Voir la fiche complète du film : The Lure (Agnieszka Smoczynska - 2015)

The Lure

Drame, horreur, expérimental, comédie musicale… The Lure est un film aux multiples étiquettes. À d’ailleurs vouloir trop englober toutes ces thématiques, il finit par malheureusement laisser son spectateur à quai.
Publié le 17 Janvier 2018 par KinemaVoir la fiche de The Lure
6

Dans la ville de Varsovie, Or et Argent, deux sirènes à la voix enjôleuse, intègrent une troupe d’artistes dans un cabaret. Bien sûr, l’ambiguïté naissante entre l’une de ces deux dernières et un jeune homme du groupe va, comme tout bon élément perturbateur qui se respecte, entraîner une série de complications.

Cette relecture du conte "La Petite Sirène" de Hans Christian Andersen est l’une des rares à aborder ce thème à travers le prisme de l’horreur, en dehors évidemment d’une multitude de téléfilms oubliables, à peine regardables. Mais pas seulement, car comme évoqué dans le résumé, The Lure s’essaye à l’exercice complexe de toucher à tous les domaines. Se jumelant à l’ambiance glauque propre au film de genre, l’aspect comédie musicale est omniprésent, mais déroutant par instants, car les chants polonais auront tendance à nous éloigner de notre zone de confort. Cet équilibre entre musicalité et horreur vous rappellera sans doute Sweeney Todd, le diabolique barbier de Fleet Street de Tim Burton (Sleepy Hollow, la légende du cavalier sans têteMars Attacks!), et si l’on creuse encore plus loin, The Rocky Horror Picture Show ou Phantom of the paradise.

The Lure

Cependant, la réalisatrice Agnieszka Smoczynska ne s’arrête pas là et développe une esthétique très contemplative et très attachée au langage visuel. Si certains plans sont iconiques (nos deux muses qui tètent la poitrine de leur matriarche par procuration), on a malheureusement parfois plus l’impression de feuilleter l’album d’un photographe de mode que de visionner un long-métrage.

Ajoutons à cela la nécessité de souvent devoir déceler le sens caché derrière les séquences, ce qui aura quelquefois tendance à perdre le spectateur. D’autant plus que le montage est un peu trop haché et souffre de l’absence d’une ligne conductrice solide. Symbolismes et figures de style, utilisés à outrance, finiront donc par conduire à un désintérêt regrettable. N’est pas Nicolas Winding Refn (The Neon Demon) qui veut, on remercie tout de même cette cinéaste polonaise de ne pas considérer son public comme idiot en se dispensant de le tenir continûment par la main.

The Lure

Toutefois, The Lure parvient quand même à faire mouche à maintes reprises, notamment durant les segments musicaux comme la scène d’ouverture qui semble fixer le temps en suspension. Ou encore durant le dernier acte où l’émotion, pointant enfin le bout de son nez, vise juste et tire la corde sensible. La dernière bonne idée à souligner est certainement le développement de l’approche érotique qui, à première vue, pourrait paraître facile, mais qui rajoute de la couleur au récit. Vous l’aurez deviné, nos deux sirènes, interpretées par Marta Mazurek et Michalina Olszanska, sont particulièrement charmantes même si leur forme aquatique est plus reptilienne que ce dont on avait souvenir et finalement, c’est tant mieux, cela permet - Dieu merci -  d'oublier Splash.

Avec ses faiblesses, mais aussi ses moments de grâce, The Lure laissera un ressenti mitigé, mais surtout le regret d’un potentiel gâché. À sans cesse vouloir s’élever et marquer de son empreinte, le film en devient une bizarrerie, un objet cinématographique non identifié qui plongera dans son univers atypique en ne prenant pas toujours la peine d’emmener son spectateur avec lui.

Autres critiques

Shiki
À l’instar du mort-vivant, la figure mythique du vampire a été représentée à maintes reprises et sous toutes les coutures. Du serial-lover aux dents longues à la bête assoiffée de sang, on touche à de nombreux sujets autres que la mort et le romantisme gothique. La profusion des approches et des productions laisse donc peu de marge de manœuvre à l’innovation. Cela vaut également pour...
Grizzly Park
Le premier contact avec Grizzly Park n'est pas désagréable. Le visuel de couverture est classique mais sympathique et la jaquette clame fièrement "Grizzly Park s'impose comme la référence des films de Grizzly". Un slogan sans âme et qui ne convaincra personne mais puisqu'il est là, quelqu'un a bien dû l'écrire. Alors maintenant il y a deux possibilités: soit cette...
Le Dernier Maître de l'air
Il n'y a pas si longtemps, chaque nouveau film de M. Night Shyamalan déclenchait une vive attente chez les spectateurs et la plupart des critiques de cinéma. Ce temps semble désormais révolu puisque outre le désamour des critiques depuis Le Village , Shyamalan doit aussi faire face à la défection du public. Il faut dire que ledit Village , ainsi que le film suivant, La Jeune Fille de l'...
La Nuit de la grande chaleur
Dans les années 1950 et 1960, la science-fiction se focalise surtout sur le sujet de l’invasion extraterrestre. Majoritairement catégoriser dans le domaine des séries B, cette vague de productions met en avant les grandes peurs sociétales de l’époque. Guerre nucléaire, anticommunisme et, par extension, rejet de l’étranger. Des inquiétudes plus ou moins flagrantes qui trouvent en...
47 meters down
Derrière un nom aussi barbare que la «sharksploitation» se dissimule un sujet bien malmené au fil des décennies, plus particulièrement à partir des années2010 et des bestioles hybrides, possédées ou mutantes qui investissent les DTV. On pensait le genre définitivement enterré dans les affres du bis et du nanar. Toutefois, en 2016, Instinct de survie parvenait pourtant à offrir un...