Voir la fiche complète du film : The Philosophers (John Huddles - 2013)

The Philosophers

Un film sur la fin du monde original dans son approche de la thématique avec une profonde réflexion sur les réactions des survivants. Abstrait, singulier, parfois larmoyant sur certaines séquences, mais qui mérite le détour si la lenteur du récit ne vous rebute pas.
Publié le 2 Juin 2014 par Dante_1984Voir la fiche de The Philosophers
6

Les films sur la fin du monde pullulent autant que les menaces d’Armageddon nucléaire, climatique et autres dans notre quotidien. Un martèlement constant qui ne semble plus émouvoir grand monde, à tel point que cela fait partie du paysage. Une sorte de folklore moderne pour exorciser les peurs collectives sur un événement unique. Même si la date fatidique de 2012 s’éloigne de l’horizon, les producteurs poursuivent inlassablement l’exploitation de l’Apocalypse via des films catastrophes en majorité dispensables, corrects dans le meilleur des cas. Après 15 ans d’absence et deux métrages assez discrets, John Huddles choisit cette thématique porteuse pour son come-back. Un retour désespéré ou une volonté de tordre les préjugés ?


Quelle assiduité pour un dernier jour de cours !

Il faut reconnaître que les premières critiques sur The Philosophers sont loin d’être flatteuses et encourageantes. Justifiés par des arguments plus ou moins discutables, les avis exposent une relative déception, ainsi qu’une histoire pompeuse et prétentieuse pour les plus sévères. Malmené et ballotté par la tempête rageuse qui s’acharne sur lui, The Philosophers a du mal à se frayer un chemin dans les pays. Quelques sorties nationales, mais surtout un tour des festivals, il reste encore inédit dans l’hexagone pour une durée indéterminée. Pourquoi tant de haines ? Faut-il y voir le signe avant-coureur d’une catastrophe imminente ?

Le principal défaut du film si l’on ne se renseigne pas un minimum au préalable est sa lenteur. Ne vous attendez pas à un ersatz de 2012 ou des productions Syfy, nantis d’une action effrénée. Ici, tout repose sur un concept et une vision singulière de la fin du monde. Un professeur de philosophie propose un test sur les choix et les réactions de ses élèves dans le cas d’une guerre nucléaire. Jusque-là, rien de très marquant. Toutefois, cet exercice nécessite de faire marcher les neurones, car tout se déroule dans l’esprit des « cobayes » par une sorte d’extrapolation de l’inconscient. Dit comme cela, ça peut paraître abstrait et c’est là tout l’intérêt du film, susciter la réflexion plutôt que les muscles.


Le décor est planté.

Certes, ce procédé possède ses limites, mais il a le mérite d’offrir un point de vue autre que la confrontation imminente d’un cataclysme et d’arpenter des décombres et des centres-ville en désolation. Le rythme reste foncièrement lent, mais la progression connaît quelques heurts. Notamment, les fréquents retours dans la classe qui casse la tension. Au lieu d’avoir une continuité subtile au sein de l’intrigue et d’oublier que tout ce que nous percevons n’est qu’illusions, on nous rappelle constamment à la réalité. Pas vraiment adéquat en l’occurrence, la suite atténuera ce constat sans jamais toutefois le perdre de vue.

D’ailleurs, le suspense n’est pas vraiment de mise. On reste dans un traitement très didactique qui expose les choix, les comportements et les réactions de chacun, ainsi que les conséquences qui en découleront. La trame se scinde en trois parties distinctes (trois scénarios possibles, donc trois essais) qui partiront d’un postulat presque identique. Si certains éléments supplémentaires ne survenaient pas, l’intrigue tournerait rapidement en rond pour, au final, revenir au même. Seulement, les décisions sommaires (aux vagues relents eugénistes, voire racistes) disposent de plusieurs niveaux de lecture appréciables qui se dévoileront petit à petit.


Assidus, mais pas très attentifs...

Il en ressort une ligne directrice principalement contemplative et pessimiste sur le devenir de l’humanité. La mise en scène demeure statique avec des panoramas éclectiques : cratère d’un volcan, île déserte ou le temple de Prambanan qui évoque les ruines d’Angkor Vat. Un panel de paysages disparates aux charmes évidents propices à une vision de fin du monde presque poétique. On notera que la seule manifestation de cette dernière se trouve dans les explosions nucléaires qui ravagent le cadre. Pas de destructions, de séismes ou d’effondrements, on reste au stade de la possibilité pour donner lieu à ce curieux test de fin d’année.

Pour les protagonistes, on nous offre une classe assez diversifiées tant dans les valeurs culturelles, que dans les mœurs ou les motivations. Les personnages se prêtent au jeu avec entrain, avec des situations et des professions aux antipodes (du gestionnaire de fonds à l’agriculteur biologique) afin de pimenter l’exercice. Là encore, les évidences ne sont pas forcément les choix les plus logiques. En revanche, l’interprétation des acteurs oscille du mauvais au bon. Quelques seconds rôles ne trouvent pas vraiment leur place, tandis que ceux qui occupent le devant de la scène se montrent plus convaincants. En somme, un casting assez inégal qui s’appuie sur les têtes d’affiche.


Vive les grandes vacances... et la fin du monde.

Au final, The Philosophers déconcerte par son approche abstraite et décousue de la fin du monde. L’on retiendra son concept original qui aurait gagné à plus d’immersions en oubliant la réalité pour parfaire ses idées de départ. L’histoire ne sous-estime pas l’intelligence du spectateur (assez rare pour le souligner) et donne le change grâce à des réparties assez profondes si on les décortique sciemment. On regrettera simplement un rythme brinquebalant (même si volontairement lent), une interprétation en dent de scie, ainsi qu’un épilogue pompeux. Ce qui s’annonçait donc comme un teen-movie peu engageant, prend à contre-pieds les attentes de son public et surprend par la complexité sous-jacente de son intrigue (les choix à faire ne sont pas si faciles qu’ils paraissent de prime abord) et le voyage cérébral qu’il propose.

A propos de l'auteur : Dante_1984
Portrait de Dante_1984

J'ai découvert le site en 2008 et j'ai été immédiatement séduit par l'opportunité de participer à la vie d'un site qui a pour objectif de faire vivre le cinéma de genre. J'ai commencé par ajouter des fiches. Puis, j'ai souhaité faire partager mes dernières découvertes en laissant des avis sur les films que je voyais.

Autres critiques

Stake Land
A l'époque de ma critique de Mulberry Street , j'avais déjà loué la capacité du réalisateur Jim Mickle à tirer le maximum des maigres moyens mis à sa disposition et force est de constater qu'avec Stake Land , il a encore augmenté son niveau d'un cran, en gommant les imperfections de son précédent essai. Ce faisant, il réalise le sans-faute, propulsant son road-movie vampirique au rang de film à...
Fragile
Jaume Balaguero n'est plus un réalisateur à présenter. Reconnu pour son travail avec le terrifiant mais si réaliste Rec , il est devenu le cinéaste de genre à suivre du coté du pays ibérique. Il faut dire que le monsieur a du talent et des idées plein la tête. Toutefois, avant de s'attaquer aux infectés, il a fait, en 2005, un petit passage par la ghost story avec des acteurs américains...
Conjuring : les Dossiers Warren
On ne présente plus James Wan, grand talent du cinéma de genre révélé dans les années 2000 par la plus célèbre saga du torture-porn, Saw . Fort heureusement pour lui, il s'en détourne assez rapidement pour se tourner vers des films plus intimistes, mais non dénués d'ambitions. Après Insidious en 2010 qui avait partagé la communauté (il en ressortait tout de même un métrage à l'...
Timber Falls
Pour son premier film d'horreur, le réalisateur Tony Giglio s'est attaqué à un genre très prisé, voire surexploité: le Survival. Forestier dans le cas de Timber Falls . Pour ce faire, le réalisateur s'est muni de son petit livre "Le Survival pour les Nuls" afin de respecter le cahier des charges inhérent au genre. Le film ressemble donc à une succession de clins d'oeil...
L'exorcisme de Hannah Grace
Que l’on parle d’exorcisme ou de possession, le sujet fait les beaux jours du cinéma de genre depuis les années1970. En marge de la saga de William Friedkin, les productions se sont essayées à de nombreuses itérations avec un résultat plus ou moins convaincant. Sous forme de found footage ( The Devil Inside , Le dernier exorcisme ...) ou de métrages classiques ( Possédée , L’...