Voir la fiche complète du film : The Lure (Agnieszka Smoczynska - 2015)

The Lure

Drame, horreur, expérimental, comédie musicale… The Lure est un film aux multiples étiquettes. À d’ailleurs vouloir trop englober toutes ces thématiques, il finit par malheureusement laisser son spectateur à quai.
Publié le 17 Janvier 2018 par KinemaVoir la fiche de The Lure
6

Dans la ville de Varsovie, Or et Argent, deux sirènes à la voix enjôleuse, intègrent une troupe d’artistes dans un cabaret. Bien sûr, l’ambiguïté naissante entre l’une de ces deux dernières et un jeune homme du groupe va, comme tout bon élément perturbateur qui se respecte, entraîner une série de complications.

Cette relecture du conte "La Petite Sirène" de Hans Christian Andersen est l’une des rares à aborder ce thème à travers le prisme de l’horreur, en dehors évidemment d’une multitude de téléfilms oubliables, à peine regardables. Mais pas seulement, car comme évoqué dans le résumé, The Lure s’essaye à l’exercice complexe de toucher à tous les domaines. Se jumelant à l’ambiance glauque propre au film de genre, l’aspect comédie musicale est omniprésent, mais déroutant par instants, car les chants polonais auront tendance à nous éloigner de notre zone de confort. Cet équilibre entre musicalité et horreur vous rappellera sans doute Sweeney Todd, le diabolique barbier de Fleet Street de Tim Burton (Sleepy Hollow, la légende du cavalier sans têteMars Attacks!), et si l’on creuse encore plus loin, The Rocky Horror Picture Show ou Phantom of the paradise.

The Lure

Cependant, la réalisatrice Agnieszka Smoczynska ne s’arrête pas là et développe une esthétique très contemplative et très attachée au langage visuel. Si certains plans sont iconiques (nos deux muses qui tètent la poitrine de leur matriarche par procuration), on a malheureusement parfois plus l’impression de feuilleter l’album d’un photographe de mode que de visionner un long-métrage.

Ajoutons à cela la nécessité de souvent devoir déceler le sens caché derrière les séquences, ce qui aura quelquefois tendance à perdre le spectateur. D’autant plus que le montage est un peu trop haché et souffre de l’absence d’une ligne conductrice solide. Symbolismes et figures de style, utilisés à outrance, finiront donc par conduire à un désintérêt regrettable. N’est pas Nicolas Winding Refn (The Neon Demon) qui veut, on remercie tout de même cette cinéaste polonaise de ne pas considérer son public comme idiot en se dispensant de le tenir continûment par la main.

The Lure

Toutefois, The Lure parvient quand même à faire mouche à maintes reprises, notamment durant les segments musicaux comme la scène d’ouverture qui semble fixer le temps en suspension. Ou encore durant le dernier acte où l’émotion, pointant enfin le bout de son nez, vise juste et tire la corde sensible. La dernière bonne idée à souligner est certainement le développement de l’approche érotique qui, à première vue, pourrait paraître facile, mais qui rajoute de la couleur au récit. Vous l’aurez deviné, nos deux sirènes, interpretées par Marta Mazurek et Michalina Olszanska, sont particulièrement charmantes même si leur forme aquatique est plus reptilienne que ce dont on avait souvenir et finalement, c’est tant mieux, cela permet - Dieu merci -  d'oublier Splash.

Avec ses faiblesses, mais aussi ses moments de grâce, The Lure laissera un ressenti mitigé, mais surtout le regret d’un potentiel gâché. À sans cesse vouloir s’élever et marquer de son empreinte, le film en devient une bizarrerie, un objet cinématographique non identifié qui plongera dans son univers atypique en ne prenant pas toujours la peine d’emmener son spectateur avec lui.

Autres critiques

Shark in Venice
Les animaux dangereux ont toujours fasciné les gens et il n'a pas fallu attendre longtemps pour voir débouler sur nos écrans des films avec des bêtes aux dents acérés. Le film qui marque et qui reste dans l'inconscient collectif, ce sont Les dents de mer . Le film de Spielberg a effrayé un très grand nombre de spectateurs et beaucoup voient la mer d'un autre oeil. Malheureusement,...
Space Battleship : L'Ultime Espoir
En France, Leiji Matsumoto est synonyme d' Albator et des dérivés de son univers. Normal, tant les aventures du corsaire de l'espace ont marqué une génération. C'est cependant loin d'être la seule œuvre majeure de M. Matsumoto et j'en veux pour preuve l'épopée du Yamato qui compte de nombreux films et séries. Cette saga, injustement méconnue chez nous, mérite pourtant le détour et le film de...
Sutures
Pour la petite histoire, sachez que je travaille au Ministère de la Santé Publique belge et qu'une partie de mon boulot consiste à donner un coup de main aux personnes s'occupant de la campagne Beldonor , à savoir la campagne nationale en faveur du don d'organes. Quel rapport avec Sutures me direz-vous ? J'y viens, bougres d'impatients. Apprenez donc que le sous-titre qui s...
La Mutante des Mers
La Mutante des Mers se présente comme le remake d'un film de monstre de 1956 : The She-Creature d' Edward L. Cahn . N'ayant pas vu cet antique témoin d'un cinéma populaire à base de Craignos Monsters en latex, c'est donc vierge de tout apriori que j'ai entamé le visionnage du film de Sebastian Gutierrez . Et puisque j'en suis aux confidences, sachez que j'ai...
Dinotopia
Après avoir sauvé Dinotopia des carnivores, Karl et Scott tentent de s'accoutumer à cet environnement pour le moins singulier. Toutefois, ils devront à nouveau explorer l'île pour découvrir le mystérieux élément qui semble faire perdre le pouvoir des pierres solaires. Une nouvelle aventure commence… Après l'excellente mini-série télévisée amorcée par Marco Brambilla, il était...