Voir la fiche complète du film : Jack l'éventreur (Robert S. Baker, Monty Berman - 1959)
Critique

Jack l'Éventreur

Une version édulcorée et peu fidèle de l’affaire Jack l’Éventreur. Malgré des décors soignés et une ambiance remarquable, le peu d’intérêt octroyé au réalisme des investigations et la présence anachronique d’un Américain sorti tout droit des années 1950 atténuent considérablement la qualité du métrage.
Publié le 27 Avril 2017 par Dante_1984Voir la fiche de Jack l'éventreur
6
Tueur en série

La renommée de Jack l’Éventreur tient autant au mystère de son identité que de la sauvagerie de ses assassinats. Au cours du XXe siècle, bon nombre de métrages et de livres se sont penchés sur le sujet. Certains ont pour vocation de retranscrire les faits avec force et détails. D’autres étayent des hypothèses connues ou originales. Enfin, une poignée d’entre eux jouent sur l’aspect sordide. De l’implication de la famille royale aux exactions d’un habile chirurgien, tout a été envisagé, parfois même les théories les plus farfelues. Aussi, cette version semble nourrir une volonté d’être le plus réaliste possible, du moins aux premiers abords.

Pas vraiment le meilleur endroit pour une balade nocturne.

Reconnaissons là une formidable reconstitution du Londres victorien, en particulier du quartier de Whitechapel. Ruelles étroites où pénombre et brouillard se disputent les rares pans de lumière, maisons closes, bistrots miteux et logements spartiates; ce qui vaut ici pour un euphémisme... Le travail sur les décors contribue à instaurer une atmosphère criminogène parfaitement représentative de ce à quoi pouvait ressembler la capitale britannique de l’époque, exception faite des détails les plus sordides. À savoir, les venelles jonchées du sang des abattoirs et de l’insalubrité globale, notamment avec la présence d’excréments et autres déchets organiques peu ragoûtants.

Sur ce seul plan, la version de Robert S. Baker et Monty Berman mérite que l’on s’y attarde, ne serait-ce que pour les jeux d’éclairage et un cadrage suggestif. Pour autant, le film va sombrer dans l’opportunisme et la facilité très rapidement. La faute incombe en grande partie à Sam Lowry, le personnage principal incarné par Lee Patterson. Véritable anachronisme ambulant, celui-ci traverse l’Atlantique pour résoudre l’affaire de l’Éventreur au nez et à la barbe de Scotland Yard! Outre son look des années1950 (on remercie la coupe de cheveux), on ne peut que s’affliger de la piètre démarche commerciale de sa présence pour séduire le public américain de l’époque.

On finit toujours par faire de mauvaises rencontres...

Malheureusement, les bévues ne s’arrêteront pas en si mauvais chemin. À commencer par le modus operandi des meurtres et leur sauvagerie. Sans jouer sur la suggestion, on bâcle les scènes de crime tout en faisant peu de cas des renseignements historiques. L’identité des victimes, la nature des blessures, les circonstances de leur mort et les lieux où elles ont été retrouvées. L’ensemble a été remanié sans que l’on sache trop pourquoi. Pires que cela, l’implication de la presse et les nombreuses missives du tueur envoyées aux autorités ne sont guère prises en compte dans le travail d’investigations. Une enquête minée par les errances d’un scénario détournant habilement le sujet.

Car si l’on connaît les difficultés de la police à trouver des pistes probantes, elles ne seront que peu évoquées au fil des séquences. Dès lors, on suit une trame linéaire jonchée de cadavres à intervalles réguliers. À la manière d’une séance d’identification, on nous sert un panel de suspects grossiers aux physiques caricaturaux qui se mêlent à une foule en colère. Seul élément qui a le mérite d’exposer l’animosité du peuple face aux autorités. On ne peut pourtant pas parler d’une préoccupation sociétale au vu des portraits dépeints succinctement et sans grande ambiguïté. L’identité présumée du tueur survient dans un dénouement précipité qui vient conclure une traque simpliste au possible.

Pour finir dans le caniveau.

Au final, ce Jack l’Éventreur ne brille que par la noirceur de ses décors. L’atmosphère y est impeccable et parvient à retranscrire une certaine authenticité, même si le film a été tourné en studio. En dehors de cela, l’enquête est entachée par un personnage principal incohérent au regard du contexte et d’une fidélité historique des plus douteuses. On occulte certains éléments primordiaux au profit de raccourcis faciles pour jouer sur le côté sensationnaliste en délaissant le glauque. En somme, une production modeste calibrée pour toucher un large public et qui débouche vers un résultat en demi-teinte. Constat nullement rehaussé par un dénouement prévisible et précipité.

A propos de l'auteur : Dante_1984

J'ai découvert le site en 2008 et j'ai été immédiatement séduit par l'opportunité de participer à la vie d'un site qui a pour objectif de faire vivre le cinéma de genre. J'ai commencé par ajouter des fiches. Puis, j'ai souhaité faire partager mes dernières découvertes en laissant des avis sur les films que je voyais.

Autres critiques

Hôtel Transylvanie
Pour les 118 ans de sa fille, le comte Dracula réunit ses amis à son château pour une grande fête. Tout semble se dérouler comme prévu jusqu'à l'irruption d'un globe-trotter un peu perdu. La venue de cet importun risque de compliquer la situation... Après des productions assez plaisantes (Les rois de la glisse, Tempête de boulettes géantes...), mais loin de faire l'unanimité, les...
Dead Snow
Un groupe d'étudiants en médecine se retrouve dans un petit chalet perdu dans les montagnes afin d'y passer des vacances insouciantes. Non loin de là, d'étranges disparitions s'accumulent. Depuis quelques années, le cinéma scandinave s'exporte plutôt bien, et en particulier le Septième Art norvégien. Après le troublant thriller Next Door et le slasher Cold Prey , voici donc un nouvel exemple de...
Massacres dans le Train Fantôme
**Attention, cette critique contient quelques spoilers.** Lors d'une fête foraine, deux jeunes couples décident de passer la nuit dans le train fantôme. Mais ils n'y sont pas seuls. Promu maître de l'horreur dès son second film, Massacre à la Tronçonneuse (1974), Tobe Hooper n'est pas loin d'être pour beaucoup de cinéphiles l'homme d'un seul film. A l'instar d'un Wes Craven après Les Griffes de...
Lake Placid Vs. Anaconda
Lake Placid et Anaconda sont deux franchises qui avaient plutôt bien démarré dans les années1990. Sortis sur grand écran, ces divertissements se révélaient sympathiques et généreux à bien des égards. Depuis, chacune de ces sagas a progressivement basculé dans le DTV bâclé à la nullité croissante. Nanti de quatre films respectifs dont la qualité périclitait au fil des ans, la rencontre entre les...
Vendredi 13
En 1980, le réalisateur et producteur américain Sean S. Cunningham lançait Vendredi 13 , premier opus d’une saga horrifique qui, à ce jour, compte déjà douze épisodes. Le postulat est toujours le même : des adolescents se font tour à tour massacrer à Crystal Lake, en pleine campagne, par un tueur fou connu sous le nom de Jason, qui cache les traits de son visage derrière un masque de hockey. Il...

Sur Horreur.net