Voir la fiche complète du film : Petits suicides entre amis (Goran Dukic - 2006)

Petits suicides entre amis

Petits suicides entre amis fait partie de ces films auxquels on s’attache particulièrement. Sans jamais tomber dans des mièvreries mal placées, le film de Goran Dukic parvient à créer un univers fascinant, original et déconcertant. Un road-movie qui nous plonge littéralement dans les affres tortueuses de la mort en nous proposant un voyage original et parfois émouvant que vous n’oublierez pas de sitôt.
Publié le 4 Novembre 2010 par Dante_1984Voir la fiche de Petits suicides entre amis
8

Zia, victime d’un chagrin d’amour, décide d’en finir avec la vie et de toutes ces désillusions qui l’accablent. Après sa mort, il apprend que les suicidés ont un endroit particulier qui leur est réservé. Dans ce lieu où il n’a rien oublié de ses déboires, il découvre un univers très proche de sa vie passée, peut-être pire…


Au bout du tunnel, il y a...

Après avoir officié çà et là sur quelques courts-métrages, le croate Goran Dukic réalise son premier long-métrage avec Petits suicides entre amis. Si le titre suscité peut évoquer nombre de productions ayant empruntées cette expression facile (on remplace « Suicides » par d’autres termes tels que Meurtres, Massacres ou Mensonges par exemple), le film qui nous intéresse ici est une œuvre atypique comme on aimerait en voir plus souvent. Point de violences, ni d’une quelconque forme d’agressivité à l’horizon. Non, Petits suicides entre amis prend le pari risqué et tellement savoureux de prendre à contre-pied l’écrasante marche des productions purement mercantiles et bien fades au vu des moyens employés. Mieux que cela, le cinéaste parvient à explorer une histoire tout aussi riche qu’attachante sur bon nombre d’aspects. Prêt pour un voyage au pays des suicidés ?


Serait-ce un taxi terroriste ?

Au vu du pitch de départ, la curiosité laissait poindre le bout de sa truffe. En effet, rares sont les synopsis qui parviennent à retenir notre attention à force de ressasser maintes et maintes fois les mêmes histoires avec des tenants et aboutissants tout aussi identique et sans intérêts réels. Curiosité il y a et satisfaite, elle le sera à n’en pas douter. En partant du postulat que le suicide n’est pas une réponse à nos problèmes, quel qu’il soit, le réalisateur parvient créer un univers tellement singulier qu’il en devient forcément unique et attachant. L’ensemble est renforcé par un travail sur la photographie exemplaire. Tout en s’attelant à mettre en exergue des paysages mornes et désertiques, elle reflète avec brio le teint cadavérique des personnages. Un contraste d’autant plus accentué par les subreptices flashbacks de la vie réelle avec un panel de couleurs nettement plus vives et chaleureuses.


Même les morts ont besoin de sommeil.

Ainsi, la solution de facilité que représente le suicide s’avère plus compliquait que prévu. Paradoxalement, c’est dans la mort que les protagonistes devront apprendre à vivre en surmontant leurs problèmes de manière responsable et réfléchie. Acculée devant leur acte, l’ironie mordante qui émane de cette histoire n’en est que plus jouissive étant donné le sort qui les attend. Si les premières minutes laissent penser à un côté dramatique non dissimulé, la suite s'avèrera un melting-pot des genres. Drame, comédie et bien sûr fantastique sont tour à tour de la partie afin de former un ensemble homogène et hétéroclite.


J’aurai jamais dû me suicider. C’est encore pire qu’avant !

Tout comme ce mélange des genres, le trio de protagonistes se révèle tout aussi étonnant et bigarré : un amoureux transi victime d’un chagrin d’amour, un rockeur russe raté et une non-suicidée qui vandalise tous les panneaux qu’elle peut trouver sur son passage ! Cette rencontre va s’accompagner d’une confrontation entre trois points de vue aux antipodes de leur conception de la vie… ou de la mort en l’occurrence ! L’odyssée d’une vie ratée qui doit être menée à son terme s’accompagne de propos qui ne manqueront pas de ponctuer le voyage de notre trio suicidés. Une quête du non-sens qu’ils empruntent avec fatalisme et bonhomie. Le film se transforme en un road-movie atypique. Un voyage aux confins de la pensée où les questions existentielles fusent à tout vent. Quoi de mieux pour cela qu’une longue traversée du désert, véritable métaphore des tourments qui les hantent. Une symbolique forte et omniprésente durant leur voyage.


Cet homme recherche un chien avec… un filet à papillon !

Chaque étape marquera un tournant dans leur périple. L’apprentissage de leur raison d’être et, à fortiori, leur présence dans ce lieu singulier. Durant ce parcours singulier, les rencontres avec des personnages incongrus ne manqueront pas de les interpeller (on remarquera la présence du chanteur et acteurs à ses heures perdues Tom Waits). Faiseur de miracles, chasseur de chiens armés d’un filet à papillons, les personnages hauts en couleur (pas comme leur teint hâve !) disposent de suffisamment de caractère pour susciter l’empathie chez le spectateur. Chacun apporte sa touche de bizarrerie qui enveloppe cet univers insolite et saugrenue.


Saurez-vous découvrir où se trouve l’emplacement de ce trou noir ?

Tout comme les petits miracles qui ne prennent guère d’importance pour ceux qui les exécutent, Petits suicides entre amis ne minimise pas la conséquence de l’acte suicidaire, mais il tente de lui apporter un sens en confrontant les suicidés à leur égoïsme par le biais d’une prise de conscience responsable. La mort n’est pas une chose anodine contrairement à ce que pourrait penser de prime abord les protagonistes au vu du dédain qu’ils portent à la vie au début du récit. Le véritable miracle à retenir – outre les allumettes qui s’envolent dans le ciel – est la magie de l’existence. Cette quête perpétuelle et insouciante du bonheur qui nous accompagne durant notre vie.

A propos de l'auteur : Dante_1984
Portrait de Dante_1984

J'ai découvert le site en 2008 et j'ai été immédiatement séduit par l'opportunité de participer à la vie d'un site qui a pour objectif de faire vivre le cinéma de genre. J'ai commencé par ajouter des fiches. Puis, j'ai souhaité faire partager mes dernières découvertes en laissant des avis sur les films que je voyais.

Autres critiques

Intelligence
Depuis les années 2000 et avec la série 24 , on assiste à la glorification des autorités, particulièrement des services secrets des Etats-Unis. L’une des nombreuses conséquences du 11 septembre? Toujours est-il qu’il en ressort une volonté évidente à raviver la flamme patriotique et à redorer le blason de certaines institutions telles que la CIA. Si 24 parvenait à échafauder des intrigues...
Looper
Le voyage dans le temps est un thème cher à la science-fiction. Tout comme le fantastique aime à exploiter les vampires ou autres créatures de la nuit, la SF apprécie particulièrement ce sujet en le déclinant à toutes les sauces. Du drame romantique en passant par le thriller faussement avoué ou, bien entendu, en peignant les traits d'un univers futuriste. Si l'on a eu droit à des perles...
Dark Hour, The
**Attention, cette critiques contient quelques spoilers.** Une poignée de survivants d'une guerre bactériologique considérable se terre dans des sous-terrains envahis par divers dangers. Le cinéma de genre ibérique se porte bien. Après quelques tentatives érotico-fantastiques assez fantaisistes durant les années 60-70 (cf les filmographies de Jesus Franco et de Jacinto Molina), le cinéma espagnol...
Escape from Cannibal Farm
Suite à une série de mésaventures, une famille lambda se voit contrainte de demander l’asile dans une ferme reculée où vivent des rednecks sanguinaires, à tendance débile. Derrière ce synopsis, matière propice à un bon torture-porn/survival sans prétention, se dissimule un scénario un peu tiré par les cheveux rendant le tout indigeste. « On va cacher le fait qu’on n’a pas...
The  Coffin
Pour le critique de cinéma, il existe en gros trois catégories de films : ceux qu'il a beaucoup apprécié et sur lesquels il y a beaucoup à dire, ceux qu'il a détesté et sur lesquels il y a également beaucoup de choses à raconter et puis il y a la dernière catégorie: ceux qui laissent indifférent. C'est celle-là qui donne le plus de fil à retordre au critique consciencieux et désireux...