Voir la fiche complète du film : Les Irréguliers de Baker Street (Joss Agnew, Johnny Allan, Weronika Tofilska - 2021)

Les Irréguliers de Baker Street

Une série qui s’inspire très librement des personnages et de l’œuvre d’Arthur Conan Doyle où les enquêtes teintées de fantastique sont menées sans rigueur. Des retournements scénaristiques faciles, des protagonistes stéréotypés, des fondamentaux guère présents, une reconstitution historique minimaliste. Sous couvert d’une tonalité contemporaine surfaite et hors de propos, Les Irréguliers de Baker Street se cantonne à l’itération distrayante et sommaire. Une incursion guère mémorable dans l’univers de Sherlock Holmes.
Publié le 3 Octobre 2021 par Dante_1984Voir la fiche de Les Irréguliers de Baker Street
5

Sur grand ou petit écran, les adaptations de Sherlock Holmes sont innombrables, et ce, depuis l’avènement du cinéma. Univers intemporel, l’œuvre d’Arthur Conan Doyle a donné lieu à des transpositions plus ou moins mémorables, dont la fidélité est fluctuante selon les caprices des producteurs. Au sortir des dernières itérations télévisuelles, comme Elementary ou Sherlock, Netflix s’était déjà insinué dans pareil projet avec Enola Holmes, sorte de pastiche moyen issu d’un roman tout aussi standardisé pour couvrir un large public. Avec Les Irréguliers de Baker Street, le propos est sensiblement différent, eu égard à la tonalité fantastique. Pourtant, l’approche présente de nombreuses similarités avec la précédente référence.

D’emblée, on devine un traitement orienté vers les « teen-series ». Ce n’est en rien péjoratif, mais l’on distingue des poncifs qui rendent la tentative dénuée de toute singularité. Cela tient à une rythmique soutenue et pas forcément judicieuse pour dépeindre le Londres victorien de Sherlock Holmes. On songe aussi à ces effets de mise en scène dispensables pour affubler l’image d’une esthétique par trop contemporaine. Particulièrement représentative de ce constat, la bande-son est en total décalage avec l’ambiance générale. Irritante au possible, elle ridiculise et dessert des évènements clefs au lieu de les accompagner avec une réserve de circonstances.

Sous la plume d’autres auteurs, il est vrai que Sherlock Holmes a pu être confronté à des phénomènes paranormaux. Cependant, ce type d’incursion demeure peu probante et vaine lorsque les fondamentaux de base sont mal intégrés à l’histoire. Ici, on ne s’embarrasse guère d’une quelconque fidélité, même dans certains détails admis de tous. Cela vaut tout d’abord pour le statut des irréguliers. Certes, ils sont les protagonistes et Sherlock n’occupe qu’une importance mineure dans l’intrigue. Pour autant, leur rôle est de glaner des informations, non de mener des enquêtes. Cet élément est uniquement évoqué dans le premier épisode avant d’être purement et simplement oublié.

On regrette également des antagonismes maladroits avec des figures familières, comme le docteur Watson. Quant aux déductions et aux méthodes d’investigation de Sherlock, il faut désormais les conjuguer au passé. Seule la dépendance aux drogues en tout genre est conservée, rendant le personnage plus pathétique qu’utile au bon déroulement de l’histoire. Hormis le cadre et le patronyme des intervenants, cette série aurait pu s’affranchir sans mal de l’œuvre d’Arthur Conan Doyle. Ce qui rend l’initiative d’autant plus opportuniste dans son intention de s’octroyer une notoriété surfaite, pour ne pas dire surestimée.

Au sortir de ces considérations, les enquêtes demeurent sympathiques, mais sans fulgurance. Cela tient à des irruptions impromptues et rapidement oubliées, comme la présence de Mycroft Holmes, ou à des enjeux basiques. Les motivations des uns et des autres ressassent des poncifs éculés, comme le nanti en quête d’amitié et non de luxe, la sœur dotée de pouvoirs extrasensoriels ou le fidèle ami, amoureux transi de la protagoniste. Pour donner le change, les lignes de dialogue se contentent d’observations et de remarques stéréotypées. Malgré la tonalité ésotérique des enquêtes et une violence parfois explicite, l’ensemble manque de vraisemblance pour faire preuve de crédibilité.

Au final, Les Irréguliers de Baker Street est une série moyenne dans tout ce qu’elle entreprend. Prônant le divertissement à outrance, elle fait peu de cas d’une quelconque fidélité avec le canon holmésien. D’un caractère artificiel, les décors fleurent bon le tournage en studio, empêchant tout travail de fonds sur l’ambiance. De nombreux lieux sont recyclés, tout comme les réparties de protagonistes aux personnalités percluses de poncifs. L’idée de base n’est pas forcément mauvaise. Seulement, elle demeure traitée avec minimalisme, privilégiant une vision fantasque et beaucoup trop moderne pour offrir une incursion probante dans le Londres victorien. Cela sans compter moult approximations ou incohérences historiques. Une itération dispensable.

A propos de l'auteur : Dante_1984
Portrait de Dante_1984

J'ai découvert le site en 2008 et j'ai été immédiatement séduit par l'opportunité de participer à la vie d'un site qui a pour objectif de faire vivre le cinéma de genre. J'ai commencé par ajouter des fiches. Puis, j'ai souhaité faire partager mes dernières découvertes en laissant des avis sur les films que je voyais.

Autres critiques

Halloween
S’il y a un remake qui était attendu au tournant à sa sortie, c’était bien celui du cultissime HALLOWEEN de John Carpenter. Comme pour bon nombre de remakes, on se demandait en toute légitimité ce qui pouvait bien justifier une telle entreprise, le film de John Carpenter n’ayant pas trop pris de rides et son statut de classique du genre n’étant plus à remettre en jeu. Mais...
Dinotopia
Après avoir sauvé Dinotopia des carnivores, Karl et Scott tentent de s'accoutumer à cet environnement pour le moins singulier. Toutefois, ils devront à nouveau explorer l'île pour découvrir le mystérieux élément qui semble faire perdre le pouvoir des pierres solaires. Une nouvelle aventure commence… Après l'excellente mini-série télévisée amorcée par Marco Brambilla, il était...
Spiders
Le film d'horreur doit être un grand huit de l'âme pour paraphraser Guillermo Del Toro. En ce sens, les thèmes abordés font appel à nos craintes et nos peurs les plus profondes pour susciter diverses émotions que l'on ne retrouve pas dans d'autres genres. Alors bien entendu, nombre de thèmes ont été traités avec plus ou moins de succès, que ce soit notre peur des clowns, de perdre un être cher,...
Star Trek: Générations
L'équipage légendaire de la série originelle se faisant plus que vieillissant et bedonnant (Kirk et Scotty en tête), il était temps pour ce septième film de donner un nouveau souffle à la saga Star Trek en introduisant enfin l'équipage de la bien nommée série Next Generation . Mais pour que la transition se fasse en douceur, quoi de mieux que de faire se rencontrer les deux capitaines pourtant...
Paranoia agent
Après nous avoir offert quelques-unes des plus grandes perles de l'animation ( Perfect blue , Millenium actress ...), Satoshi Kon a fait un petit détour par la case « série » avec Paranoia agent . Entre thriller et fantastique, le présent anime nous conte les agressions d'un mystérieux garçon armé d'une batte de baseball. Les victimes se multiplient, l'enquête piétine et aucune piste sérieuse n'...
Les Irréguliers de Baker Street
Sortie France:
Durée:
5
Moyenne : 5 (1 vote)

The Irregulars | Official Teaser | Netflix

Dernières critiques spectateurs

Thématiques