Voir la fiche complète du film : Nurse 3-D (Douglas Aarniokoski - 2012)

Nurse

Une jeune infirmière, épaulée par une supérieure dévouée et attentive, comprend rapidement que celle-ci cache en réalité un lourd secret. Nurse s'avère être une excellente série B, sexy et assez originale.
Publié le 25 Juillet 2014 par GORE MANIACVoir la fiche de Nurse 3-D
7
Hôpital

Attention, cette critique contient des spoilers.

Une jeune infirmière, épaulée par une supérieure dévouée et attentive, comprend rapidement que celle-ci cache en réalité un lourd secret.

Depuis plusieurs décennies, l'hôpital sert de repaire à bon nombre de praticiens dégénérés ayant offert quelques sueurs froides aux amateurs de sensations fortes. La 3D pouvant permettre de prolonger le plaisir en s'appuyant sur de nouvelles technologies numériques, Nurse s'apparente donc comme le possible chef de file de la nouvelle génération. A tort ou à raison ?

Le prologue nous dévoile les caractéristiques ainsi que les atouts charmes de notre tueuse. Le visuel, léché, diverge radicalement de dialogues racoleurs et bas de gamme. La découverte du lieu de travail d'Abigail Russell oriente davantage le film vers l'érotisme, voire le X, tant par son angle voyeuriste primaire que par une vision caricaturale des métiers hospitaliers (docteurs aux moeurs légères et infirmières victimes de leur sensualité provocante). Ainsi, l'horreur est laissée de côté, le scénario privilégiant la relation se nouant entre Abigail et Danni, sa jeune collègue qu'elle prend sous son aile.

Force est de constater que le climat mis en place par Douglas Aarniokoski (The Day, Highlander Endgame) fonctionne plutôt bien, surtout pour un public masculin. En effet, entre une scène dans les vestiaires et celle de la boite de nuit, le spectateur aura de quoi admirer les plastiques parfaites de Paz de la Huerta et de Katrina Bowden, tandis que le piège semble se resserrer autour de Danni. Toutefois, la jeune femme enquête sur sa supérieure, et mettra à jour le passé trouble d'Abigail, lié à l'adultère de son père, dont elle été témoin à l'âge de huit ans.

Abonné aux séries B, Aarniokoski sait y faire pour apporter rythme et suspense à son métrage. Concernant la psychologie de ses personnages, il ne fait qu'effleurer la double personnalité de son bourreau. On le regrette pour Paz de la Huerta, énigmatique à souhait, à l'aise dans son côté sombre, mais qui n'a pas eu le loisir d'exploiter la fragilité d'un personnage borderline plutôt riche. Idem pour Katrina Bowden, qui parfois ne joue que les utilités, alors que l'objet de la convoitise d'Abby est rusé et n'a rien de l'habituelle scream Queen (à l'instar de sa prestation remarquée dans Tucker et Dale fightent le Mal).

ci le beau rôle au sexe faible (une forme de négation d'un prologue assurément machiste). Le temps d'une courte séquence (l'impression de recevoir un scalpel en plein visage), le scénario tente de valider l'intérêt de l'usage des lunettes 3D. Néanmoins, comme pour beaucoup d'autres métrages, la version 3D est ici aussi dispensable que contestable (l'éditeur du DVD propose d'ailleurs un choix initial, salutaire, entre 2D et 3D). En offrant une porte de sortie à son héroïne (dont les meurtres sauvages partent en fait d'une intention fort louable), le réalisateur évite l'ennuyeux happy end, tout en laissant ouverte une possible suite.

Comme pour Sick Nurses, Nurse se sert de l'imagerie de fantasme masculin véhiculé par le métier d'infirmière pour hisser celle-ci au rang d'émasculatrice de l'homme infidèle. Fort d'une interprétation de qualité, d'un bon rythme et de quelques meurtres savamment orchestrés (ceux du psychiatre et du médecin, notamment), Nurse s'avère être une excellente série B, sexy et assez originale. De la part du modeste Aarniokoski, il s'agit d'une agréable surprise !

A propos de l'auteur : GORE MANIAC
Portrait de GORE MANIAC

J'essaie de partager ma passion pour un cinéma méconnu, mais qui mérite incontestablement qu'on s'y arrête !

Autres critiques

The Last Sharknado : It's About Time
Depuis 2013, Sharknado est devenu un phénomène aussi inexplicable qu’incongru. Malgré sa débilité clairement affichée, une équipe au rabais et un concept fauché en rase-mottes, Anthony C. Ferrante a réussi le pari hautement improbable de rendre «culte» un étron du septième art. Comme évoqué dans les critiques des précédents volets, la nullité s’est avérée un standard de...
Mystic river
J'avoue. Je n'ai jamais été un grand fan de Clint Eastwood en tant qu'acteur. Je n'aime pas sa façon de jouer. Mais par contre, quel réalisateur ! Je l'ai découvert sur le tard avec Space cowboys , un film très sympathique mais pas inoubliable, et puis je suis tombé sur celui-ci : Mystic River . Et là, la claque ! Rien que d'évoquer ce film, j'en ai encore les poils qui se hérissent tant sa...
Hostel : Chapitre 3
Après l'échec commercial du second opus (seulement 17,000,000$ au box-office US), il n'est pas étonnant de voir la saga Hostel emprunter les chemins plus économiques du Direct-to-DVD. Un choix logique, mais néanmoins regrettable, tant les suites bon marchés d'oeuvres marquantes se révèlent souvent être de qualité discutable (voir la saga Hellraiser ). De plus, découvrir que cette...
La légende de Viy
S’il est aisé pour le cinéma occidental de revisiter les contes et légendes qui ont bercé notre enfance, l’initiative se révèle plus ardue pour certains pays (ici la Russie, mais on songe aussi à la production asiatique). Le folklore local a la particularité d’offrir un point de vue singulier et souvent personnel d’un lieu avec ses coutumes, ses histoires, ses croyances et surtout sa population...
The River
À nouveau associé à une série télévisée, le nom de Steven Spielberg en tant que producteur a du mal à faire rêver. En 2011, la déconvenue de Terra Nova aurait pu refroidir ses ardeurs sur le petit écran. Mais l'illustre cinéaste ne se démonte pas face à l'échec. C'est ainsi qu'il récidive avec The river . Un projet ambitieux qui mêle aventures et horreur. À la base du concept ?...