Voir la fiche complète du film : Ginger Snaps : Resurrection (Brett Sullivan - 2003)

Ginger Snaps : Resurrection

Après la mort de sa sœur Ginger, Brigitte s'est évadée dans la nature. Honnête suite, comportant quelques faits intéressants dans la saga Ginger Snaps, ce second volet de la trilogie peine à faire oublier son prédécesseur.
Publié le 14 Décembre 2009 par GORE MANIACVoir la fiche de Ginger Snaps : Resurrection
6
Loup-Garou Hôpital

Après la mort de sa soeur Ginger, Brigitte s'est évadée dans la nature, tentant d'enrayer la progression de sa contamination en s'injectant régulièrement des doses d'aconit.
Cependant, elle est poursuivie depuis plusieurs jours par l'un de ses féroces congénères.

Donner une suite à un film n'est jamais chose aisée, surtout lorsque l'originel avait donné lieu à une relecture ingénieuse et intimiste du mythe lycanthropique.
Le second volet de cette trilogie peut se suivre comme une suite directe au premier opus. La sœur rescapée est désormais la nouvelle victime de la malédiction qui s'est abattue sur Ginger. Soulignons déjà que le scénario prend des risques.
Tout d'abord en modifiant complètement l'univers du précédent film, un centre de désintoxication remplaçant le collège. Ensuite, en ne donnant pas forcément le beau rôle à l'héroïne du métrage, Brigitte étant à l'image d'une junkie, décharnée, solitaire et perdue. Enfin, en délaissant donc tout, ou presque, du premier Ginger Snaps, pour confronter la survivante, Brigitte, à de nouveaux ennemis, même si sa sœur hante encore son esprit (Katharine Isabelle y fait ainsi quelques apparitions).
Néanmoins, le réalisateur conserve la principale qualité du premier film de la saga, à savoir éviter le grandiloquent pour se concentrer sur l'humanité de son personnage central.

Un peu éclipsée par Ginger précédemment, Brigitte prend une toute autre dimension ici. Emily Perkins campe avec une force prodigieuse cette adolescente envahie par un mal qui la ronge de l'intérieur, et l'isole encore davantage des gens, trouble qui entourait déjà sa vie avant les événements que l'on sait.
Cette sensation de vide et de solitude est accentuée par les lieux mêmes de ce duel qu'elle livrera contre le monstre rôdant à l'extérieur, et celui qui la ronge de l'intérieur, sa transformation physique n'étant rien par rapport aux ravages psychologiques qu'elle subit de plein fouet. Face à elle, les toxicomanes ne font qu'amplifier son sentiment d'isolement.

En effet, la terreur mentale est toujours mise en avant, de sorte que les admirateurs d'effets visuels s'ennuieront quelque peu devant cette vision intimiste du mythe du loup-garou. Car, au delà de la basique transformation, c'est le changement fondamental quotidien vécu par Brigitte qui est analysé dans ce film.

L'autre personnage clé de l'histoire se nomme Ghost, une petite fille victime des railleries des autres pensionnaires de l'institut, qui finira par se rapprocher de Brigitte, dans un cadre médical dépeint de manière glauque (les visites nocturnes du jeune interne auprès de pensionnaires en manque).
Ghost permet à Brigitte de conserver un lien étroit avec la réalité (ironique puisque la jeune fille est parfois déconnectée de la réalité, enfermée dans ses BD), et leur relation marquera de manière surprenante le dernier tiers du segment, qui se situe dans une cabane isolée dans les bois, emplacement idéal pour divers affrontements.

Toutefois, cette suite n'égale pas le film original, la faute à un rythme assez languissant. Une fois installé dans cet épisode, force est de constater que l'histoire manque parfois de relief ou de rebondissements, et que seul l'épilogue, original mais quelque peu déroutant, apporte une véritable identité à ce long-métrage, qui peine à renouer avec le souffle novateur du premier film, l'absence du tandem formé par les deux sœurs y étant sans doute pour beaucoup.

Honnête suite, comportant quelques faits intéressants dans la saga Ginger Snaps, ce second volet de la trilogie peine à faire oublier son prédécesseur, même s'il le prolonge non sans un certain talent, ne bénéficiant pas de réels moments d'effroi, ni de la profondeur nécessaire à ce genre d'exercice.

A propos de l'auteur : GORE MANIAC
Portrait de GORE MANIAC

J'essaie de partager ma passion pour un cinéma méconnu, mais qui mérite incontestablement qu'on s'y arrête !

Autres critiques

Le Dernier Pub avant la Fin du Monde
Beaucoup de personnes ne le savent pas, mais les trois films qui unissent Edgar Wright, Simon Pegg et Nick Frost portent un nom commun. En effet, on parle de trilogie Cornetto . La référence est assez simple, puisque cela renvoie au fait que les personnages se retrouvent toujours à manger des glaces de la marque. Après la réussite évidente et rafraîchissante de Shaun of the Dead , qui offrait une...
La Nuit du Loup-Garou
**Attention, cette critique contient des spoilers.** Né du viol d'une servante par un prisonnier dément, un orphelin est condamné par une terrible malédiction. Après s'être attaquée avec succès aux relectures de Dracula et Frankenstein , la Hammer se lance, au début des années 60, dans de nouveaux projets. Après les mythes de La Momie (1959) et de Jekyll et Hyde (1959), le célèbre studio...
La Nuit des morts vivants 3D
Les remakes sont une manne providentielle pour les producteurs. Le scénario est déjà écrit et le succès de l'oeuvre originale les rassure quant à un potentiel investissement. Pourtant, il est un cas un peu particulier : La nuit des morts-vivants . Je ne vous ferai pas l'affront de présenter l'½uvre culte de Romero, ni même de décrire son influence pour le cinéma de genre. Mais...
The Monster Project
Sans sombrer dans l’euphémisme, le found-footage est un genre parsemé de déclinaisons inégales qui, bien souvent, ont tendance à le niveler par le bas, parfois au point de le décrédibiliser. Du côté des occurrences notables dotées d’un budget très modeste, on peut évoquer Grave Encounters ou, dans un autre exercice de style, Noroï: The Curse et The Poughkeepsie Tapes . À l’...
Amityville : Darkforce
Depuis le second volet, la saga Amityville n’a plus grand-chose à offrir. Les suites se sont enchaînées et se sont révélées au mieux moyennes, au pire d’une infâme nullité. Le fait de voir arriver une septième itération relève donc plus de la gageure cinématographique que d’une nécessité à fournir une nouvelle pierre au mythe du 112 Ocean Avenue. La qualité déclinante, le manque...