Voir la fiche complète du film : Ginger Snaps : Resurrection (Brett Sullivan - 2003)

Ginger Snaps : Resurrection

Après la mort de sa sœur Ginger, Brigitte s'est évadée dans la nature. Honnête suite, comportant quelques faits intéressants dans la saga Ginger Snaps, ce second volet de la trilogie peine à faire oublier son prédécesseur.
Publié le 14 Décembre 2009 par GORE MANIACVoir la fiche de Ginger Snaps : Resurrection
6
Loup-Garou Hôpital

Après la mort de sa soeur Ginger, Brigitte s'est évadée dans la nature, tentant d'enrayer la progression de sa contamination en s'injectant régulièrement des doses d'aconit.
Cependant, elle est poursuivie depuis plusieurs jours par l'un de ses féroces congénères.

Donner une suite à un film n'est jamais chose aisée, surtout lorsque l'originel avait donné lieu à une relecture ingénieuse et intimiste du mythe lycanthropique.
Le second volet de cette trilogie peut se suivre comme une suite directe au premier opus. La sœur rescapée est désormais la nouvelle victime de la malédiction qui s'est abattue sur Ginger. Soulignons déjà que le scénario prend des risques.
Tout d'abord en modifiant complètement l'univers du précédent film, un centre de désintoxication remplaçant le collège. Ensuite, en ne donnant pas forcément le beau rôle à l'héroïne du métrage, Brigitte étant à l'image d'une junkie, décharnée, solitaire et perdue. Enfin, en délaissant donc tout, ou presque, du premier Ginger Snaps, pour confronter la survivante, Brigitte, à de nouveaux ennemis, même si sa sœur hante encore son esprit (Katharine Isabelle y fait ainsi quelques apparitions).
Néanmoins, le réalisateur conserve la principale qualité du premier film de la saga, à savoir éviter le grandiloquent pour se concentrer sur l'humanité de son personnage central.

Un peu éclipsée par Ginger précédemment, Brigitte prend une toute autre dimension ici. Emily Perkins campe avec une force prodigieuse cette adolescente envahie par un mal qui la ronge de l'intérieur, et l'isole encore davantage des gens, trouble qui entourait déjà sa vie avant les événements que l'on sait.
Cette sensation de vide et de solitude est accentuée par les lieux mêmes de ce duel qu'elle livrera contre le monstre rôdant à l'extérieur, et celui qui la ronge de l'intérieur, sa transformation physique n'étant rien par rapport aux ravages psychologiques qu'elle subit de plein fouet. Face à elle, les toxicomanes ne font qu'amplifier son sentiment d'isolement.

En effet, la terreur mentale est toujours mise en avant, de sorte que les admirateurs d'effets visuels s'ennuieront quelque peu devant cette vision intimiste du mythe du loup-garou. Car, au delà de la basique transformation, c'est le changement fondamental quotidien vécu par Brigitte qui est analysé dans ce film.

L'autre personnage clé de l'histoire se nomme Ghost, une petite fille victime des railleries des autres pensionnaires de l'institut, qui finira par se rapprocher de Brigitte, dans un cadre médical dépeint de manière glauque (les visites nocturnes du jeune interne auprès de pensionnaires en manque).
Ghost permet à Brigitte de conserver un lien étroit avec la réalité (ironique puisque la jeune fille est parfois déconnectée de la réalité, enfermée dans ses BD), et leur relation marquera de manière surprenante le dernier tiers du segment, qui se situe dans une cabane isolée dans les bois, emplacement idéal pour divers affrontements.

Toutefois, cette suite n'égale pas le film original, la faute à un rythme assez languissant. Une fois installé dans cet épisode, force est de constater que l'histoire manque parfois de relief ou de rebondissements, et que seul l'épilogue, original mais quelque peu déroutant, apporte une véritable identité à ce long-métrage, qui peine à renouer avec le souffle novateur du premier film, l'absence du tandem formé par les deux sœurs y étant sans doute pour beaucoup.

Honnête suite, comportant quelques faits intéressants dans la saga Ginger Snaps, ce second volet de la trilogie peine à faire oublier son prédécesseur, même s'il le prolonge non sans un certain talent, ne bénéficiant pas de réels moments d'effroi, ni de la profondeur nécessaire à ce genre d'exercice.

A propos de l'auteur : GORE MANIAC
Portrait de GORE MANIAC

J'essaie de partager ma passion pour un cinéma méconnu, mais qui mérite incontestablement qu'on s'y arrête !

Autres critiques

The Hills run red
Un slasher/survival en milieu forestier, ça vous dit? Comment ça, non? Mais si allez, je vous promets que celui-ci vaut le détour. Tout d'abord, sachez que le film jouit d'une très bonne réputation grâce à un buzz sur le net et à quelques apparitions réussies en festival. Ce Direct-to-dvd produit par Dark Castle et distribué par la Warner permet au réalisateur Dave Parker ( Les Morts...
Le redoutable homme des neiges
Pour le cinéma de genre, les années1950 sont marquées par de nombreuses productions de science-fiction. Entre les préoccupations scientifiques d’une vie extraterrestre et une parabole avec l’envahisseur communiste en période de guerre froide, les métrages de ce style se sont multipliés. Cela a notamment laissé le champ libre aux initiatives horrifiques qui, quelque peu en retrait...
Halloween 2
Il y a des choses qui sont difficiles à faire et à assumer. Par exemple, faire une suite à un film culte et qui a fait d'un personnage un emblème d'un genre. Rick Rosenthal était un petit inconnu en 1981 et pourtant c'est à lui que fut confié le projet de faire la suite de Halloween , le film intemporel de John Carpenter avec Michael Myers. Acte difficile et la tâche a de quoi être...
Laid to Rest
Laid to Rest n'a toujours pas connu les honneurs d'une sortie en Europe francophone, que ce soit au cinéma ou en DTV. Un sort étonnant au vu de la réputation correcte du bazar sur le net, mais finalement assez logique si l'on ne tient compte que de ses quelques qualités intrinsèques. On pourrait toujours objecter en avançant que de nombreux DTV sont bien moins réussis que ce Laid to...
L'étrange Mr. Slade
Plus que n’importe quel autre média, le cinéma s’est longuement épanché sur l’affaire Jack L’Éventreur. D’Hitchcock à Brahm, la première moitié du XXe siècle aura particulièrement été marquée par les adaptations successives du roman Marie Belloc Lowndes. Cette vision fictionnelle du plus grand cas de l’histoire criminelle contemporaine tente d’humaniser l...