Voir la fiche complète du film : Berserk - L'âge d’or Partie 1 : L'Oeuf du Roi Conquérant (Toshiyuki Kubooka - 2011)

Berserk - L'âge d’or Partie 1 : L'Oeuf du Roi Conquérant

Une très bonne adaptation du chef d'oeuvre de Kentaro Miura.
Publié le 24 Juillet 2012 par GeoffreyVoir la fiche de Berserk - L'âge d’or Partie 1 : L'Oeuf du Roi Conquérant
8
Adaptation de manga

Au sein de la galaxie des mangas et de la Fantasy en général, Berserk tient une place de choix. Fouillée, imaginative, dure et sans concession, l'histoire de Guts, imaginée par Kentaro Miura, est unanimement reconnue comme un authentique chef-d'oeuvre. C'est dire si une adaptation pouvait s'avérer délicate.

Le film conçu par Studio 4°C se base sur le même segment du manga que l'anime sorti en 1997, c'est-à-dire le long flash-back retraçant la jeunesse de Guts et sa rencontre avec la troupe du faucon menée par Griffith. Cet arc s'étalant sur pas moins de 9 volumes est sans conteste l'un des moments forts de l’œuvre papier et certainement celui qui se prête le mieux à une adaptation cinématographique.


Ces chefs... toujours à glander...

Première surprise, Berserk - L'âge d'or Partie 1 : l'oeuf du Roi Conquérant s'ouvre, non pas sur la découverte de bébé Guts dans les tripes de sa mère pendue, mais sur une épique séquence d'assaut de château-fort. Un choix étonnant, qui a cependant le mérite de nous scotcher directement à notre siège. Car graphiquement, c'est splendide. L'animation est époustouflante, de même que certaines séquences impossibles à réaliser dans un film Live, et le souffle épique dégagé par l'ensemble laisse présager de belles choses quant à la suite des événements. Ceci ne sera jamais démenti.


Guuuuuuuuuuuuuuuts !

Pourtant, on comprend rapidement que le film n'a pas de temps à perdre. Il enchâine les scènes épiques et les moments forts sans prendre le temps de s'attarder sur les personnages. Et c'est là son gros point faible.
Le scénario fait presque l'impasse sur la prime jeunesse de Guts (celle-ci n'est évoquée qu'au travers d'un bref flash-back qui ne parlera qu'aux lecteurs du manga, car incompréhensible pour les autres) et du coup le personnage perd beaucoup de l'empathie qu'il suscitait dans les livres.
C'est d'autant plus frustrante qu'il n'apparaît plus ici que comme une brute guidée par son instinct guerrier, et non plus comme une victime de ses traumatismes. Gageons que ce point sera rectifié dans les deux suites annoncées.
Même chose pour les membres de la troupe du Faucon, qui font office de figurants, ainsi que pour Casca qui n'est plus qu'une vague touche féminine sans grand intérêt.
Seul Griffith conserve son charisme inégalable, même si son personnage est également moins fouillé que dans le manga.

Bref, il est dommage que le film soit si court (seulement 69 minutes) et qu'il préfère se concentrer sur les combats homériques au détriment des personnages et de leurs relations.
Ceci dit, il faut aussi reconnaître que chaque combat est une promesse tenue et que la musique qui les accompagne, signée Shiro Sagisu, augmente l’intensité de chaque coup d’épée.


Sale type. On lui donnerait le bon Dieu sans confession...

Cela étant, comme je l'ai déjà dit, exception faite du scénario, tout est parfait. L'animation est soignée, ainsi que la réalisation, et les intégrations informatiques sont quasiment invisibles et se marient parfaitement avec les dessins traditionnels. A ce niveau, la rencontre avec Zodd l'immortel est exemplaire.

Le côté violent du manga n'a été que très peu édulcoré: les membres tranchés volent toujours, le sang gicle avec force, les enfants meurent et les traîtres pullulent. Oubliez Narnia et Harry Potter, bienvenue dans l'univers de la Dark Fantasy.


Il est pas énorme mon Zodd ?

C'est un peu dommage que le film soit si court (69 min), car on en voulait plus. L'attente des suites sera insoutenable, surtout si les qualités graphiques se maintiennent à ce niveau. Espérons juste que la narration se voie étoffée au niveau des relations inter-personnages.

A propos de l'auteur : Geoffrey
Portrait de Geoffrey

Comme d'autres (notamment Max et Dante_1984), je venais régulièrement sur Horreur.net en tant que lecteur, et après avoir envoyé quelques critiques à Laurent, le webmaster, j'ai pu intégrer le staff début 2006. Depuis, mes fonctions ont peu à peu pris de l'ampleur.

Autres critiques

Deep Water
Qu’il soit géant ou d’une taille tout à fait normale, le scorpion est un arachnide peu exploité dans le domaine du survival animalier. Hormis de timides (et très dispensables) incursions telles que Stinger , Deadly Stingers ou Scorpius Gigantus , la préférence va clairement du côté des araignées. Sur la base d’une histoire de l’écrivain thaïlandais S. P. Somtow, Deep Water...
The Monster Project
Sans sombrer dans l’euphémisme, le found-footage est un genre parsemé de déclinaisons inégales qui, bien souvent, ont tendance à le niveler par le bas, parfois au point de le décrédibiliser. Du côté des occurrences notables dotées d’un budget très modeste, on peut évoquer Grave Encounters ou, dans un autre exercice de style, Noroï: The Curse et The Poughkeepsie Tapes . À l’...
Tucker & Dale fightent le mal
Depuis plusieurs mois déjà, Tucker & Dale Fightent le Mal , réalisé par Eli Craig et écrit en collaboration avec Morgan Jurgenson , fait le buzz sur la Toile. Il faut dire qu'avec un titre pareil et une affiche bien dans le ton, il est impossible de ne pas se sentir intrigué par ce film qui fleure bon la déconne, la tripaille et la parodie de genre. Un exercice ambitieux, bien souvent...
The Walking Dead
Adaptation du célèbre comic éponyme, The walking dead nous décrit une invasion de morts-vivants à travers la planète. Rick, adjoint au shérif, se réveille dans sa chambre d'hôpital est constate l'ampleur du cataclysme qui a définitivement mis fin au monde qu'il a connu. Frank Darabont est un réalisateur avant tout passionné et passionnant de par son travail et une filmographie...
Sleepy Hollow
Contrairement aux mythes fondateurs du fantastique tels que Dracula , La légende du cavalier sans tête ne possède pas une énorme filmographie au fil de l’histoire du cinéma. Des productions méconnues en passant par des séries B anecdotiques ou même des dessins animés pour effrayer tous les publics. Pourtant, la nouvelle de Washington Irving se voit adapter par un certain Tim Burton en 1999 qui...