Voir la fiche complète du film : La Horde (Yannick Dahan, Benjamin Rocher - 2009)

La Horde

Suite au meurtre d'un des leurs, un quatuor de policiers décide de se rendre justice lui-même. Sans être inoubliable, La Horde est avant tout un bel hommage au cinéma gore de la vieille école.
Publié le 27 Août 2010 par GORE MANIACVoir la fiche de La Horde
8
Zombie

Dans la banlieue parisienne, suite au meurtre d'un des leurs, un quatuor de policiers décide de se rendre justice lui-même en investissant, de nuit, la tour d'un immeuble délabré dans lequel squatte un gang. Néanmoins, l'opération se passe mal et, au dehors, de terribles événements changent la donne.

Journaliste dans plusieurs revues (Positif, Mad Movies...) et présentateur sur CinéCinéma d'Opération Frisson et de soirées d'épouvante sur Canal + , le joyeux drille Yannick Dahan devait, un jour ou l'autre, passer derrière la caméra, afin de rendre hommage aux cinéastes qu'il vénère. La France s'étant désormais ouverte au cinéma de genre depuis une bonne décennie, il était tout à fait possible pour lui de signer une série B à son image, à savoir furieuse et décomplexée.


C'est dommage, la déco venait juste d'être refaite...

Le scénario n'est pas le point névralgique de La Horde. D'une guérilla urbaine chère aux productions Besson, Dahan et son complice, Benjamin Rocher, dévient rapidement vers un survival basique mais efficace, dont la principale originalité est de lier le destin d'ennemis héréditaires (flics et voyous) face à une horde de zombies sanguinaires, dans une tour HLM en ruine, lieu de combat il est vrai idéal car représentatif d'un certain malaise social.
Côté dialogues, même si l'on sourit devant certaines expressions de René, rien de bien croustillant, les personnages accumulant les grossiéretés et autres quolibets inutiles, les policiers ne relevant pas le niveau. La bande originale, avec l'incontournable morceau de rap final, est convenue, et prouve que Dahan reste davantage, à l'heure actuelle, un cinéphile plutôt qu'un cinéaste.

Ses inspirations les plus affirmés restent bien évidemment Assault  de John Carpenter (pour la collaboration inévitable entre flics et truands) et le cultissime Dawn of the Dead, de George Romero . Même si, artistiquement parlant, on peut lui préférer le premier film de Romero, La Nuit des Morts-Vivants, Zombie a durablement marqué les esprits. Ainsi, du remake de Snyder, L'Armée des Morts, en passant par les jeux vidéo et autres hommages ou parodies (Shaun of the Dead), ce film peut être considéré comme le parangon du film de zombie. Dès lors, sachant que de l'hommage à la copie, il n'y a parfois qu'un pas, le duo Rocher-Dahan marchait sur des oeufs.

Heureusement, les personnages sortent du lot, plus par leur intense détermination et leur foi, que par leur humanité, il est clair assez peu visible à première vue. Seule tête d'affiche du film, Claude Perron, vue en outre dans les oeuvres décalées de son compagnon Albert Dupontel (Bernie, Enfermés Dehors), tient la route en clone de Ripley (la ressemblance est frappante dès la scène de la salle de bains).


On peut être coquette tout en chassant les zombies !

A ses côtés, le trio Ebouaney-Martins-Pignot est convaincant, le personnage de René apportant un semblant de bienveillance à ces héros qui n'en ont que le nom.

Les effets gores sont plutôt réussis, même si les gros plans sont rares. Mais, entre quelques explosions de cervelles et fusillades en série, l'action ne manque pas dans un film dynamique qui ne se pose guère de questions, élément salvateur dans un milieu où désormais chaque scène est calculée et repensée. Autre point fort du métrage, sa capacité à accélérer le rythme à l'aube d'un épilogue explosif, où les scènes de bravoure ne manquent pas (la scène du garage puis celle de la cave, avec la présence de Dahan en chef de file zombie).

Sans fioritures, le dénouement prouve une fois de plus la détermination insubmersible des survivants, nouvelle preuve de l'envie chez Dahan de s'éloigner des poncifs du genre, ce qui permet finalement à son premier long-métrage de se distinguer de l'ensemble de la production, et de finir de manière expéditive et intense.


Woups !

Sans être inoubliable, La Horde, premier film de zombie hexagonal, est avant tout un bel hommage au cinéma gore de la vieille école. Sans égaler Haute Tension, ce long-métrage prouve également la bonne santé du cinéma de genre dans nos contrées.

"Et comme disait mémé en découvrant les nombreuses utilisations possibles du mode vibreur de son nouveau portable, si c'est interdit, c'est que c'est bon !"


Un webmaster se cache sur cette photo... saurez-vous le retrouver ?

A propos de l'auteur : GORE MANIAC
Portrait de GORE MANIAC

J'essaie de partager ma passion pour un cinéma méconnu, mais qui mérite incontestablement qu'on s'y arrête !

Autres critiques

Detention
Il y a parfois des films qui sont injustement boudés dans les salles obscures, voire même privés de projection pour diverses raisons plus ou moins fallacieuses. Du coup, et c'est de plus en plus fréquent, en fouillant dans les sorties en direct to vidéo, on trouve des petits bijoux, des films indépendants bandants, ou même des pépites inventives et totalement loufoques. C'est le cas avec ce...
Les Châtiments
Par le biais de leur société Dark Castle, Robert Zemeckis et Joel Silver nous offrent régulièrement des films d'horreur qui, sans être excellents, nous procurent tout de même de très bons moments. On retiendra notamment La maison de l'horreur ou La maison de cire. Assez prévisible dans l'ensemble, mais rondement mené par leur réalisateur respectif. Qui plus est, si les premières...
Sur le Fil du Scalpel - Jack's Back
On ne compte plus les adaptations cinématographiques sur Jack l’Éventreur. S’il a bel et bien existé, l’histoire est parvenue à en faire un mythe entouré de mystères aussi insondables que sa véritable identité. Parmi les productions existantes, il y a celles qui tentent une approche réaliste et celles qui jouent la carte du pastiche avec pour seule préoccupation le profit...
Gallowwalker
Ce sont dans les mélanges de genre que l'on trouve les meilleures idées ou tout du moins les plus osées. Mai s'il y a bien un genre qui n'est pas très sujet aux mélanges, c'est bien le western. Certes, il peut explorer certains thèmes, comme la vengeance, le drame ou encore l'action, mais il rentre peu dans le fantastique ou dans l'horreur. Vorace de feu Antonia Bird en est un excellent exemple,...
Club Dread
Pour tous les fans de films d'horreur, le slasher est un genre bien particulier. Il s'agit de mettre en avant un tueur psychopathe, de préférence masqué, et qui tue avec une violence inouïe et avec une arme plus ou moins originale. Ainsi, on connait la saga Halloween ou Vendredi 13 , ou bien plus récemment la saga Scream . Parfois, l'horreur est tellement poussée loin que cela vire au grand...