Voir la fiche complète du film : La Féline (Paul Schrader - 1982)

La Féline

Irena rejoint son frère, Paul, à la Nouvelle-Orléans. Pendant ce temps, la ville est en émoi suite à d'horribles meurtres commis par un animal. Complémentaire et respectueuse du film de 1942, cette érotisation du mythe de la femme féline mérite incontestablement qu'on s'y arrête.
Publié le 31 Octobre 2012 par GORE MANIACVoir la fiche de La Féline
8

**Attention, cette critique contient quelques spoilers.**

Irena, jeune femme réservée, rejoint son frère, Paul, à la Nouvelle-Orléans. Pendant ce temps, la ville est en émoi suite à d'horribles meurtres commis par un animal sauvage.

Quarante ans après le film culte de Jacques Tourneur, Paul Shrader est à la tête de ce remake qui n'avait pas la tâche aisée. En effet, entre le respect du travail originel, et l'apport de sa vision personnelle, l'exercice du remake n'est jamais évident pour un réalisateur, surtout lorsque le film original fait partie des références du genre.

Irena (Nastassja Kinski), quitte l'Europe pour retrouver son frère, Paul (Malcolm McDowell), seul membre survivant de sa famille. Ce dernier, très mystérieux, disparaît le soir même de l'arrivée de la jeune femme. Visitant le zoo de la ville, Irena est attirée irrésistiblement par une panthère noire qui vient d'être capturée.
Elle tombe sous le charme du directeur des lieux, Oliver Yates (John Heard), qui lui propose un emploi et la prend sous son aile. Heureuse, Irena ressent toutefois un trouble angoissant lorsque Oliver tente de passer à l'acte.

Suite à l'évolution des moeurs, c'est l'acte sexuel, et non plus le simple baiser, qui transforme la jeune femme en féline. Une fois l'acte consommé, seul le meurtre peut la ramener à son état d'humaine.
De la vague malédiction locale évoquée dans le film de 1942, Shrader décrypte dès le début du métrage cette légende, suite à laquelle ces pauvres créatures doivent vivre dans l'inceste pour ne pas se transformer, d'où une relation trouble entre Paul et Irena.
Thème souvent exploité avec talent par le réalisateur de Hardcore, le sexe est donc la clé de voûte de cette version, l'érotisme faisant donc ici jeu égal avec le fantastique. Dans la moiteur du bayou (lieu idéal pour ces jeux malsains), Nastassja Kinski y dévoile une sensualité bestiale hallucinante, face à un McDowell lubrique à souhait. Le reste du casting étant à la hauteur, on se laisse rapidement happer par ce métrage parfaitement maîtrisé.

Le fantastique n'est pas délaissé pour autant. Bénéficiant d'effets spéciaux de qualité, le film n'est pas avare en transformations spectaculaires (cf la scène où Irena se transforme pour la première fois et la mort de Paul), la Féline se rapprochant alors de son voisin lycanthrope. Shrader n'oublie pas non plus le film de 1942 au détour de quelques scènes, dont celle de la rencontre avec l'inconnue du bar et surtout celle, incontournable, de la piscine.
La musique au synthétiseur de l'illustre Giorgio Moroder (Midnight Express, Scarface) s'accorde plutôt bien aux états d'âme de personnages solitaires tentant tant bien que mal de trouver un remède à ce mal incurable (même Paul s'avère touchant avec la victime du cimetière).

Seul l'épilogue diffère assez nettement du film initial. En effet, pour éviter de tuer, Irena doit mourir. Drame amoureux tournant autour de quatre personnages (Oliver fréquentait aussi une collègue avant sa rencontre avec Irena), ce final n'offre pourtant guère d'échappatoire. L'animalité de notre moi profond est ici emprisonné, au sens propre comme au figuré. Libérée de sa condition humaine, Irena n'en est pas libre pour autant, car enfermée en cage par son ancien amant, obligé de faire bonne figure et d'obéir aux règles de la bienséance (il sort finalement avec sa collègue, dont il ne semble guère amoureux).
Cet épilogue est finalement assez sombre, aucun personnage n'étant parvenu à trouver un remède à son mal au terme de cette aventure, comprenant encore mieux son isolement.

Complémentaire et respectueuse du film de 1942, cette érotisation du mythe de la femme féline mérite incontestablement qu'on s'y arrête. Très bien interprété et réalisé, ce métrage est la preuve qu'un remake n'est pas toujours nécessairement moins fort que son prédécesseur, à condition que le cinéaste apporte quelques nouveaux points de réflexion à nous mettre sous la dent.

A propos de l'auteur : GORE MANIAC
Portrait de GORE MANIAC

J'essaie de partager ma passion pour un cinéma méconnu, mais qui mérite incontestablement qu'on s'y arrête !

Autres critiques

Shark week
Le film de requins-tueur et Asylum, c’est une éternelle histoire de désamour. Prônant le grand n’importe quoi et le mauvais goût à outrance, la société de production s’est fait un devoir de massacrer squales et autres prédateurs dans des navets tous plus ignobles les uns que les autres. Pour mettre en boîte pléthore d’immondices cinématographiques, elle a son lot de...
Blood Snow
Blood Snow ... Quel titre d'une banalité affligeante alors que le Necrosis originel a tout de même une autre gueule. Vous me direz que ça ne change rien au contenu du film (et vous aurez raison) mais il n'empêche que cette manie de remplacer les titres anglophones par d'autres également en Anglais afin d'assurer l'exploitation en France est agaçante. Bref, après ce petit coup de gueule salvateur...
Le rituel
Qu’il s’agisse de littérature ou de cinéma, se faire un nom dans le domaine horrifique n’est guère chose aisée. Des écrivains intemporels tels que Graham Masterton, Clive Barker, James Herbert ou Stephen King occupent une place essentielle dans la démocratisation et la réussite du genre. Parmi les «nouveaux» auteurs à l’excellente réputation, on peut évoquer...
Little Deaths
Les films à sketches sont souvent l'occasion pour de jeunes réalisateurs de se faire connaître et/ou d'expérimenter des choses qui n'auraient pas été possibles dans des longs métrages classiques (histoires décalées, ambiances pesantes,...) et Little Deaths s'inscrit parfaitement dans ce schéma, car il propose trois histoires glauques tournant autour d'un thème commun : le sexe pervers et déviant...
Lèvres de Sang
Lors d'une soirée mondaine à Paris, Frederic tombe par hasard sur une photographie de ruines, qu'il croit connaître. Obsédé par cette image, il est alors assailli de souvenirs remontant à son enfance, et d'une somptueuse femme pâle en particulier. Depuis son premier film, Le Viol du Vampire , en 1968, Jean Rollin reste fidèle à une même ligne de conduite, qu'il ne quittera presque...