Voir la fiche complète du film : Death valley (Austin Reading, Jordan Vogt-Roberts - 2011)

Death valley

Une série assez folle qui privilégie l’humour à une histoire originale. Pas vraiment cohérent, encore moins à prendre au sérieux, mais divertissant. Les amateurs de bizarreries apprécieront sans doute.
Publié le 31 Mars 2014 par Dante_1984Voir la fiche de Death valley
6
Zombie Vampire Loup-Garou

Si l’on excepte l’incontournable Walking dead et les animes japonais, le zombie et la série TV sont un mélange plutôt rare. Cette créature en décomposition est davantage à l’aise sur grand écran. Pourtant, l’on a eu droit à Dead set, mini-série savoureuse tournant en dérision la télé-réalité de fort belle manière. Plus récemment, le projet avorté de Zombieland et son épisode pilote qui ne connaîtra jamais de dénouement. Death valley, c’est un peu l’outsider que l’on n’attend pas vraiment. Le style de production qui fait son bonhomme de chemin sans faire de vagues, a fortiori lorsque l’audimat ne suit pas et précipite une deuxième saison dans les oubliettes. Cette série rencontrera-t-elle un succès d’estime auprès des amateurs du genre ou n’est-elle qu’une piètre tentative mercantile à ignorer sans états d’âme ?


Dur, dur de faire une patrouille quand on fait une petite escale sur le tournage d’un film porno.

Mais Death valley n’est pas l’affaire que des morts-vivants. Nous avons droit à deux autres figures emblématiques du cinéma horrifique avec les loups-garous et les vampires. En cela, le concept se montre assez singulier, bien que les crossovers de cet acabit ont rarement fourni de bons résultats. La faute principalement à un manque de cohérences et des univers trop disparates. Toutefois, les scénaristes ne s’entichent pas de détails saugrenus ou pompeux pour laisser libre cours à leur délire. En effet, l’action se situe un an après l’invasion de tout ce beau monde et la ville semble s’écouler (presque) normalement dans la vallée de San Fernando (territoire majoritairement couvert par Los Angeles).

L’on accompagne donc les membres de l’UTF, brigade de police très spéciale, qui est chargée de traquer et de contenir la menace. Seulement, nous avons droit à une équipe de bras cassés qui se montrent au mieux benêts, au pire incompétents. En des circonstances différentes, on pourrait fustiger ce lot de caricatures ambulantes avec tous les clichés sexistes qui s’ensuivent, mais le ton est clairement à la rigolade. C’est dans un esprit de second degré (voire troisième ou plus selon affinités) parfaitement assumé que l’on se retrouve avec un capitaine macho et narcissique à la voix détestable, le gros balourd sensible, l’obsédé de service, la jeune recrue ultra-compétente que personne ne remarque et bien d’autres encore. Les acteurs ont la fâcheuse manie à en faire plus que de rigueurs, mais cela ne choque pas vraiment outre mesure.


Les courses chez Ikea ne sont pas toujours de tout repos...

Seulement, cet humour potache est à double tranchant. Certaines séquences peuvent se montrer parfaitement opportunes et bien trouvées, tandis que d’autres se révèlent plutôt lourdes, voire irritantes, pour les plus ratés. En misant tout sur l’aspect humoristique, la série a tendance à en faire de trop. L’ensemble reste distrayant, mais la qualité des épisodes est d’un intérêt inégal, car les situations ne sont pas toujours adéquates ou redondantes. À vrai dire, l’on a l’impression de découvrir une version trash de Lawman (Au service de la loi), le docu « réalité » avec Steven Seagal. Des journalistes qui suivent les policiers durant leur patrouille. On n’est pas dans une dénonciation de ce type d’émission ou même d’une autodérision, mais le constat est flagrant.

Ce choix confère parfois à la mise en scène des passages chaotiques où les angles et les tressautements de l’image (le caméraman court) donnent un aspect faux-documentaire. Fort heureusement, ce genre d’initiatives reste assez anecdotique dans l’ensemble. Les décors se cantonnent à Los Angeles, mais font montre d’une certaine variété avec les collines, les zones urbaines à forte densité, le commissariat, un stade ou les quartiers en périphérie de la ville. Ce n’est pas toujours évident (surtout en tournant principalement la nuit), mais l’appréciation générale offre un terrain de jeu assez jouissif compte tenu de son potentiel.


Pas de problèmes, nous avons la situation bien en main !

En ce qui concerne nos chères créatures, on oscille entre l’acceptable et le très bon. Le maquillage des zombies est assez bluffant (compte tenu du budget) avec un panel de physique et de possibilités très diverses. On a droit également aux deux versions du mort-vivant avec les deux à l’heure (très lent, donc) et ceux qui détalent comme des lapins. Les loups-garous sont assez classiques avec une transformation que l’on ne verra jamais et des expressions faciales un rien ahuries lorsqu’ils sont sur le point de céder la place à l’animal. En revanche, les vampires n’apportent quasiment rien avec un teint hâve et deux canines très discrètes. Vous l’aurez compris, les codes sont repris de manière aléatoire sans un véritable respect, mais sans le dédain qui caractérise les pires navets.

On oublie donc le côté survivaliste qui n’a aucun intérêt dans le cas présent. Ce n’est pas avec trois bouts de ficelles et l’assaut d’un bus par une horde de zombies qui changera cet état de fait. Les vampires se prostituent pour du sang ou excellent dans le trafic de drogues, les loups-garous n’en font qu’à leur tête s’ils ne sont pas confinés à la pleine lune, mais aussi les morts-vivants qui errent dans les rues tels des SDF. En somme, on a droit à la lie de l’humanité où l’on trouvera une sorte de transposition des différentes tares et criminels de nos sociétés sous une forme bien moins flatteuse. Il ne s’agit ni plus ni moins d’une chasse aux sorcières maquillée sous la recherche de la justice. Cela reste en tout cas assez basique dans ses fondements pour ne rien évoquer de plus chez le spectateur.


Ca, c’est du braquage !

Death valley est donc une série sympathique qui ne paye pas de mine aux premiers abords, mais montre rapidement sa véritable nature et son potentiel. Doté d’épisodes assez courts, le rythme effréné ne faiblit pas si bien que la succession de fusillades, de règlements de compte et autres routines du flic lambda peut paraître décousue. Toutefois, le scénario au ras des pâquerettes ne propose qu’un intérêt minime, tout comme la pseudo-dénonciation du pouvoir des images. L’humour est l’attrait principal. Il ne fait pas toujours mouche, mais offre un capital sympathie bienvenu, voire salvateur. C’est comme si Police academy rencontrait le cinéma d’horreur au coin d’une ruelle malfamée. Le résultat n’est pas exempt de reproches, mais plaisant et assez jouissif dans l’ensemble.

A propos de l'auteur : Dante_1984
Portrait de Dante_1984

J'ai découvert le site en 2008 et j'ai été immédiatement séduit par l'opportunité de participer à la vie d'un site qui a pour objectif de faire vivre le cinéma de genre. J'ai commencé par ajouter des fiches. Puis, j'ai souhaité faire partager mes dernières découvertes en laissant des avis sur les films que je voyais.

Autres critiques

Une nuit en enfer
Longtemps dénigrées par le monde du cinéma, les séries sont parvenues à un statut de reconnaissance telle que des acteurs et réalisateurs de renoms n’ont pas hésité à franchir le pas du petit écran. David Fincher pour House of cards , Woody Harrelson et Matthew McConaughey pour True detective … Les exemples ne manquent pas. Intarissables explorateurs de l’entourloupe, les producteurs se sont...
The Fury
*** Attention spoilers *** Deux ans après Carrie au bal du diable , Brian De Palma poursuit sa lancée dans le fantastique en traitant à nouveau de jeunes gens dépassés par leurs pouvoirs surnaturels. Tout commence dans une station balnéaire en Israël où deux vieux amis, Peter Sandza et Ben Childress, respectivement campés par Kirk Douglas et John Cassavetes, discutent du départ en retraite du...
Deadman wonderland
L'univers carcéral a toujours alimenté les imaginaires fertiles. Versée dans le suspense, l'horreur, la science-fiction et bien d'autres domaines, la prison est un endroit clos qui débride les pires exactions humaines. Si les huis clos ne sont pas nouveaux dans le manga ( Doubt et ses nombreuses références à Saw et Les dix petits nègres ), la prison est un cadre peu exploité dans cette branche...
Don't Breathe - La maison des ténèbres
En 2013, Fede Alvarez crée la surprise avec un remake réussi du film culte Evil Dead . Le cinéaste imposait une habile relecture de l’œuvre de Sam Raimi. Son nouveau projet était donc attendu au tournant pour confirmer l’essai. Contrairement au titre racoleur français à la banalité affligeante, Don't Breathe révèle une approche étonnante du huis clos horrifique tel qu’on le...
La Prophétie de l'Horloge
Lorsqu’on pense aux films familiaux de fin d’année, pour Noël ou Halloween, l’on songe à des productions calibrées pour le grand public. L’ajout d’éléments de fantasy ou fantastique suggère des adaptations littéraires plutôt qu’à des créations originales pour le 7 e art. En marge des ouvrages de J.K. Rowling ou les films-live de chez Disney reprenant leurs plus...