Voir la fiche complète du film : Messe Noire (Eric Weston - 1981)

Messe Noire

Un nanar gore peu original qui surfe sur la vague des films de possession des années 70.
Publié le 28 Avril 2014 par OeilsansvisageVoir la fiche de Messe Noire
0
Diable et Démon
Une académie militaire, une chapelle et sa crypte poussiéreuse, une jeune recrue persécutée par ses camarades, un mystérieux grimoire ayant le pouvoir d’invoquer l’esprit maudit d’un moine espagnol révoqué par l’inquisition : tous les ingrédients sont réunis pour faire de cette Messe noire le parfait nanar que son titre laisse entendre.

L'insuffisance du budget force la mise en scène à étoffer au maximum avec des bouts de ficelle visant à simuler l’époque de la colonisation espagnole de l’Amérique. La séquence d’introduction a lieu sur une plage, où les toges et les morions (casques de conquistador) servent à planter le décor. Esteban, moine aux pratiques pas très catholiques, se voit excommunié par un de ses collègues qui lui reproche d’organiser des réunions publics durant lesquelles il décapite allégrement des volontaires forcés à la gloire d’un dénommé Satan.


Esteban et ses adeptes en pleine messe noire sur la plage

Quelques siècles plus tard, une école militaire s’est bâtie autour de la chapelle dans laquelle le fameux Esteban est parvenu à dissimuler les restes de son culte. Stanley Coopersmith, souffre-douleur et piètre joueur de l’équipe de foot, se voit contraint de ranger le sous-sol du lieu en question, puni pour son incompétence sur le terrain. Il découvre accidentellement une faille dans un mur menant à une crypte tombée dans l’oubli. Il y découvre les vestiges de la secte d’Esteban, dont les secrets du rite sont inscrits dans un manuscrit orné d’un pentacle. Coopersmith entreprend alors de déchiffrer le livre avec l’aide de son ordinateur.


Stanley Coopersmith parviendra t-il à invoquer l'esprit du mal?

La trame reprend grossièrement certains éléments clés des classiques du film de possession des années 70 que sont L’exorciste, La malédiction ou Carrie. Il ne parvient pas pour autant à en reproduire l’ambiance mais tombe au contraire dans une forme de parodie involontaire. Les mésaventures pathétiques du personnage principal sont décuplées par l’air bovin de l’acteur dont le choix laisse parfois penser que l’aspect parodique n’est pas accidentel.

L’originalité du film, s’il y en a une, repose sur l’utilisation de l’ordinateur, intermédiaire indispensable au héros pour réussir l’invocation. Encore peu répandu en 1981, l’ordinateur tient quasiment le second rôle dans ce film qui mise beaucoup sur la représentation des images qu’il génère. Une fois les formules du manuscrit entrées dans le dispositif informatique, l’esprit malin se manifeste à travers l’écran sous forme d’un mélange de pentacles, de croix inversées et de messages traduisant les volontés d’Esteban. Le tout a mal vieillit mais reste de relativement bonne facture si l’on replace le film dans son contexte historique. Le rendu est en tout cas plus convaincant que celui des décors en carton-pâte sensés donner forme à une crypte du XVIème siècle.


L'esprit diabolique d'Esteban exprimant ses envies via l'ordinateur

Le récit est ponctué de scènes gores, trashs mais sans surprises pour la plupart, mis à part peut-être lorsqu'une jeune fille meurt dévorée par une horde de sangliers dans une baignoire ! La séquence finale conclue les péripéties de notre héros dans une orgie sanglante complètement délirante. Après avoir subi une nouvelle humiliation, Coopersmith parvient finalement à invoquer l’esprit d’Esteban qui prend pleinement possession de lui et l'entraîne dans une intense séance de décapitation. Dans cette joyeuse frénésie meurtrière, le sens est plus que jamais délaissé, faisant place à une gratuité absolue et à la mort brutale de tous les personnages.


Coopersmith/Esteban dans ses œuvres

Pas étonnant que Messe noire ne soit sorti en DVD qu’en 2014, sa qualité médiocre n'appelant pas beaucoup de demande. Cette série B de dernière zone, lorgnant fortement vers le Z, rassemble tous les clichés négatifs attribués à ce type de production. En tentant de recycler ce qui avait fait la réussite d’autres films avant lui, Messe noire ne parvient pas à se sortir des méandres de la pure exploitation commerciale. Malgré les défauts qu'il accumule, le film a le mérite de pousser son délire jusqu'au bout. C'est finalement un film gore assez jouissif qui pourra satisfaire les amateurs du genre peu regardants. Pour les autres, on préférera revoir le mythique Evil Dead, sorti la même année.

Autres critiques

Les Faucheurs
Les Faucheurs , c'est l'exemple même du film qui base tout sur son génial postulat de base sans essayer de le développer outre mesure, pour finalement se trainer péniblement jusqu'à la conclusion. En effet, à l'instar d'un film comme L'Effet Papillon 2 , le film de Dario Piana commence de fort belle manière mais son intérêt s'amoindrit à mesure que le temps passe et...
Better Watch Out
Dans le domaine du cinéma de genre, la période de Noël est bien souvent détournée au profit d’un spectacle gore et distrayant, à défaut d’être de qualité. Cela vaut surtout pour le slasher, mais aussi pour quelques thrillers à tendance horrifique. S’adaptant à des moyens limités tout en distillant une atmosphère oppressante, le «Home Invasion» est ce qui se prête de...
Confession d'un Cannibale
Inspiré de l’histoire vraie d’Armin Meiwes, Grimm love s’attache à décrire avec précision et objectivité ce fait divers incroyable et abominable qui a défrayé la chronique au-delà des frontières allemande en 2001. Petit rappel des faits : Armin, informaticien perturbé par la mort de sa mère, se réfugie sur le net. Là, il y découvre un forum de cannibalisme où il poste une...
Raspoutine: le Moine Fou
**Attention, cette critique contient quelques spoilers.** En Russie, à la fin du XIX ème siècle et au début du XX ème, l'existence tumultueuse et troublante du moine fou Raspoutine. En 1966, la Hammer décide de s'attaquer au biopic de l'un des personnages les plus mystérieux et fascinants de l'Histoire, à qui l'on octroyait moults pouvoirs dans la Russie des tzars. Bonne idée, le nom de...
Le Loup-Garou de Paris
Trois jeunes américains arrivent en France et débarquent dans la ville de Paris. L’un d’eux, Andy, sauve in extremis Sérafine, une jeune fille très étrange. Andy va chercher à la revoir mais va se heurter au brutal Claude et à sa bande. Andy va découvrir que ces gens sont des loups-garous, tout comme Sérafine, dont il tombe amoureux… Fausse suite pour vrai remake du génial Loup...