Shadowz - la plateforme de VOD
Voir la fiche complète du film : Urban Legend (Jamie Blanks - 1998)

Urban Legend

Provenant de la vague des slashers nineties qui succèdent à Scream, Urban Legend impose un concept séduisant au sein d’une ambiance familière pour les amateurs du genre. Malheureusement, le traitement reste surfait et la variété des assassinats s’efface sur une approche assez maladroite, voire illogique et décousue à de nombreuses reprises. Un film vieillissant, prévisible et inconstant.
Publié le 21 Décembre 2020 par Dante_1984Voir la fiche de Urban Legend
5

Le milieu des années 1990 a marqué le renouveau du slasher avec le désormais culte Scream. Par la suite, le genre a accueilli Souviens-toi l’été dernier, autre métrage des plus appréciables dans le domaine. Alors que ces deux sagas amorcent d’ores et déjà leur suite, Urban Legend vient compléter ce trio de tête représentatif de l’enthousiasme général pour cette frange du cinéma d’horreur. On connaît le slasher pour des codes très ciblés, voire restrictifs. Ces mêmes fondamentaux l’ont auréolé de gloire dans les années 1980 avant de provoquer son déclin progressif. Aussi, le film de Jamie Blanks se contente d’user de ficelles éculées sans jamais s’en dépêtrer.

 

De saines lectures...

Ce n’est sûrement pas la volonté des producteurs ou du réalisateur, et ce, en dépit d’une approche initiale sympathique. Le fait que le tueur choisit sciemment des légendes urbaines pour commettre ses crimes apporte un excellent potentiel pour la mise en scène, l’orchestration des assassinats et la variété des séquences. Le sujet est suffisamment bien fourni en histoires glauques pour surprendre le spectateur et multiplier les atours menaçants. Ceux-ci peuvent alors provenir du cadre, des protagonistes ou d’une situation particulière susceptible d’être fomentée par le coupable.

En cela, il est vrai que la succession des morts jouit d’une certaine diversité. L’entame détourne sciemment le danger via un habile renversement de perspectives. Dommage que la finalité débouche sur une incohérence grossière. On ne tue pas une victime qui conduit au risque de mourir ou de passer à travers le pare-brise. Et c’est bien cela qui dérange dans Urban Legend : disposer d’idées sympathiques que l’on sabote par un moyen ou un autre. Outre ces invraisemblances qui ont la fâcheuse tendance à se multiplier, on déplore également d’autres écueils tels que les réactions des intervenants et une progression chaotique.

 

Lettres d'outre-tombe ?

Pour les personnages, on a droit à une brochette d’individus grossièrement dépeints selon le catalogue de caricatures propres au slasher. Entre le comique obsédé et l’aspirant journaliste bien sous tous rapports, aucun effort n’a été consenti. De même, les phases d’investigation n’ont pas de véritables fonds et surviennent uniquement pour brouiller le jeu de pistes laissé par le passé énigmatique du campus et du présumé coupable. Certaines disparitions ou morts suspectes n’interpellent (presque) personne, tandis que les tenants scénaristiques tendent à s’égarer aux quatre vents. Et cela vaut aussi pour l’exploitation des légendes urbaines.

Il s’agit d’un des grands défauts que les décennies ont davantage mis en avant. Bien qu’il existe de nombreuses variantes, certaines histoires font des amalgames assez navrants. Preuve en est avec l’invocation de Bloody Mary face à une bicoque abandonnée. Quid du miroir et de la personne seule dans l’obscurité totale ? En réalité, la séquence en question s’est lancée dans un mélange maladroit avec la légende de Baba Yaga. Et cela se retrouve de manière plus ou moins flagrante dans chaque récit évoqué. Même le modus operandi prend des libertés et ne s’encombre guère d’éventuelles cohérences entre la victime et la légende qui signe son trépas.

 

Sortez couvert !

Au final, Urban Legend relève davantage du plaisir nostalgique (et coupable) plutôt qu’à une véritable référence du slasher. Le potentiel demeure présent. Les codes du genre sont respectés à la lettre. Pourtant, il faut bien reconnaître que le film a vieilli et que les années ont accentué ses défauts. Maladresses et incohérences que l’on doit, pour l’essentiel, à une mauvaise approche des légendes urbaines. Par ailleurs, on notera que la violence est édulcorée avec de nombreux hors-champs et le minimum syndical lors des exécutions. Des meurtres qui finissent par devenir routiniers pour susciter une sombre indifférence. Avec le recul, un slasher moyen et paresseux dans ses intentions.

A propos de l'auteur : Dante_1984
Portrait de Dante_1984

J'ai découvert le site en 2008 et j'ai été immédiatement séduit par l'opportunité de participer à la vie d'un site qui a pour objectif de faire vivre le cinéma de genre. J'ai commencé par ajouter des fiches. Puis, j'ai souhaité faire partager mes dernières découvertes en laissant des avis sur les films que je voyais.

Autres critiques

Détour Mortel 4 : Origines Sanglantes
Cette critique contient quelques spoilers Après trois Détour Mortel qui semblaient avoir épuisé le filon jusqu'à l'os, on ne s'attendait pas à voir revenir nos psychopathes congénitaux pour une quatrième aventure. Il faut dire qu'après un premier opus très réussi, une suite un peu deçà et un troisième opus sympathique mais flirtant parfois avec les limites du grotesque, on pouvait se demander...
Cowboys & Envahisseurs
Après avoir initié la franchise Iron man au cinéma, Jon Favreau s'en retourne vers une autre adaptation de comics au pitch assez improbable. XIXe siècle, Arizona. Un amnésique se réveille aux abords d'une petite bourgade du far-west. L'accueil n'est pas des plus chaleureux, mais les divergences de points de vue sont rapidement oubliées lorsque des vaisseaux spatiaux surgissent et enlèvent des...
The River
À nouveau associé à une série télévisée, le nom de Steven Spielberg en tant que producteur a du mal à faire rêver. En 2011, la déconvenue de Terra Nova aurait pu refroidir ses ardeurs sur le petit écran. Mais l'illustre cinéaste ne se démonte pas face à l'échec. C'est ainsi qu'il récidive avec The river . Un projet ambitieux qui mêle aventures et horreur. À la base du concept ?...
Les Faucheurs
Les Faucheurs , c'est l'exemple même du film qui base tout sur son génial postulat de base sans essayer de le développer outre mesure, pour finalement se trainer péniblement jusqu'à la conclusion. En effet, à l'instar d'un film comme L'Effet Papillon 2 , le film de Dario Piana commence de fort belle manière mais son intérêt s'amoindrit à mesure que le temps passe et...
Pacific Rim
Il est assez intéressant de parler de la genèse de Pacific Rim avant d'entrer dans les détails du film. En effet, deux gros points sont intéressants concernant ce blockbuster, le fait que ce soit une ½uvre originale et le portrait de son réalisateur, Guillermo Del Toro. D'habitude, Hollywood prend très peu de risques avec les blockbusters, préférant lancer une suite de franchise qui fonctionne ou...