Voir la fiche complète du film : The Mother (Lars Jacobson, Amardeep Kaleka - 2008)

The Mother

Un soir, une mère de famille apparaît très fatiguée et en proie à une violente crise de nerfs. The Mother peut se targuer de ne pas laisser indifférent, à condition de ne pas trop en attendre de la part d'un scénario assez mince.
Publié le 4 Octobre 2010 par GORE MANIACVoir la fiche de The Mother
8

**Attention, cette chronique contient quelques spoilers.**

Une mère de famille, qui vient d'accoucher de son quatrième enfant, se retrouve régulièrement seule avec ses petits lorsque son mari, routier, part travailler. Un soir, elle apparaît très fatiguée et en proie à une violente crise de nerfs.

S'inspirant vaguement d'un fait divers survenu au Texas, The Mother évoque un trouble propre à quelques femmes ayant récemment accouché : le baby blues (titre original du film, une fois de plus modifié lors de sa distribution en France pour d'obscures raisons). Ce syndrome provoque chez sa patiente une forme de légère dépression post-natale, pouvant donc parfois mal tourner.

Ce film débute comme un drame psychologique. On y découvre les premiers égarements visuels de la mère de famille, qui croit voir les blessures originelles du Christ à travers des taches de confiture sur un tee-shirt.

Thème porteur dans le cinéma indépendant américain ces dernières années (Inside, Fragments), la foi religieuse est une nouvelle fois prise à partie.
Ici, c'est encore la foi qui poussera petit à petit la mère dans une spirale la menant d'une dévotion désuete (son obsession pour un baptême rapide de son dernier enfant) vers une implacable folier meurtrière (dont le but initial semble être juste de punir les bêtises de ses petits, souvent sales).

Alors que l'on pensait assister à une montée en douceur de la tension, les deux cinéastes de The Mother nous surprennent en plongeant sans prévenir dans un gouffre sans fond. D'une assiette brisée à un bébé étranglé, il n'y a en effet qu'un pas que l'héroïne de ce métrage franchit allégrement, en l'espace d'un instant.
La faible durée du film (75 minutes) est en effet propice à ce genre d'accélération narrative.

Délaissant l'analyse psychologique détaillée, le tandem préfère nous immerger dans un huis clos punitif dénué de temps mort, dans lequel la demeure familiale, en principe lieu de réconfort et de sérénité, se transforme en théâtre d'une tuerie aussi sanglante qu'expéditive.

Le film se résumera rapidement à un duel entre le fils aîné, Jimmy (Ridge Canipe), et sa mère. Cette dernière, interprétée par Colleen Porch, est tout fait convaincante dans un rôle aussi tortueux qu'ambigu. L'étrange partie de cache-cache final mêlera avec justesse terreur pure, haine, tristesse et incompréhension, dans une atmosphère qui évoque quelque peu l'épilogue de Shining.

A un degré moindre que ses illustres consoeurs : Bette Davis (très inquiétante dans The Nanny) et Kathy Bates (phénoménale dans Misery), Colleen Porch réussit toutefois une composition haletante. Son personnage, qui conserve une part d'humanité, impressionne par son ambivalence. Ainsi, son fils hésitera longuement entre la défense et l'attaque, comme par exemple dans la scène du poulailler.
Le jeune comédien Ridge Canipe offre une jolie réplique à celle qui veut lui reprendre la vie qu'elle lui a donné. Il est touchant par son courage, son abnégation et son ingéniosité, finissant par rendre coup pour coup dans un quart d'heure final rondement mené.

Dès lors, il aurait été jubilatoire de pousser un peu plus loin l'examen du comportement de ces deux êtres liés par un sentiment malsain, entre amour maternel et haine féroce, plutôt que de privilégier sans demi-mesure une succession de meurtres sordides, certes spectaculaires et malsains, mais démontrant aussi la difficulté de ce métrage à sortir du cadre de la série B d'épouvante, la faute probablement à un manque d'expérience de la part des deux cinéastes.
L'épilogue réservera encore un surprenant retournement de situation, finalement logique au regard de l'identité du bourreau, et propice à une possible suite en cas de succès.

Série B bien rythmée et inventive, The Mother peut se targuer de ne pas laisser indifférent, à condition de ne pas trop en attendre de la part d'un scénario assez mince.

A propos de l'auteur : GORE MANIAC
Portrait de GORE MANIAC

J'essaie de partager ma passion pour un cinéma méconnu, mais qui mérite incontestablement qu'on s'y arrête !

Autres critiques

Feast 2
Non, Feast 2 : Sloppy Seconds n'est pas un film à caractère pornographique où un petit chien noir et blanc s'en prendrait plein l'arrière-train. Il s'agit ici de la suite d'un film d'horreur qui a partagé le public, j'ai nommé Feast . Dans ce film, on dit adieu à Ben Affleck et Matt Damon pour la production et quand des gens quittent le navire, ce n'est jamais bon...
Alfred Hitchcock Présente
*Attention, cette critique contient quelques spoilers.* Le maître du suspense, Alfred Hitchcock en personne, présente une série d'histoires macabres et singulières, ayant souvent pour thème central le meurtre. De 1955 à 1962, la série Alfred Hitchcock Présente proposa plus de 250 épisodes, d'une trentaine de minutes chacun, réunissant de nombreuses stars, devant et derrière la caméra. A l...
Invasion Finale
En cours de transfert durant une tempête de neige, un prisonnier (Bruce Campbell) est victime d'un accident de voitures. Escorté par deux policiers, il échoue dans un petit aéroport privé, complètement isolé, et va découvrir très vite que quelque chose d'anormal est en train de se passer. Depuis les années 50, l'invasion extra-terrestre fait partie des thèmes récurrents en matière de...
Mu Zan E
Grand pourvoyeur de pellicules scabreuses et dérangeantes, le cinéma japonais a tôt fait d’explorer les recoins les plus sombres et putrides de l’âme humaine. Certains réalisateurs s’en sont allègrement repus dans les années1970 avec les pinku eiga. Mais les inclinations sadiques et masochistes ne se limitent pas à un sous-genre érotique. Elles s’insinuent dans des...
Amityville
Si les remakes ont toujours fait partie du modèle hollywoodien, les années 2000 ont connu un recyclage effréné de productions emblématiques. Après le succès mérité du Massacre à la tronçonneuse de Marcus Nispel, le cinéma de genre a particulièrement été impacté. Bien que sa notoriété soit restée dans les mémoires pour les affaires DeFeo et Lutz, le cas Amityville a été progressivement dénaturé au...