Voir la fiche complète du film : Dark Tide (John Stockwell - 2012)

Dark Tide

Un survival animalier qui n’en possède que les atours. Entre film d’aventure et pseudo-thriller maritime, Dark Tide privilégie la description laborieuse d’échanges inutiles à la confrontation avec les squales. Une approche trompeuse destinée à flouer le spectateur pour mieux le frustrer. Long et sans grand intérêt malgré une volonté de ne pas diaboliser les requins en bête machine à tuer.
Publié le 31 Août 2018 par Dante_1984Voir la fiche de Dark Tide
5
Requin

Au fil des décennies, le survival animalier est devenu le porte-étendard de la bêtise de producteurs aussi avides de billets verts que de débilités en tout genre. Au vu de certaines sociétés qui se sont accaparé le genre pour le pire et seulement le pire, les films traités avec un minimum de sérieux se comptent sur les doigts d’une main; a fortiori depuis les années2010. Des noms comme Halle Berry ou Olivier Martinez associés à un tel projet a de quoi retenir l’attention. On peut d’ores et déjà se réjouir de l’absence d’un humour potache et d’une approche aussi pénible que négligente du mythe du requin-tueur. Pour autant, ce n’est pas forcément un gage de qualité au vu de certaines maladresses.

Salut et merci pour le poisson !

Si le pitch initial reste assez nébuleux et peu explicite pour susciter l’intérêt, l’intrigue a le mérite de délaisser les caricatures propres au genre depuis Les dents de la mer. On évite ainsi l’habituelle station balnéaire sur une quelconque côte pour se focaliser vers le lieu de prédilection des grands requins blancs: l’Afrique du Sud. L’angle d’approche est assez intéressant puisqu’il s’agit d’exploiter le filon d’un tourisme extrême qui consiste à croiser des squales à l’abri d’une cage. Le passif des protagonistes dans le documentaire animalier, sans oublier leur interaction avec les animaux, concourt également à dédiaboliser l’image du requin. Cela nous change des habituelles gueules voraces et passablement décérébrées!

L’on se dit alors qu’on tient enfin un métrage potable, à défaut d’être réellement surprenant. Seulement, les bonnes intentions ne font pas forcément de bons films. Car là où d’autres pêchent par excès de bêtises, Dark Tide se complaît dans une surexposition du récit et des personnages. Développer le contexte et la caractérisation reste louable et même recommandé; s’y perdre sans trop savoir quoi raconter l’est beaucoup moins. Dès lors, on assiste à des échanges aussi stériles qu’inutiles dans la progression de l’histoire. À force d’éviter un comparatif avec d’autres productions similaires, Dark Tide en oublie son sujet principal.

Une plongée qui s'annonce difficile...

Hormis l’introduction et quelques séquences filmées pour visionner le travail de Kate Mathieson, on ne verra pas l’ombre d’une menace avant les dix dernières minutes. Certes, on essaye de contenter le spectateur avec de courtes plongées en compagnie de nos amis les squales, mais elles ne sont guère surprenantes. Et ce n’est pas forcément le gabarit des poissons qui est en cause, mais une mise en scène stagnante. Les problèmes mécaniques du bateau et les conditions de navigation difficiles sont davantage l’objet de préoccupations. De même,les réactions des responsables de l’excursion sont peu crédibles, soufflant le chaud et le froid entre prudence professionnelle et témérité du débutant. Il n’y a aucune nuance.

Il est vrai que la présence de véritables requins atténue considérablement la crainte d’affronter des images de synthèse ratées. Ce qui était pourtant avancé comme l’intérêt premier d’un tel film se mue progressivement en une vague déconvenue. Seul le dernier quart d’heure renvoie à une confrontation assez tendue entre obscurité, tempête et banc de requins. Le dénouement s’impose comme une vision accélérée d’Open Water avec une exposition permanente au danger. Les attaques sont assez brèves et circonspectes. L’approche réaliste est notable, mais peu percutante. Là encore, la mise en scène maladroite est grandement responsable de cet état de fait.

Le grand bleu ou le grand blanc ?

Au final, Dark Tide surnage peut-être les immondices fomentées par Asylum et SyFy. Ce n’est pas pour autant qu’on a droit à un survival animalier qui mérite le détour. La faute à un traitement qui traîne en longueur sur des points de détail sans développer l’attrait principal de son propos: les squales. L’ennui prévaut sur le plaisir de découvrir une production dite «sérieuse» sur le sujet. Les affrontements d’ego sont légion, tandis que le récit fait du surplace. Le tout est desservi par une mise en scène amorphe et sans âme. Cela vaut aussi bien pour la retranscription des côtes de l’Afrique du Sud que pour les séquences sous-marines. Des ambitions moyennes pour un film qui l’est tout autant.

A propos de l'auteur : Dante_1984
Portrait de Dante_1984

J'ai découvert le site en 2008 et j'ai été immédiatement séduit par l'opportunité de participer à la vie d'un site qui a pour objectif de faire vivre le cinéma de genre. J'ai commencé par ajouter des fiches. Puis, j'ai souhaité faire partager mes dernières découvertes en laissant des avis sur les films que je voyais.

Autres critiques

Conjuring : les Dossiers Warren
On ne présente plus James Wan, grand talent du cinéma de genre révélé dans les années 2000 par la plus célèbre saga du torture-porn, Saw . Fort heureusement pour lui, il s'en détourne assez rapidement pour se tourner vers des films plus intimistes, mais non dénués d'ambitions. Après Insidious en 2010 qui avait partagé la communauté (il en ressortait tout de même un métrage à l'...
Poltergeist
Quatrième long-métrage tourné par Tobe Hooper pour le cinéma, Poltergeist représente un sommet dans la carrière du réalisateur de Massacre à la tronçonneuse . Produit et scénarisé par Steven Spielberg, Poltergeist marque une certaine rupture de ton avec les précédents films de son réalisateur, tout en restant dans le registre de l’horreur et de l’épouvante. L’action se déroule dans une banlieue...
Yéti : Le géant d'un autre monde
Les années 1970 sont particulièrement friandes des créatures mythiques qui ornent le tableau de chasse fantasmé des cryptozoologues. Le sasquatch, le bigfoot ou même l’abominable homme des neiges ont eu droit à quelques métrages plus ou moins dispensables. C’est notamment le cas de Sasquatch, the Legend of Bigfoot , Snowbeast ou encore Screams of a Winter Night . Il est en revanche un...
Taram et le Chaudron Magique
Film Disney mal-aimé et singulier au sein de la filmographie du studio aux grandes oreilles, Taram et le Chaudron Magique , sorti en 1985, vaut pourtant bien mieux que sa désastreuse réputation le laisse supposer. Déjà, c'est un spectacle étonnament adulte pour un Disney, mais en outre, il constitue l'une des rares tentatives de sortir du carcan des "films musicaux pour toute la...
A Cadaver Christmas
Un temps délaissé dans les affres du bis, les films Grindhouse ont connu un regain d’intérêt ces dernières années, notamment avec le diptyque de Quentin Tarantino et de Robert Rodriguez. Depuis, quelques incursions ont vu le jour. La plus percutante et célèbre d’entre elles étant Machete . Toutefois, certaines productions sont complètement passées inaperçues. En cause, un budget...