Voir la fiche complète du film : Laid to Rest (Robert Hall - 2009)

Laid to Rest

Un slasher décevant, qui ne vaut que par ses effets gores et le look de son tueur vedette...
Publié le 26 Février 2012 par GeoffreyVoir la fiche de Laid to Rest
6

Laid to Rest n'a toujours pas connu les honneurs d'une sortie en Europe francophone, que ce soit au cinéma ou en DTV. Un sort étonnant au vu de la réputation correcte du bazar sur le net, mais finalement assez logique si l'on ne tient compte que de ses quelques qualités intrinsèques.
On pourrait toujours objecter en avançant que de nombreux DTV sont bien moins réussis que ce Laid to Rest, ce qui est vrai, mais on pourrait aussi rétorquer que d'autres lui sont bien supérieurs, ce qui serait tout aussi vrai.
Bref, Laid to rest est un film moyen qui n'a rien d'inoubliable.

En effet, seules deux choses sont vraiment réussies dans le film de Robert Hall : le tueur, charismatique en diable avec son look techno-stylé, et les effets gores. (Robert Hall a déclaré avoir privilégié les effets de plateau et cela se voit car la qualité de ceux-ci enterre tout ce qui se fait en CGI).


Hello. Moi c'est ChromeSkull...

Une jeune femme se réveille dans un cercueil, amnésique. Quand elle en sort, c'est pour être poursuivie par un tueur chauve, silencieux, et arborant un masque de squelette chromé, d'où son nom de ChromeSkull...


...et je ne suis pas là pour rigoler.

Au niveau du scénario, on ne peut pas dire que Robert Hall (également à la réalisation) se soit creusé les méninges. Une fille en détresse, un tueur mystérieux, quelques rencontres fortuites, et hop, l'affaire est dans le sac. Et puisque le bonhomme responsable de ce script d'une platitude confondante n'est pas plus doué avec une caméra à la main, le résultat final ne pouvait forcément être que moyennement emballant.

Mais ce script sans éclat aurait tout de même pu donner quelque chose de sympa si la réalisation avait été de qualité. Car, après tout, les bons slashers se démarquent rarement par l'originalité de leur histoire. Seulement, Robert se contente de proposer une mise en image qui frise, par moments, le téléfilm bas de gamme et se complait dans les séquences à la limite du nanardesques.
Se déroulant entièrement de nuit, Laid To Rest aurait en outre gagné à bénéficier d'éclairages plus travaillés.
Bref, la réalisation de Robert Hall est terne et maladroite, à l'image de son scénario truffé d'incohérences, principalement dans le comportement des personnages (Pourquoi nos zéros reviennent-il dans la tanière de ChromeSkull pour s'y enfermer au lieu de s'enfuir loin ???).

Sans compter qu'à ces tares déjà rédhibitoires s'ajoute un montage calamiteux. Celui-ci, opéré sans aucune subtilité, n'aide pas Laid To Rest à trouver un rythme de croisière satisfaisant et parvient même à gâcher certaines séquences de meurtre (un comble vu que les effets gores sont l'un des seuls intérêts du film!).


Heureusement, le film est généreux en hémoglobine.

Pour comprendre d'où viennent toutes ces approximations, il convient de détailler un peu le parcours de Robert Hall. Si son nom ne vous dit rien, rassurez-vous, c'est normal, car le gaillard est avant tout un spécialiste des maquillages d'épouvante. Il a ainsi oeuvré sur Paranormal Activity 2 et 3, sur The Crazies, Quarantine 1 et 2, en plus d'un paquet de séries et autres séries B.
Seulement en tant que réalisateur/scénariste, il n'a qu'un seul film à son actif, Lightning Bug, lequel est totalement inconnu par chez nous.

Ceci explique sans doute en grande partie pourquoi Laid to Rest manque de liant, de rigueur scénaristique et de crédibilité (le tueur, un homme à priori normal, possède une résistance surhumaine).
Ceci dit, à coté de ces nombreux errements, notons tout de même que le film contient de très bonnes idées, comme le final, très chouette, avec la découverte de l'identité de "Princesse" et l'affrontement ultime avec Chromeskull.


Des effets artisanaux comme on n'en fait plus...

Bref, il n'y a pas grand chose à retenir de ce slasher lamba, au scénario un peu neuneu, si ce n'est ses bons effets gores et son tueur qui a une classe folle. Dommage qu'il soit si mal mis en valeur.

Espérons que le sieur Hall aura appris de ses erreurs afin de nous pondre un ChromeSkull : Laid to Rest 2 qui fasse honneur à son boogeyman.

A propos de l'auteur : Geoffrey
Portrait de Geoffrey

Comme d'autres (notamment Max et Dante_1984), je venais régulièrement sur Horreur.net en tant que lecteur, et après avoir envoyé quelques critiques à Laurent, le webmaster, j'ai pu intégrer le staff début 2006. Depuis, mes fonctions ont peu à peu pris de l'ampleur.

Autres critiques

Evangelion: 1.0 You Are (Not) Alone
Série japonaise culte, Neon Genesis Evangelion est quasiment un passage obligé pour tous les fans de Mécha ou d'animation nippone. Il faut dire que la réalisation excellente ainsi qu'un scénario en béton (malgré une fin plutôt bâclée) avaient mis tout le monde d'accord et généré un enthousiasme rarement vu, entraînant dans son sillage une horde de fans. Bref, Evangelion avait été un gros succès...
Histeria
Attention cette critique peut contenir des spoilers Depuis 1998 et The Ring , les films de fantômes asiatiques ont déferlé comme un tsunami sur nos écrans. C'est ainsi que les filles aux longs cheveux, Gamins blancs (ou bleus c'est selon) et une foule d'esprits nés du folklore local ont fait frissonner des millions de spectateurs. Il faut croire que le public asiatique ne lasse pas de ces...
Attack the Block
Dans une cité malfamée de Londres, un groupe de délinquants juvéniles se voit contraint d'affronter une invasion d'extraterrestres belliqueux après qu'ils aient tué l'un d'entre eux. La nuit risque d'être longue et agitée. Le moins que l'on puisse dire, c'est que l’année 2011 aura été prolifique en productions « aliénantes » où les êtres venus d'ailleurs en voulaient à notre belle planète ou se...
Amityville 2 : Le possédé
Le premier film de la saga Amityville se penchait sur la période d’habitation de la famille Lutz. Arnaque opportuniste ou cas avéré de maison hantée, l’intrigue se développait sur l’influence latente de l’assassinat de la famille DeFeo. Ce dernier point étant un argument de poids pour soutenir l’aura glauque des lieux. À peine évoqué en début de métrage, ce fait...
Sleepy Hollow
Contrairement aux mythes fondateurs du fantastique tels que Dracula , La légende du cavalier sans tête ne possède pas une énorme filmographie au fil de l’histoire du cinéma. Des productions méconnues en passant par des séries B anecdotiques ou même des dessins animés pour effrayer tous les publics. Pourtant, la nouvelle de Washington Irving se voit adapter par un certain Tim Burton en 1999 qui...