Voir la fiche complète du film : The Dead 2: India (Howard J. Ford, Jonathan Ford - 2013)

The Dead 2

En Inde, un ingénieur américain tente de sauver sa fiancée dans un pays envahi par les morts-vivants. Sortant de la norme par son ambiance et ses paysages désertiques, The Dead 2 peine toutefois à lever un réel enthousiasme. Si vous aimez le cinéma hindou, cette virée zombiesque pourrait cependant vous divertir agréablement l'espace d'une soirée.
Publié le 1 Mars 2015 par GORE MANIACVoir la fiche de The Dead 2: India
4
Zombie

Attention, cette critique contient quelques spoilers.

En Inde, un ingénieur américain tente de sauver sa fiancée dans un pays envahi par les morts-vivants.

Venu installer des éoliennes dans les régions les plus pauvres d'Inde, Nicholas Burton (Joseph Millson) apprend que sa fiancée est enceinte. Quelques heures plus tard, d'étranges événements secouent le pays. Les morts reprennent vie et attaquent la population. Aidé par un enfant orphelin, seul rescapé de son village, Nicholas va tenter de sauver sa compagne, réfugiée chez ses parents en ville.

 

Révélés par The Dead en 2010, les frères Ford remettent le couvert trois ans plus tard. Après l'Afrique, cap sur l'Inde pour une suite qui peut se voir indépendamment du premier volet.

Le prologue nous dépeint les différents protagonistes, les paysages désolés, la pauvreté des habitants et l'agressivité du père à l'encontre de sa fille, enceinte d'un étranger, dépareillant avec les thèmes sociaux abordés d'habitude dans ce genre de métrages.

S'orientant davantage vers le road-movie désertique, voire initiatique, The Dead 2 s'avère quelque peu austère, la faute à des personnages assez froids et à des paysages naturels hiératiques. Niveau horreur, le zombie hindou diffère peu du mort-vivant classique, même si les yeux, d'un blanc laiteux au lieu du noir vitreux, peuvent laisser transparaître une aura maléfique inquiétante. Lent, il doit toujours bénéficier de la multitude pour être dangereux. Le gore n'est pas totalement absent du film, même si le sang semble être ici une denrée rare (les gros plans sanguinolents y sont ainsi évités).

 

 

Assez réaliste, la première moitié du métrage se laisse suivre sans ennui, certaines ruines abritant nos héros offrant même un relief inattendu à quelques scènes. En revanche, le calvaire subi par l'héroïne et ses parents laisse de glace, sans doute à cause d'une atmosphère trop locale à laquelle le public européen aura du mal à adhérer. Assez sombre, le film n'abuse pas des bons sentiments. Le héros devra ainsi faire des sacrifices tout au long de la route le menant à sa petite amie (conf l'épisode de la voiture accidentée), tandis que le parcours de l'enfant n'a rien d'une sinécure. Ce tandem, meurtri par de douloureuses expériences, est l'un des atouts majeurs du film.

Principalement acteur de théâtre, Joseph Millson apporte une certaine candeur et une touche de sensibilité intéressante à son personnage, tout en restant convaincant dans les scènes d'action.

L'épilogue, manquant de mordant, réunit les nombreux survivants en ville. Face à une telle catastrophe, la réaction du "sauveur américain" s'éloigne des sentiers battus. Pas de sauvetage miraculeux ici, mais plutôt une application stricte des consignes de sécurité amenant la population locale à fuir. Dans un tel chambardement, la survie de notre trio semble bien aléatoire.

 

 

La séquence finale peut donner lieu à diverses interprétations, la plus probable dans l'esprit des frères Ford étant une ouverture sur une troisième aventure.

Sortant de la norme par son ambiance et ses paysages désertiques, The Dead 2 peine toutefois à lever un réel enthousiasme, le zombie étant trop souvent à l'honneur ces dernières années et l'ensemble manquant de frénésie gore. Si vous aimez le cinéma hindou, cette virée zombiesque pourrait cependant vous divertir agréablement l'espace d'une soirée.

A propos de l'auteur : GORE MANIAC
Portrait de GORE MANIAC

J'essaie de partager ma passion pour un cinéma méconnu, mais qui mérite incontestablement qu'on s'y arrête !

Autres critiques

Priest
Dans un avenir proche, un prêtre se met en tête de sauver sa nièce des canines acérées d'une horde de vampires. Après l'imparfait et mésestimé Légion , Scott Stewart poursuit dans le thème de la religion et de la spiritualité avec Priest . Comme son précédent film, Priest pâtit d'une piètre réputation envers son public. Si les suceurs de sang ont subi maints revers depuis quelque temps, il n'en...
Slender Man
Considéré comme une légende urbaine montée de toute pièce pour une diffusion virale sur le web, Slender Man est un personnage aussi inquiétant que passionnant. La silhouette humaine élancée, d‘où son patronyme, l’absence de visage renvoyant à un anonymat dans sa forme la plus stricte... Ces caractéristiques sont ancrées dans l’imaginaire collectif sous des noms et des mythes...
Hôtel Transylvanie
Pour les 118 ans de sa fille, le comte Dracula réunit ses amis à son château pour une grande fête. Tout semble se dérouler comme prévu jusqu'à l'irruption d'un globe-trotter un peu perdu. La venue de cet importun risque de compliquer la situation... Après des productions assez plaisantes (Les rois de la glisse, Tempête de boulettes géantes...), mais loin de faire l'unanimité, les...
Eyeborgs
Il me faut être honnête : lorsque l'on reçoit, pour chroniquer, un film qui s'appelle Eyeborgs , que la jaquette cherche à en mettre plein la vue avec son robot belliqueux sur fond de carnage, que l'acteur principal est Adrian Paul (la série télé Highlander ) et que le réalisateur est un illustre inconnu qui n'a accouché que de deux autres film dont le piteux Python (haha!),...
Démons du Maïs 4: La Moisson, Les
La saga des Children of the Corn est un exemple, que dis-je, un cas d'école dans ce qu'on appelle généralement les films d'exploitation "direct-to-video". Si aujourd'hui, ces métrages bon marché garnissent généralement les bacs à soldes des grandes surfaces ou font le bonheur des chaînes câblées telles que SyFy (le remake du premier film de la saga a d'ailleurs été...