Voir la fiche complète du film : Le Piège (David Schmoeller - 1979)

Le Piège

L'éternelle cavalcade pour de jeunes gens poursuivis par un psychopathe, qui ne ferait toutefois pas tapisserie dans un giallo, où le survival revu et corrigé par le réalisateur de Puppet Master, à la fin des seventies...
Publié le 1 Janvier 2008 par GORE MANIACVoir la fiche de Le Piège
6

Des jeunes touristes, perdus dans un endroit désertique, trouvent refuge dans un ancien musée tenu par un vieil homme stoïque et mélancolique. Ils ont néanmoins perdu la trace de leur ami, tué quelques heures plus tôt dans une station service.

Les années 70 voient émerger un nouveau sous-genre horrifique : le survival ! L'idée de base est simplissime : isoler quelques jeunes gens un peu ras du bulbe dans un bled paumé dans lequel sévit une bande de dégénérés, et réunir les deux équipes pour un duel souvent aussi sanglant que basique. Référence du genre, Massacre à la Tronçonneuse (1974) donna lieu à d'autres films plus ou moins réussis, dont La Colline a des Yeux, qui empruntent le même créneau.  En 1979, un cinéaste inconnu (qui signera plus tard Puppet Master), tente de donner un élan nouveau au survival avec une bande fauchée nommée Tourist Trap. On avait quelque peu oublié ce film, comme tant d'autres (à tort ou à raison), jusqu'au jour où le support DVD relança ce métrage.

La première scène nous met dans le bain en nous résumant à merveille ce que sera ce film : fauché mais original. Un jeune homme échoue dans une station service et se fait tuer, victime de meubles et de mannequins prenant vie dans une ambiance oppressante et trouble. En effet, ce film peut agacer par un manque évident de moyens. L'interprétation, plutôt bancale (à quelques exceptions près), et les effets spéciaux, aujourd'hui assez kitsch (surtout la première scène et celle du foulard ensuite), enlisent le métrage dans un aspect série B qu'il est difficile de laisser de côté. Néanmoins, la personnalité inquiétante du tueur, appuyée par les décors du film (avec ces étranges mannequins de cire), et la musique obsédante de l'excellent Pino Donaggio (le compositeur attitré de Brian De Palma) apportent une variante non négligeable au survival, ici mâtiné d'une pointe de giallo, à l'heure où Argento brillait de mille feux en Europe avec ces polars baroques.

Revenons en à nos touristes malheureux, qui tombent en panne près d'un ancien musée (scénario aussi réduit que le nombre d'acteurs), et nous présentent le lieu planté par le cinéaste pour ce huis clos évoquant parfois énormément le cinéma transalpin (La Baie Sanglante), par sa manière de provoquer davantage l'effroi par l'imaginaire que par le visuel. Car Tourist Trap n'a rien du survival gore et trash tant vu dans le cinéma hollywoodien. Probablement autant par manque de moyens que par choix artistique, Schmoeller préfère suggérer plutôt que dévoiler les meurtres de son tueur masqué (qui semble avoir le même esthéticien que notre Leatherface adoré), du moins dans la première moitié du film. Ce tueur masqué évoluant au milieu d'une troupe de mannequins dérangeants reste le personnage le plus marquant de ce film (jusqu'au dénouement final tout du moins), avec son frère, qui prend finalement une part grandissante dans le film à mesure que les morts s'accumulent.

Avec sa trogne carrée de fermier dur au mal, l'acteur Chuck Connors est l'atout majeur de Tourist Trap. De plus en plus inquiétant, il campe avec brio un double rôle qui peut faire office de clou dans une carrière secondaire comme il y en a tant dans le Septième Art, artistes méconnus sans qui le cinéma n'existerait pas, à qui l'on offre parfois un personnage en or. Beaucoup de subtilité, de troubles, de sensibilité et de folie logent dans le cerveau malade de cet être solitaire, aussi intemporel et faux que ses compagnons mannequins, enfermé dans sa meurtrière mélancolie.

Aux côtés de Connors, Tanya Roberts, la future James Bond Girl de Dangereusement Vôtre, fait office d'appétissante victime, au coeur d'un casting assez vite laissé pour compte, au profit de scènes de meurtres souvent peu crédibles (la scène de la capture de Tanya Roberts justement) et peu rythmées (l'épilogue avec Molly).

Au final, Tourist Trap demeure un petit film atypique et personnel, méritant assurément le détour au milieu des nombreux nanards de l'époque, compromis intéressant entre le giallo, le survival et le slasher, qui allait rythmer l'univers du cinéma d'épouvante des années 80, sans toutefois parvenir à marquer durablement, la faute sans doute à des effets spéciaux modestes.

A propos de l'auteur : GORE MANIAC
Portrait de GORE MANIAC

J'essaie de partager ma passion pour un cinéma méconnu, mais qui mérite incontestablement qu'on s'y arrête !

Autres critiques

Casper
Ah! Casper le gentil fantôme ! Un chouette petit dessin animé sans prétentions qui a bercé l’enfance de pas mal d’entre nous. La transposition en film ne paraissait pas devoir poser trop de problèmes au vu des possibilités offertes, mais on sait tous comment ça peut se terminer avec les adaptations sur grand écran… Un look très "Burtonnien" pour l'intérieur de la...
Scream 4
Attention, cette critique contient un élément révélant la fin du film, situé entre les deux balises rouges. Plusieurs années se sont écoulées depuis les meurtres commis par Ghostface à Woodsboro. Sidney Prescott est enfin parvenue à tourner la page et retourne dans sa ville natale pour le lancement de son premier roman, Out of Darkness. C’est à ce moment précis que le tueur au masque renaît de...
Resurrection
Un groupe d’amis part en week-end dans de vertes contrées pour s’aérer la tête et faire du quad. Sur place, un endroit complètement retiré des plaisirs et du tumulte de la civilisation, ils vont tomber sur une communauté pour le moins inhospitalière. Le survival est un genre similaire au slasher. Chaque film traite, à quelques détails prêts, de la même thématique à travers un panel de...
Prince Of Persia : les Sables du Temps
Dans la Perse antique, un prince est accusé à tort du meurtre de son père. Contraint de s'enfuir avec une princesse rebelle, il va tenter de déjouer le complot qui pèse sur sa personne et découvrir une dague capable de faire remonter le temps. À l'époque du premier jeu vidéo de cette splendide saga (1989), Jordan Mechner était bien loin de s'imaginer le succès retentissant de son futur bébé. Très...
Stake Land
A l'époque de ma critique de Mulberry Street , j'avais déjà loué la capacité du réalisateur Jim Mickle à tirer le maximum des maigres moyens mis à sa disposition et force est de constater qu'avec Stake Land , il a encore augmenté son niveau d'un cran, en gommant les imperfections de son précédent essai. Ce faisant, il réalise le sans-faute, propulsant son road-movie vampirique au rang de film à...