Voir la fiche complète du film : Amityville : La Maison de Poupées (Steve White - 1996)

Amityville : La maison de poupées

Un nouvel objet possédé emprunte les atours du 112 Ocean Avenue dans cette huitième itération. Malgré quelques soucis de cohérence et une prévisibilité indiscutable dans son déroulement, un effort a été consenti pour varier les faits surnaturels de manière plus ou moins percutante. Un film assez léger qui privilégie le divertissement sommaire à défaut d’effrayer. Classique, mais correct.
Publié le 9 Mai 2019 par Dante_1984Voir la fiche de Amityville : La Maison de Poupées
6

Après sept films d’une qualité inégale, la saga Amityville est parvenue à dénaturer l’idée initiale, reléguant les sordides faits divers du 112 Ocean Avenue à des histoires de fantômes bancales et prévisibles. Les réalisateurs de seconde zone se sont succédés en usant avec plus ou moins d’habiletés les mêmes ficelles. La particularité des dernières productions ne provient pas de manifestations paranormales saisissantes ou angoissantes, mais de la possession d’objets. Après la lampe, l’horloge et le miroir, cette suite illogique nous donne... la maison de poupées! Dernier film à voir le jour avant le remake de 2005, cet «ultime» opus renoue-t-il avec les qualités des deux premiers métrages?

Le déménagement risque d'être compliqué...

Comme nous ont habitués ses prédécesseurs, il ne faut pas chercher une quelconque cohérence si ce n’est dans l’architecture de la demeure, ici reprise à l’identique. Celle-ci est, pour ne surprendre personne, habitée par le malin au sens propre, comme au figuré. Toutefois, là où ne s’appuyait que de prétextes pour mettre en branle une machinerie défectueuse, la maison de poupées offre davantage d’interactions et de possibilités. Le fait qu’un événement se déroule dans le jouet, comme un feu de cheminée, est amené à se reproduire dans la réalité avec la grandeur d’échelle que cela suppose. En cela, le principe est suffisamment original pour retenir l’attention, même si les effets sont éculés et prévisibles.

On notera toutefois certains éléments inattendus tels que le passage vers une dimension parallèle, infernale au vu de ce qui s’y terre. Le traitement de fond imite un schéma plus classique. Les phénomènes de hantise se multiplient et s’aggravent avec des situations relativement variées. On songe à l’attaque de la «guêpe», les cauchemars de Bill, le père, ou, plus surprenant, l’irruption d’un mort-vivant. Ainsi, on touche à peu près à tous les aspects que peut suggérer la manifestation d’un poltergeist ou d’un démon. La présence d’une petite fille tend à offrir un point de vue privilégié pour constater l’ampleur des pouvoirs à l’œuvre.

Une famille qu'on aime mettre en boîte !

Dans le rapport à la tentation et aux plaisirs sexuels, le côté charnel occupe également une place centrale en la personne de Claire, la belle-mère. Cela ne se traduit pas par une possession, mais par une obsession compulsive qui dévoile des conséquences quasi incestueuses. Là encore, le procédé a déjà été employé auparavant, notamment dans l’exécrable sixième volet. De même, on retrouve ce cadre familial recomposé qui prend ici un peu plus d’épaisseur. Certes, on ne s’éloigne pas de certains poncifs assez faciles, mais l’ensemble reste globalement vraisemblable au regard de ce que l’on a pu constater dans les précédents scénarios.

Il est toutefois à regretter des liens toujours aussi ténus avec le 112 Ocean Avenue. L’intrigue disposait pourtant de certains tenants assimilables à Amityville. Preuve en est avec l’enfance de Bill, la construction de la maison sur les ruines d’une ancienne demeure ou le don de prescience de la famille Martin. Autant de points qui sont ici avancés, mais guère approfondis dans le sens souhaité. Et ce ne sont certainement pas de vieux articles de journaux et une séance ésotérique tardive qui inverseront la tendance. Quant au dénouement, on joue sur la précipitation des événements, quitte parfois à emprunter des raccourcis téléphonés.

C'est ce qu'on appelle une tête de déterré

Au final, Amityville - La maison de poupées reste un volet assez sympathique compte tenu du passif de la saga. On apprécie le soin apporté sur l’objet de la hantise, ainsi qu’une trame relativement fluide, à défaut d’être constante dans sa cohérence. Les phénomènes paranormaux s’adaptent à des situations diversifiées, ainsi qu’aux protagonistes; adultes comme enfants. Il en résulte un problème commun qui se manifeste différemment, et ce, avec plus ou moins d’intensités. On déplore néanmoins certaines ficelles éculées et une dernière partie assez alambiquée, car trop vite expédiée. Un huitième épisode correct qui relève la moyenne des précédents métrages.

A propos de l'auteur : Dante_1984
Portrait de Dante_1984

J'ai découvert le site en 2008 et j'ai été immédiatement séduit par l'opportunité de participer à la vie d'un site qui a pour objectif de faire vivre le cinéma de genre. J'ai commencé par ajouter des fiches. Puis, j'ai souhaité faire partager mes dernières découvertes en laissant des avis sur les films que je voyais.

Autres critiques

Battleship
Notre planète est assaillie par une horde de vaisseaux spatiaux qui s'échoue au large de l'archipel d'Hawaï. Une flotte américaine en manoeuvre dans la zone va devoir repousser l'invasion. C'est donc avec trois bouts de ficelle en guise de scénario que Hasbro reprend le célèbre jeu de société pour en faire un blockbuster complètement décérébré. Tout comme leur licence phare...
Aftershock : l'Enfer sur Terre
La jaquette d' Aftershock : L'enfer sur Terre annonce d'emblée la couleur : par les producteurs d' Hostel . De fait, en visionnant le film, on ne peut nier la filiation entre les deux métrages car le principal défaut du second, à savoir une interminable introduction, se retrouve dans le premier. L'influence d' Eli Roth , réalisateur d'Hostel et ici acteur secondaire,...
Wolfcop
Lou est policier dans une bourgade quelconque du Canada. Alcoolique et paresseux, il est toujours en retard, ce qui lui vaut d’être constamment rappelé à l’ordre par son supérieur et d’être ridiculisé face à l’efficacité de sa collègue Tina. Pilier de comptoir du rad local où il échoue régulièrement pour étancher sa soif et draguer la serveuse sans succès, Lou est chargé par son chef d’aller...
Grizzly Park
Le premier contact avec Grizzly Park n'est pas désagréable. Le visuel de couverture est classique mais sympathique et la jaquette clame fièrement "Grizzly Park s'impose comme la référence des films de Grizzly". Un slogan sans âme et qui ne convaincra personne mais puisqu'il est là, quelqu'un a bien dû l'écrire. Alors maintenant il y a deux possibilités: soit cette...
Les Châtiments
Par le biais de leur société Dark Castle, Robert Zemeckis et Joel Silver nous offrent régulièrement des films d'horreur qui, sans être excellents, nous procurent tout de même de très bons moments. On retiendra notamment La maison de l'horreur ou La maison de cire. Assez prévisible dans l'ensemble, mais rondement mené par leur réalisateur respectif. Qui plus est, si les premières...