Voir la fiche complète du film : Abominable (Ryan Schifrin - 2006)

Abominable

Sur fond du mythe du sasquatch, Abominable privilégie un premier degré traité avec la plus grande maladresse pour proposer une trame longue et statique où l’ennui se heurte à la médiocrité des moyens mis en œuvre. Un survival animalier sans prétention facilement dispensable.
Publié le 16 Décembre 2018 par Dante_1984Voir la fiche de Abominable
4
Primate Forêt

Qu’on le nomme sasquatch ou bigfoot, le mythe de ce primate géant au cœur des forêts de l’Amérique du Nord s’est démocratisé au XXe siècle, notamment avec l’émergence de la cryptozoologie. De canulars en témoignages troublants, la légende possède des variantes sur la plupart des continents. Ancrée dans la culture populaire, l’histoire est une manne providentielle pour le cinéma de genre, en particulier le survival animalier. Les années 1970 ont été particulièrement prolifiques dans le domaine, notamment avec The Legend of Boggy Creek, Creature From Black Lake ou encore The Legend of Bigfoot. Les années2000 ne sont pas en reste. Avant le présent métrage, on a eu droit à Sasquatch Mountain et Traque sauvage.

Un film qui ne marquera pas de son empreinte le survival animalier !

De qualités variables et bien souvent moyennes, pour ne pas dire médiocres, ces films ont exploité le sujet sous de nombreux angles. Aussi, on voit mal comment Abominable serait capable de se distinguer. Il existe néanmoins quelques tentatives qui semblent aller en ce sens. À commencer par un schéma narratif qui préfère s’éloigner des sentiers balisés du genre pour se concentrer sur son panel de personnages. Dans un tel contexte, l’approche est risquée et ce constat relève de l’euphémisme. Pour que cela fonctionne, il convient de fournir un background solide. Élément qui pointe aux abonnés absents, du moins en partie.

On reste beaucoup trop évasif sur le passif du protagoniste. Certes, on apprend son accident d’alpinisme, mais la présence d’un aide-soignant pour traitement psychiatrique ne colle pas avec son caractère. À force de trop jouer sur un mystère passablement inutile, on en vient à se perdre dans des invraisemblances. De même, le lot de jeunes donzelles qui arrive sur le tard tient clairement à rameuter le chaland sans se départir des clichés de circonstance. Entre les rivalités féminines, les moments de complicité et les comportements improbables, on découvre une brochette de victimes en devenir qui n’interpelle guère.Ces dernières ne sont pas suffisamment agaçantes pour se réjouir de leur trépas ni marquantes pour créer un minimum d’empathie.

On ne fait de vieux os avec l'abominable homme des bois...

Quant au rythme du film, on reste dans un cadre restreint, n’en déplaise à l’immensité de la forêt environnante et l’hostilité latente qu’elle suggère. L’approche est très étrange, car elle emprunte les atours d’un huis clos par la limitation des lieux pour des causes budgétaires évidentes et non pour susciter un quelconque sentiment d’oppression. Celui-ci découlant généralement d’une sensation de prise au piège qu’on peine encore à trouver. La trame préfère se cantonner à un curieux jeu de voyeurisme (sans vraiment l’être) qui évoque Fenêtre sur cour, du moins dans une version chalet fauchée. En l’occurrence, un choix assez déconcertant et hors contexte qui ne sert strictement à rien.

Quant au bigfoot, on revoit son gabarit nettement à la hausse, même pour lui. Dans son environnement naturel, il côtoie la cime des arbres et paraît avoisiner les trois ou quatre mètres de haut. À l’approche des chalets, cette démesure est retranscrite de manière correcte. Preuve en est avec une «défenestration» inattendue en milieu de parcours. Toutefois, quand ces attaques l’obligent à investir les lieux, sa taille rapetisse inexplicablement pour rentrer dans le cadre des pièces intérieures. Le procédé est aussi flagrant que grossier et ne rattrape en rien quelques assauts à l’hémoglobine timorée. Pour le reste, la bestiole porte bien son nom. Elle a néanmoins le mérite de nous épargner des images de synthèse immondes, le tout étant réalisé à partir d’animatroniques.

Un chalet à la montagne : rien de tel pour des retrouvailles romantiques !

Il serait facile de conclure par un jeu de mots pour définir Abominable par son propre titre. Malgré de trop modestes idées et initiatives à son actif, le film de Ryan Schifrin demeure un survival animalier globalement médiocre. La faute à une évolution stagnante, des protagonistes sans âme et un traitement des plus aléatoire pour tenter de développer le propos initial. Toutefois, on peut saluer cette prise de risques. Si minime soit-elle, elle est assez rare pour ce type de productions. Malheureusement, on en reste au stade des intentions, bonnes ou mauvaises, pour fournir un métrage basique, voire anodin, dans ce qu’il avance. Il ne s’agit pas d’une catastrophe innommable, mais d’un film loin de présenter un intérêt notable pour les amateurs.

A propos de l'auteur : Dante_1984
Portrait de Dante_1984

J'ai découvert le site en 2008 et j'ai été immédiatement séduit par l'opportunité de participer à la vie d'un site qui a pour objectif de faire vivre le cinéma de genre. J'ai commencé par ajouter des fiches. Puis, j'ai souhaité faire partager mes dernières découvertes en laissant des avis sur les films que je voyais.

Autres critiques

Greenskeeper - Parcours Sanglant, The
Quels sont les lieux les plus sympathiques pour commettre des atrocités et instaurer une ambiance propice à la noirceur et au glauque? Surement pas un club privé de golf où toute la beauferie américaine se serait donnée rendez-vous. Et pour pourtant, c'est le pari fou qu'on essayait de faire trois réalisateurs en proposant The Greenskeeper ou, en français dans le texte, Parcours Sanglant .Alors...
Dark Skies
Il est très difficile de concevoir une invasion extraterrestre autrement que par une attaque d'envergure avec de gros vaisseaux et des aliens belliqueux. Heureusement pour nous, les États-Unis d'Amérique sont là pour nous sauver. On connaît bien la chanson, dû en partie à Roland Emmerich et son patriotique Independance Day . Mais depuis quelque temps, l'invasion extraterrestre se fait plus...
House of the Devil, The
Les années 80, c'était l'âge d'or des films d'horreur. C'était l'époque où les salles obscures pouvaient accueillir des films d'épouvante des quatre coins du monde et où le spectateur était respectueux du matériel et des gens. Enfin, c'était la belle époque. C'était aussi une époque où l'imagination était foisonnante et où les scénaristes et réalisateurs se démenaient pour trouver de bonnes idées...
Evangelion: 1.0 You Are (Not) Alone
Série japonaise culte, Neon Genesis Evangelion est quasiment un passage obligé pour tous les fans de Mécha ou d'animation nippone. Il faut dire que la réalisation excellente ainsi qu'un scénario en béton (malgré une fin plutôt bâclée) avaient mis tout le monde d'accord et généré un enthousiasme rarement vu, entraînant dans son sillage une horde de fans. Bref, Evangelion avait été un gros succès...
Train
Le Torture-Porn c'est un peu comme le slasher : en général les scénarios sont bidons et uniquement prétextes à nous présenter un enchaînement de scènes-chocs. Quand c'est bien fait ça nous donne Hostel ou Saw 3 (ce dernier étant également le summum du scénario-prétexte au service de la violence graphique) mais pour ces rares réussites, combien d'erzatzs mal foutus avons-nous vus...