Voir la fiche complète du film : Heartless (Philip Ridley - 2009)

Heartless

Un soir, Jamie assiste, impuissant, à la mise à mort d'un homme et de sa fille, brûlés vifs. Film intimiste associant avec un talent indéniable divers thèmes, <b>Heartless</b> est une oeuvre assez marquante.
Publié le 12 Juillet 2011 par GORE MANIACVoir la fiche de Heartless
8
Diable et Démon
**Attention, cette critique contient des spoilers.**

Depuis la mort de son père, Jamie Morgan vit seul avec sa mère dans un modeste appartement situé dans les quartiers pauvres de Londres.

Solitaire et réservé, à cause d'une tache de naissance en forme de coeur parcourant une grande partie de son visage, il fréquente peu de gens, hormis sa famille. Passionné de photographie, il sillonne les rues la nuit, en quête d'images sortant de l'ordinaire.
Un soir, il assiste, impuissant, à la mise à mort d'un homme et de sa fille, brûlés vifs. Le gang d'assassins, qui porte d'étranges masques de démons, saisissants de réalisme, remarque Jamie, qui réussit à fuir. Mais il ignore qu'il a été suivi.

Suite au meurtre de sa mère et de son meilleur ami, Jamie, ivre de colère, est prêt à tout pour se venger des mystérieux meurtriers. Il reçoit alors un étrange appel sur son portable, lui proposant une rencontre qui va bouleverser son existence.

Troisième long-métrage de Philip Ridley (Darkly Noon), Heartless peut être vu comme une énième variation sur le mythe de Faust, et ses multiples conséquences.
Ce film évoque avant tout la violence urbaine, omniprésente dans notre société. Ridley dépeint un Londres pauvre et sauvage, qu'il filme surtout de nuit, réaliste et sordide, avec sa population interlope, composée d'anonymes isolés et craintifs, tel Abel Ferrara avec New York (Driller Killer).

Jim Sturgess restitue à merveille cette solitude maladive et sans issue, surtout durant la première heure du film.
Cousin britannique d'un Donnie Darko, Jamie joue les Peeping Tom nocturne. La photographie, son unique passe-temps, en est la meilleure illustration : il observe plus qu'il n'agit. Il finira par subir avant de se révolter, avec l'aide d'un duo antinomique qui fera passer ce métrage du drame urbain au fantastique.

Dès la rencontre entre Jamie et Papa B, Heartless dévie en effet vers le surnaturel. On comprend bien vite que cet étrange personnage est le Diable.
L'aspect incongru de ses acolytes (la petite hindoue Belle, qui se prendra d'affection pour le héros, le maître d'armes, et sa maléfique baguette de sourcier) apporte une originalité qui ne fait que rendre encore plus prenant un suspense savamment distillé par un cinéaste qui soigne admirablement sa photographie (cf le jeu de couleurs de la scène dans l'immeuble Cendrillon House) et qui a parfaitement choisi ses comédiens, tous excellents.
En échange d'une beauté sans taches, notre héros devra offrir une vie à Papa B, afin de faire perdurer le chaos et la confusion.

Sarcastique, la scène du meurtre dévoile également la dualité de l'être humain dans toute sa splendeur : la beauté du corps du héros masquant désormais une âme sombre et torturée.
La morale du film est donc que l'on ne peut pas tout avoir, et que l'Homme est foncièrement mauvais, ses instincts primitifs pouvant ressortir à chaque instant. Les lueurs d'espoir du héros (l'amour de ses parents et de Belle), sont en effet de bien minces consolations vis-à-vis du climat ambiant (gangs de rues dans lequel est embringué son neveu, mensonges de la part de la femme qu'il aime et de Papa B, qui ne lui a finalement pas effacé ses marques, moqueries et persécutions qu'il subit chaque jour).

L'épilogue nous conforte dans cette opinion pessimiste, même si l'on peut aussi se dire qu'il s'agit là de l'unique porte de Salut pour un être rejeté pour sa différence, dans un monde qu'il ne comprend pas et qu'il avait déjà souhaité quitter (cf les marques sur son poignet).
On regrettera quelque peu un final assez brouillon, entassant pêle-mêle trop de rebondissements, finissant par faire patauger le spectateur dans un fatras allant à l'encontre du reste du métrage, autant lisible que troublant.

Film intimiste associant avec un talent indéniable divers thèmes, Heartless est une oeuvre assez marquante, preuve de la bonne santé du cinéma fantastique britannique.
On suivra avec attention les prochains projets de son réalisateur, jusqu'ici assez rare au cinéma (trois films en vingt ans).

A propos de l'auteur : GORE MANIAC
Portrait de GORE MANIAC

J'essaie de partager ma passion pour un cinéma méconnu, mais qui mérite incontestablement qu'on s'y arrête !

Autres critiques

Death Valley
Le survival, à l'instar du torture porn et du slasher, est un genre très codifié qui ne surprend plus à force d'avoir été usé jusqu'à la corde (et même au-delà). Chaque nouveau film possède un fort gout de déjà-vu et il faut tout le talent du réalisateur ou des situations très innovantes pour faire passer la pilule (voir La colline à des yeux version Aja). Malheureusement pour Death...
Cockneys Vs. Zombies
Alors qu'ils préparent un hold-up pour sauver la maison de retraite de leur grand-père, deux frères et une bande de loosers doivent faire face à une invasion de morts-vivants en plein Londres... Deuxième long-métrage de Matthias Hoene, Cockneys vs Zombies joue dans la catégorie des films comico-horrifiques, plus particulièrement dans le domaine de la zombédie. Certes, le simple fait d'évoquer ce...
Blood Snow
Blood Snow ... Quel titre d'une banalité affligeante alors que le Necrosis originel a tout de même une autre gueule. Vous me direz que ça ne change rien au contenu du film (et vous aurez raison) mais il n'empêche que cette manie de remplacer les titres anglophones par d'autres également en Anglais afin d'assurer l'exploitation en France est agaçante. Bref, après ce petit coup de gueule salvateur...
Tesis
Etudiante à la faculté des sciences de la communication de Madrid, Angela se lance dans une thèse de doctorat portant sur la représentation audiovisuelle de la violence. Ses recherches l’amènent à se retrouver malgré elle en prise avec un réseau de tournage de snuff-movies secrètement implanté dans la fac. Tout commence lorsque la jeune femme rencontre Chema, un étudiant solitaire, amateur de...
Gilgamesh
« La fin du monde marque le début d'une nouvelle humanité », tel est le postulat de départ de Gilgamesh . Si ce thème cher à la science-fiction ne cesse d'alimenter le cinéma en nanar ou, plus rarement, en curiosité à découvrir ( Southland Tales ), l'animation japonaise aime également exploiter le filon de différentes manières. Sortie la même année, Texhnolyze offrait un monde post-apocalyptique...