Voir la fiche complète du film : Priest (Scott Stewart - 2011)

Priest

Un western post-apocalyptique vampirique. Une appellation incongrue, mais qui résume ce que vous proposera <b>Priest</b>. Des ambitions pas forcément à la hauteur des moyens. Une entame prometteuse et sombre qui s'axe très rapidement vers un spectacle burné et prévisible. Bastonnade et règlements de compte succèdent à une atmosphère lugubre propice à une réflexion sur le pouvoir de la religion et la crédulité des masses. Un constat en demi-teinte compte tenu du potentiel de départ qui s'amoindrit comme peau de chagrin au fur et à mesure de la progression de l'histoire.
Publié le 8 Octobre 2011 par Dante_1984Voir la fiche de Priest
6
Vampire Adaptation de manga
Dans un avenir proche, un prêtre se met en tête de sauver sa nièce des canines acérées d'une horde de vampires. Après l'imparfait et mésestimé Légion, Scott Stewart poursuit dans le thème de la religion et de la spiritualité avec Priest. Comme son précédent film, Priest pâtit d'une piètre réputation envers son public. Si les suceurs de sang ont subi maints revers depuis quelque temps, il n'en demeure pas moins que le sujet reste accrocheur. Pour cette nouvelle tentative de raviver la flamme des dents longues, l'on mélange les genres pour proposer un soupçon d'originalité dans ce monde de brutes.


Une intro animée des plus sympathiques.

Et pourtant, l'on devine que si les intentions d'offrir quelque chose de neuf sont bel et bien présentes, nos attentes ne sont pas pleinement comblées. La faute à un scénario simpliste si l'on excepte le cadre dans lequel il évolue. Il ne demeure qu'un combat très manichéen entre le bien et le mal dans la grande tradition du genre. Très basique sur la forme, Priest aurait gagné à développer des idées plus profondes que l'on trouve dans les bas-fonds de Cathedral City. Un endoctrinement permanent qui joue sur la peur du courroux divin. « Dieu est partout. Il voit tout. » Outre un prosélytisme exacerbé qui a fait son oeuvre, c'est l'image d'un Dieu vide de sens que l'on nous offre.


Cathedral city, berceau de la peur et de l'ignorance.

Il ne s'agit pas d'un concept spirituel pour guider notre vie, mais une arme d'intimidation pour contenir les masses dans l'ignorance, la paranoïa et le doute. On le voit à travers les confessionnaux, ordinateurs à l'intelligence artificielle basique qui crachent inlassablement les mêmes phrases et autres diatribes prémâchées destinés à contenter les habitants. On vend de l'espoir comme une drogue. Réconfortante sur le moment, mais vous enferme dans une spirale de frustration et d'incompréhension à long terme. Un constat perceptible dans le comportement de l'élite gouvernante : une église corrompue par le pouvoir. Une sorte de dictat conformiste réfractaire à la remise en question du dogme établi.


Le vrai visage de l'église : austère et sans compassion.

Malheureusement, cet aspect est à peine développé. Le récit se complaît trop rapidement dans le règlement de compte de bas étage. C'est très frustrant, puisque l'on s'attend à évoluer dans une dystopie angoissante et, au lieu de cela, on expose les éléments principaux sans jamais y accorder toute l'attention qu'ils mériteraient. Une manière comme une autre de sombrer dans la production commerciale creuse alors que le potentiel de départ était au rendez-vous pour nous fournir une double lecture dans cette histoire terriblement conventionnelle. Un très beau gâchis.


On ne parle pas aux prêtres.

En ce qui concerne l'aspect purement esthétique du film, l'image est assez plaisante. Outre la grandiloquence de Cathedral City qui traduit une certaine démesure dans un monde qui n'a plus grand-chose en commun avec le nôtre, on remarquera des panoramas qui rappellent les grands espaces naturels. La photographie rend parfaitement les différentes ambiances qui, grâce à elle, sortent la réalisation d'un traitement efficace, mais très académique. Scène de combat entre deux eaux où les chorégraphies sont tantôt brouillonnes, tantôt bien mise en valeur. Encore une fois, les moyens sont présents, mais sont employés maladroitement.


Des statues qui imposent le respect.

On sent que Scott Stewart souhaitait fournir autre chose qu'un énième film de vampires calibré pour un public peu exigeant. Cela se remarque notamment par ce mélange des genres. L'horreur côtoie la science-fiction et le western. Étrangement, c'est ce dernier qui est le plus prépondérant dans Priest. Malgré un cadre qui rappelle indéniablement les récits post-apocalyptiques, les codes du western sont profondément ancrés dans l'intrigue. Héros solitaire et taciturne, le jeune acolyte fougueux sans oublier des seconds rôles assez apathiques, surtout le grand méchant de l'histoire.


Des vampires à la trogne repoussante !

Cela nous amène à l'interprétation. Paul Bettany campe son personnage avec application, Maggie Q et Cam Gigandet en fidèle faire-valoir, mais l'on regrettera surtout la piètre prestation de Karl Urban en vampire mégalomaniaque narcissique. Malgré une filmographie des plus sympathiques, il sombre dans la caricature et le cabotinage le plus éhonté. Difficile de comprendre ce qui lui est passé par la tête. On est davantage amusé en le voyant plutôt qu'effrayé. Il en découle un manque de crédibilité flagrant qui vient ternir une approche très vindicative du mythe vampirique.


Là haut… sur la colline !

Des vampires qui tirent un trait sur les créatures bienséantes de l'aristocratie auxquelles on était habitué depuis un certain temps. On fait fi également des mièvreries romantiques des bit-lits. Ici, le vampire est un animal impitoyable, déshumanisé au possible et relégué au rang d'être maudit tant par sa condition que par son apparence. La bestialité est le moteur de leur soif de sang, un simple maillon sur la chaîne alimentaire, rien de plus. Il n'y a rien de séduisant à être une créature de l'ombre et l'on ressent cette violence qui les caractérise. En cela, c'est un élément qui joue en sa faveur.


Karl Urban, davantage caricatural que charismatique. Dommage.

Priest est un peu un paradoxe en lui-même. Beau, mais creux. Distrayant, mais classique. Il véhicule un message sous ses apparats de gros durs qui ne sont qu'à peine évoqués (le point noir du film). Trop rapidement, il devient une vendetta des plus sommaires (mais, il faut le reconnaître, plaisante) où s'affrontent deux anciens amis. La quête du héros solitaire pour sauver sa jeune nièce des griffes d'un vampire fait peine à contempler, tant l'intrigue est simpliste au possible. Un constat d'autant plus regrettable que la première approche de cet univers futuriste s'avérait à la fois curieuse (la fusion des genres interpelle) et intéressante à analyser (le postulat que l'église et la spiritualité ne sont pas forcément de connivence).
A propos de l'auteur : Dante_1984
Portrait de Dante_1984

J'ai découvert le site en 2008 et j'ai été immédiatement séduit par l'opportunité de participer à la vie d'un site qui a pour objectif de faire vivre le cinéma de genre. J'ai commencé par ajouter des fiches. Puis, j'ai souhaité faire partager mes dernières découvertes en laissant des avis sur les films que je voyais.

Autres critiques

A Christmas horror story
Quand Noël approche, les rues s’illuminent, les chaumières se remplissent de cadeaux plus ou moins utiles et quelques métrages tendent à raviver l’esprit de Noël par le biais d’histoires niaises et/ou larmoyantes. Enfin presque, puisque le genre horrifique ne déroge pas à la règle et nous offre son lot d’atrocités qui se déroulent pendant les fêtes de fin d’année. Dans cette veine, la dernière...
Bad Kids go to Hell
Le slasher est un genre qui fut répandu durant les années 2000, largement remis au goût du jour grâce au Scream de Wes Craven et décliné sous plusieurs emballages : Souviens-Toi l'été Dernier , Urban Legend , Cherry Falls ... Malgré des meurtres différents, des lieux différents, des mobiles différents, tous ces films semblaient semblables. Ce genre, qui plaisait fortement aux adolescents de l'...
Time Demon II : dans les Griffes du Samouraï
Devenu une star du film d'action, Jack Gomez est pourtant inquiet. Aux prises avec un couple de maîtres chanteurs, il croise la route de Clara, une charmante scientifique devenue la cible de son employeur, Mitsuhirato. Spécialiste du Z à budget inexistant depuis le début de sa carrière, R.J. Thomson s'est toutefois construit une petite réputation dans le milieu du Bis, soutenu notamment par le...
Jurassic shark
Quand on touche aux films de requins, particulièrement ceux des années 2010, l’on se dit que le genre nous inflige ce qu’il y a de pire dans le septième art. Certaines productions étant tellement mauvaises qu’elles parviennent à nous laisser croire qu’on ne peut pas faire pire. Sharktopus , Sharknado et autres Sharkenstein en pagailles... Tous ont leurs tares et leur...
Orphan black
Au vu de la difficulté de se renouveler dans un domaine particulier ou même d’offrir un concept original, le mélange des genres est à l’ordre du jour dans l’univers des séries TV. Récemment, on l’a vu avec des titres tels que Continuum ; où science-fiction et policier se mêlaient sur fond de voyage dans le temps. Dans un registre similaire et également plus confidentiel, l’éphémère et décevant...