Voir la fiche complète du film : Once Upon a Time at Christmas (Paul Tanter - 2017)

Once Upon a Time at Christmas

Si les lieux relativement vastes laissaient augurer un massacre âpre, Once Upon a Time at Christmas demeure un film d’horreur basique sans la moindre idée ni identité. Évolution mal maîtrisée, rythme capricieux, crimes sans intérêt, personnages indigents et désolants… Il en résulte une tentative ennuyeuse, embarrassante, prétentieuse et totalement dénuée de tout second degré.
Publié le 31 Décembre 2019 par Dante_1984Voir la fiche de Once Upon a Time at Christmas
3
Noël

Hormis quelques sympathiques transpositions et détournements, comme Krampus, il est difficile de trouver des productions horrifiques de qualité lorsqu’on évoque Noël. À la manière d’un calendrier de l’avent dégénéré (et peu savoureux), il est possible de patienter jusqu’au réveillon avec pléthores de métrages de seconde zone. D’ailleurs, Once Upon a Time at Christmas use d’un procédé similaire pour échelonner le massacre en règle sur les douze derniers jours qui précèdent le réveillon. Une idée assez vaine qui démontre des limites narratives évidentes. Au vu de sa tonalité, le film de Paul Tanter n’est pourtant pas un slasher comme on pourrait s’y attendre.

 

Le réveillon s'annonce sanglant...

Le simple fait d’étendre la trame temporelle à près d’une quinzaine de jours rend l’évolution aussi chaotique que lénifiante. Si le démarrage tend à se montrer généreux en matière de carnage, la suite s’essouffle rapidement. Dépeindre le quotidien des victimes, introduire les scènes de crime, appréhender les investigations… La multiplication des points de vue se révèle laborieuse et rarement nécessaire. Outre la linéarité du récit, on dénombre plusieurs incohérences et échanges stériles. Les dialogues sont navrants de stupidité, tandis que l’interprétation est à l’aune des personnages : d’une grande pénibilité. Mention spéciale au doublage d’une indigence totale.

De l’irruption des bras cassés du FBI à l’enquête improvisée pour découvrir les véritables motivations du duo de psychopathes, tout respire le déjà-vu et l’amateurisme à peine voilé. Cela vaut également pour les assassinats qui se contentent du minimum en matière de violence et de morts. En complément de l’indétrônable hache, on peut évoquer une immolation et une énucléation par flèche d’arbalète. Les trucages sont grossiers, surtout quand il s’agit de faire gicler de l’hémoglobine en image de synthèse. Le nombre de victimes a beau croître, il n’en demeure pas moins que leur trépas laisse le spectateur indifférent.

 

Notre duo de psychopathes prêt à entretenir la magie de Noël

Mais les personnages prétextes ne se cantonnent pas uniquement aux seconds rôles. Dans de telles circonstances, il est indispensable de trouver un antagoniste (ou deux, en l’occurrence) charismatique, à tout le moins doté d’une singularité autre qu’un œil torve et une brûlure sur le visage. Chaque apparition résonne alors avec le même écho. À savoir, une gestuelle saugrenue et des rires agaçants qui précèdent les coups de haches. On peut également s’attarder sur l’allure et le style de Mrs Claus. Cette dernière n’est qu’un clone du pauvre d’Harley Quinn dans Suicide Squad. Batte de baseball à l’appui ! C’en est tellement flagrant que sa présence lorgne dangereusement vers le plagiat.

L’un des rares points sympathiques, pour ne pas dire le seul, reste cette volonté de fournir une justification sous-jacente au carnage. Cette initiative de complexifier l’histoire est si inattendue pour un tel métrage que cette « surprise » en deviendrait presque surprenante. Pour autant, l’explication demeure sommaire et assez alambiquée dans ce qu’elle suggère. Elle a le mérite d’amoindrir la médiocrité omnipotente de la bobine. On peut néanmoins déplorer un dénouement interminable qui insiste sur cette pseudo-révélation, censée étonner le spectateur. De là à parler de prétentions intellectuelles de la part du cinéaste et des scénaristes, il n’y a qu’un pas.

 

Un cadeau bien emballé, ça fait toujours plaisir !

Au final, Once Upon a Time at Christmas est un mélange pour le moins maladroit entre thriller horrifique et slasher « traditionnel ». Le premier sous-tend des investigations laborieuses sans compétences aucunes (scénarisation, mise en scène...). Pour le second genre, on assiste à un massacre inconstant qui manque de violence graphique et d’imagination. De même, le schéma temporel de la narration ralentit l’action sans jamais savoir instaurer un suspense de rigueur ou une atmosphère inquiétante à défaut d’être véritablement oppressante. Il en ressort une initiative globalement pénible qui s’affuble d’un duo d’antagonistes à l’image du métrage : surfait et agaçant.  

A propos de l'auteur : Dante_1984
Portrait de Dante_1984

J'ai découvert le site en 2008 et j'ai été immédiatement séduit par l'opportunité de participer à la vie d'un site qui a pour objectif de faire vivre le cinéma de genre. J'ai commencé par ajouter des fiches. Puis, j'ai souhaité faire partager mes dernières découvertes en laissant des avis sur les films que je voyais.

Autres critiques

Total Recall : Mémoires Programmées
Le cinéma américain actuel est malade. C'est un fait, et il suffit de regarder les quelques sorties en salles pour s'en rendre compte. Bien souvent, ce sont les grands réalisateurs qui sortent de bons films, et encore, et parfois, il faut regarder dans les sorties en DVD pour voir quelques pépites du pays outre-Atlantique. Mais quels sont les symptômes de cette anémie cinématographique ? Le...
Shark week
Le film de requins-tueur et Asylum, c’est une éternelle histoire de désamour. Prônant le grand n’importe quoi et le mauvais goût à outrance, la société de production s’est fait un devoir de massacrer squales et autres prédateurs dans des navets tous plus ignobles les uns que les autres. Pour mettre en boîte pléthore d’immondices cinématographiques, elle a son lot de...
Phantasm Ravager
Alors qu'il tente encore d'échapper au Tall Man, Reggie se retrouve dans un fauteuil roulant, en compagnie de Mike, dans une maison de retraite. Ce dernier lui annonce qu'il est gravement malade. Débutée en 1979, la saga Phantasm est à part dans l'univers du film d'horreur. Fidèle au casting originel, restant bien ancré dans un style série B des eighties clairement assumé, le...
Mississippi River Sharks
Quand on aborde le domaine de la sharkploitation, des noms récurrents reviennent avec plus ou moins de régularité, comme Mark Atkins, Anthony C. Ferrante ou encore Christopher Ray. Des patronymes qui ont de quoi faire frémir, car s’ils démontrent une constance, c’est bien dans la qualité nullissime de leurs réalisations respectives. Depuis peu, une autre «trublionne» s...
A Cadaver Christmas
Un temps délaissé dans les affres du bis, les films Grindhouse ont connu un regain d’intérêt ces dernières années, notamment avec le diptyque de Quentin Tarantino et de Robert Rodriguez. Depuis, quelques incursions ont vu le jour. La plus percutante et célèbre d’entre elles étant Machete . Toutefois, certaines productions sont complètement passées inaperçues. En cause, un budget...