Voir la fiche complète du film : Destination Finale 5 (Steven Quale - 2011)

Destination Finale 5

Lors d'un voyage organisé par son patron, Sam est victime d'une vision durant laquelle il assiste à l'effondrement d'un pont, et à la mort de tous ses collègues. Alerte et spectaculaire, ce Destination Finale 5 clôture de belle manière une excellente franchise.
Publié le 17 Janvier 2015 par GORE MANIACVoir la fiche de Destination Finale 5
7

Attention, cette critique contient des spoilers.

Apprenti cuisinier talentueux, Sam possède un second travail dans une petite entreprise. Lors d'un voyage organisé par son patron, il est victime d'une vision durant laquelle il assiste à l'effondrement d'un pont, et à la mort de tous ses collègues. Il arrête alors le bus et parvient à sauver sa petite amie et six autres personnes d'une catastrophe effroyable. Mais la Mort semble bien décidée à les rapatrier en Enfer !

Lancée en 2000, la franchise des Destination Finale oppose les survivants d'un terrible accident à la Mort, qui utilise alors divers outils du quotidien pour les piéger. Force est de constater que, malgré les incessants changements derrière et devant la caméra (les personnages changent à chaque film), cette série peut se targuer de figurer parmi les plus originales et les plus sanglantes de la dernière décennie.


Censé boucler la boucle, ce cinquième volet reprend la route, comme dans le second épisode, pour nous proposer un effondrement de pont spectaculaire. Comme toujours, la première perspective évoque la vision du héros, que ce dernier va donc pouvoir modifier dans la réalité.

D'emblée, les effets 3D sont à l'honneur, via le générique et les premières mises à mort. Mais que les détracteurs de cette technologie se rassurent, celle-ci ne dessert en rien l'intrigue et le rythme du métrage, contrairement à l'opus précédent qui en abusait parfois. Pour son premier film, Steven Quale (Black Storm), ancien assistant de James Cameron, n'est donc pas tombé dans le piège de la facilité numérique, et ne nous laisse guère de répit après ce prologue endiablé.

Peu usité dans la franchise, l'humour figure parmi les surprises inattendues de ce Destination Finale 5. Ainsi, Dennis, le chef d'entreprise, citera l'un des survivants dans un pamphlet tordant de banalité sur les disparus, avant de harceler le policier en charge de l'enquête avec des coups de fils farfelus. Pendant ce temps, un séducteur du dimanche détrousse les bureaux des victimes, avant d'être puni lors d'une séance de massage parfaitement "huilée".

Pour autant, cet épisode n'en oublie pas les exécutions, marque de fabrique de la saga. Ainsi, le meurtre de la gymnaste inaugure à merveille une incroyable série morbide, qui s'achèvera de belle manière pour les invétérés de la franchise. Lien entre les deux premiers films, Tony Todd (Candyman) constitue la principale tête d'affiche d'un casting jeune, méconnu, mais talentueux. L'une des figures tutélaires de l'horreur depuis près de vingt ans y joue un coroner omniscient, toujours présent sur les lieux des crimes et qui sert de guide maléfique aux futures victimes. On se délecte de ces apparitions qui apportent une aura fantastique à ce film d'horreur urbain.

Après un meurtre vite expédié (Dennis aurait mérité plus d'attention de la part du scénariste), le duel final entre les survivants ne manque pas de "sel", même si les motivations de Peter (le jeune homme ne parvient pas à tuer une inconnue pour survivre mais est prêt à supprimer la fiancée de son meilleur ami) restent troubles.

Point fort supplémentaire : l'épilogue. Lorsque le couple de héros s'envole pour Paris, divers menus détails nous révèlent en effet que ce film est un préquel du premier volet, la catastrophe aérienne finale constituant le point de départ du film initial. Un beau trait d'union entre tous les épisodes, accentué par un générique de fin proposant les morts les plus spectaculaires des cinq films.

Alerte et spectaculaire, ce Destination Finale 5 clôture donc de belle manière une excellente franchise.

A propos de l'auteur : GORE MANIAC
Portrait de GORE MANIAC

J'essaie de partager ma passion pour un cinéma méconnu, mais qui mérite incontestablement qu'on s'y arrête !

Autres critiques

Paranormal Activity : Tokyo Night
Dans l'univers des films à succès, et qui plus est dans l'univers des films de genre, il y a autre chose que les préquelles ou autres suites, il y a les Spin-off. Habituellement, on les retrouve plutôt dans les séries et cela consiste à transposer des personnages ou des éléments d’une histoire dans une autre série ou film. Sentant bon le pognon et l'attirance des jeunes adolescents incrédules...
REC 2
Les films tournés caméra à l'épaule ne sont pas une nouveauté. Depuis Cannibal Holocaust , tout cela était un peu tombé en berne, puis est intervenu le Projet Blair Witch , qui a relancé la machine avec un succès plus ou moins mérité. Depuis quelques temps maintenant, les films faussement documentaire, ou documenteur, sortent de plus en plus sur nos écrans et il faut croire que cela donne des...
Super Shark
S’il est quelques occurrences notables dans le domaine du survival animalier, le film de requins-tueurs est surtout prétexte à une débauche de médiocrité et d’imbécillités en tout genre. Inutile de citer quelques effroyables exemples tout droit sortis des limbes d’Asylum ou SyFy. Le (trop) prolifique Fred Olen Ray, grand amateur de jeunes donzelles dénudées devant l’...
Doom
La saga Doom est connue de tous les fans de jeux vidéo pour avoir popularisé tout un genre : le FPS (First Person Shooter). Certes, il y avait bien Wolfenstein , mais Doom était tellement novateur et supérieur à son aîné de seulement un an qu'on lui donna son nom pour caractériser les jeux de tirs à la première personne, soit "Doom-like". Des couloirs labyrinthiques, des beuglements...
La dernière maison sur la plage
Particulièrement prisé du cinéma bis, le rape and revenge a connu un succès notable dans les années 1970-1980 où les pellicules scabreuses rivalisées de perversions, de violences et d’humiliation envers la gent féminine. Avec des titres comme La dernière maison sur la gauche ou I spit on your grave , les Anglo-saxons ont posé les bases d’un sous-genre qui, au même titre que le slasher ou le...