Voir la fiche complète du film : Heartless (Philip Ridley - 2009)

Heartless

Un soir, Jamie assiste, impuissant, à la mise à mort d'un homme et de sa fille, brûlés vifs. Film intimiste associant avec un talent indéniable divers thèmes, <b>Heartless</b> est une oeuvre assez marquante.
Publié le 12 Juillet 2011 par GORE MANIACVoir la fiche de Heartless
8
Diable et Démon
**Attention, cette critique contient des spoilers.**

Depuis la mort de son père, Jamie Morgan vit seul avec sa mère dans un modeste appartement situé dans les quartiers pauvres de Londres.

Solitaire et réservé, à cause d'une tache de naissance en forme de coeur parcourant une grande partie de son visage, il fréquente peu de gens, hormis sa famille. Passionné de photographie, il sillonne les rues la nuit, en quête d'images sortant de l'ordinaire.
Un soir, il assiste, impuissant, à la mise à mort d'un homme et de sa fille, brûlés vifs. Le gang d'assassins, qui porte d'étranges masques de démons, saisissants de réalisme, remarque Jamie, qui réussit à fuir. Mais il ignore qu'il a été suivi.

Suite au meurtre de sa mère et de son meilleur ami, Jamie, ivre de colère, est prêt à tout pour se venger des mystérieux meurtriers. Il reçoit alors un étrange appel sur son portable, lui proposant une rencontre qui va bouleverser son existence.

Troisième long-métrage de Philip Ridley (Darkly Noon), Heartless peut être vu comme une énième variation sur le mythe de Faust, et ses multiples conséquences.
Ce film évoque avant tout la violence urbaine, omniprésente dans notre société. Ridley dépeint un Londres pauvre et sauvage, qu'il filme surtout de nuit, réaliste et sordide, avec sa population interlope, composée d'anonymes isolés et craintifs, tel Abel Ferrara avec New York (Driller Killer).

Jim Sturgess restitue à merveille cette solitude maladive et sans issue, surtout durant la première heure du film.
Cousin britannique d'un Donnie Darko, Jamie joue les Peeping Tom nocturne. La photographie, son unique passe-temps, en est la meilleure illustration : il observe plus qu'il n'agit. Il finira par subir avant de se révolter, avec l'aide d'un duo antinomique qui fera passer ce métrage du drame urbain au fantastique.

Dès la rencontre entre Jamie et Papa B, Heartless dévie en effet vers le surnaturel. On comprend bien vite que cet étrange personnage est le Diable.
L'aspect incongru de ses acolytes (la petite hindoue Belle, qui se prendra d'affection pour le héros, le maître d'armes, et sa maléfique baguette de sourcier) apporte une originalité qui ne fait que rendre encore plus prenant un suspense savamment distillé par un cinéaste qui soigne admirablement sa photographie (cf le jeu de couleurs de la scène dans l'immeuble Cendrillon House) et qui a parfaitement choisi ses comédiens, tous excellents.
En échange d'une beauté sans taches, notre héros devra offrir une vie à Papa B, afin de faire perdurer le chaos et la confusion.

Sarcastique, la scène du meurtre dévoile également la dualité de l'être humain dans toute sa splendeur : la beauté du corps du héros masquant désormais une âme sombre et torturée.
La morale du film est donc que l'on ne peut pas tout avoir, et que l'Homme est foncièrement mauvais, ses instincts primitifs pouvant ressortir à chaque instant. Les lueurs d'espoir du héros (l'amour de ses parents et de Belle), sont en effet de bien minces consolations vis-à-vis du climat ambiant (gangs de rues dans lequel est embringué son neveu, mensonges de la part de la femme qu'il aime et de Papa B, qui ne lui a finalement pas effacé ses marques, moqueries et persécutions qu'il subit chaque jour).

L'épilogue nous conforte dans cette opinion pessimiste, même si l'on peut aussi se dire qu'il s'agit là de l'unique porte de Salut pour un être rejeté pour sa différence, dans un monde qu'il ne comprend pas et qu'il avait déjà souhaité quitter (cf les marques sur son poignet).
On regrettera quelque peu un final assez brouillon, entassant pêle-mêle trop de rebondissements, finissant par faire patauger le spectateur dans un fatras allant à l'encontre du reste du métrage, autant lisible que troublant.

Film intimiste associant avec un talent indéniable divers thèmes, Heartless est une oeuvre assez marquante, preuve de la bonne santé du cinéma fantastique britannique.
On suivra avec attention les prochains projets de son réalisateur, jusqu'ici assez rare au cinéma (trois films en vingt ans).

A propos de l'auteur : GORE MANIAC
Portrait de GORE MANIAC

J'essaie de partager ma passion pour un cinéma méconnu, mais qui mérite incontestablement qu'on s'y arrête !

Autres critiques

Stake Land
A l'époque de ma critique de Mulberry Street , j'avais déjà loué la capacité du réalisateur Jim Mickle à tirer le maximum des maigres moyens mis à sa disposition et force est de constater qu'avec Stake Land , il a encore augmenté son niveau d'un cran, en gommant les imperfections de son précédent essai. Ce faisant, il réalise le sans-faute, propulsant son road-movie vampirique au rang de film à...
Bunny the Killer Thing
Au pays du ridicule, les lapins baiseurs sont rois. Une citation bien éloignée d’un trait d’esprit de Jean-Paul Sartre, mais surtout une bonne occasion pour introduire une œuvre dont dire qu’elle est atypique relèverait de l’euphémisme. Bunny the Killer Thing est un pur délire nous montrant que le cinéma n’est limité que par notre imagination et même si c’est...
300

300

Dantesque. Il n'y a pas d'autre mot. Barbare et testostéroné à l'extrême, 300 se vit plus qu'il ne se regarde. S'il faut malheureusement reconnaître le coté extrêmement simpliste du scénario, on ne peut que s’incliner devant sa réalisation. Quelle puissance visuelle! Vous avez adoré les combats de Gladiator et de Braveheart mais les aviez trouvés trop court? Alors 300...
Halloween
S’il y a un remake qui était attendu au tournant à sa sortie, c’était bien celui du cultissime HALLOWEEN de John Carpenter. Comme pour bon nombre de remakes, on se demandait en toute légitimité ce qui pouvait bien justifier une telle entreprise, le film de John Carpenter n’ayant pas trop pris de rides et son statut de classique du genre n’étant plus à remettre en jeu. Mais...
Lèvres de Sang
Lors d'une soirée mondaine à Paris, Frederic tombe par hasard sur une photographie de ruines, qu'il croit connaître. Obsédé par cette image, il est alors assailli de souvenirs remontant à son enfance, et d'une somptueuse femme pâle en particulier. Depuis son premier film, Le Viol du Vampire , en 1968, Jean Rollin reste fidèle à une même ligne de conduite, qu'il ne quittera presque...