toujours est-il que des éléments peu connus ressurgissent et donnent à Amityville un arrière-goût amer, où l’argent facile et la crédulité ne sont jamais très éloignés des phénomènes paranormaux et des manifestations diaboliques.

A propos de l'auteur : Dante_1984
Portrait de Dante_1984

J'ai découvert le site en 2008 et j'ai été immédiatement séduit par l'opportunité de participer à la vie d'un site qui a pour objectif de faire vivre le cinéma de genre. J'ai commencé par ajouter des fiches. Puis, j'ai souhaité faire partager mes dernières découvertes en laissant des avis sur les films que je voyais.

Autres critiques

Hostel: chapitre 2
Le risque avec les suites de film d'horreur, c'est toujours de tomber dans la surenchère. Le plus bel exemple reste évidemment la saga des Saw et son numéro 2 qui tranchait radicalement avec le premier opus, faisant ainsi prendre un tournant décisif à la franchise. Pour le meilleur ou pour le pire? Difficile à dire... Quoiqu'il en soit, pour la suite d' Hostel , Eli Roth a eu le...
Le Territoire des Ombres - Première Partie : Le Secret des Valdemar
Alors qu'une experte en immobiliers évalue une immense demeure familiale, elle disparaît sans laisser de trace. Un détective privé est engagé pour la retrouver. S'il n'est nul besoin de présenter l'oeuvre mythique de Lovecraft dans le domaine littéraire, il est à déplorer que la plupart de ses adaptations cinématographiques soient beaucoup moins incontournables. Exception faite d...
Evil Angel : L'Ange de Satan
Attention, cette critique contient quelques spoilers. Entre un suicide, un accouchement et un meurtre, la soirée d'une équipe d'ambulanciers s'avère être délicate et troublante, d'autant plus qu'au même moment, une jeune femme sort du coma et tue deux médecins avant de s'enfuir de l'hôpital sans laisser de traces. Rarement exploité au cinéma, le mythe de Lilith est pourtant riche et la première...
Stake Land
A l'époque de ma critique de Mulberry Street , j'avais déjà loué la capacité du réalisateur Jim Mickle à tirer le maximum des maigres moyens mis à sa disposition et force est de constater qu'avec Stake Land , il a encore augmenté son niveau d'un cran, en gommant les imperfections de son précédent essai. Ce faisant, il réalise le sans-faute, propulsant son road-movie vampirique au rang de film à...
Jack: Le Chasseur de Géants
Jack, jeune roturier sans le sou, échange son cheval contre des haricots magiques. Par inadvertance, il les fait tomber dans l'eau et un haricot géant pousse sur sa maison. En le grimpant, il découvre un endroit peuplé de géants bien décidés à prendre leur revanche sur les humains... Initiateur de la saga X-men, Bryan Singer s'était fait plutôt rare depuis Walkyrie, somptueuse...