Voir la fiche complète du film : The Philosophers (John Huddles - 2013)

The Philosophers

Un film sur la fin du monde original dans son approche de la thématique avec une profonde réflexion sur les réactions des survivants. Abstrait, singulier, parfois larmoyant sur certaines séquences, mais qui mérite le détour si la lenteur du récit ne vous rebute pas.
Publié le 2 Juin 2014 par Dante_1984Voir la fiche de The Philosophers
6

Les films sur la fin du monde pullulent autant que les menaces d’Armageddon nucléaire, climatique et autres dans notre quotidien. Un martèlement constant qui ne semble plus émouvoir grand monde, à tel point que cela fait partie du paysage. Une sorte de folklore moderne pour exorciser les peurs collectives sur un événement unique. Même si la date fatidique de 2012 s’éloigne de l’horizon, les producteurs poursuivent inlassablement l’exploitation de l’Apocalypse via des films catastrophes en majorité dispensables, corrects dans le meilleur des cas. Après 15 ans d’absence et deux métrages assez discrets, John Huddles choisit cette thématique porteuse pour son come-back. Un retour désespéré ou une volonté de tordre les préjugés ?


Quelle assiduité pour un dernier jour de cours !

Il faut reconnaître que les premières critiques sur The Philosophers sont loin d’être flatteuses et encourageantes. Justifiés par des arguments plus ou moins discutables, les avis exposent une relative déception, ainsi qu’une histoire pompeuse et prétentieuse pour les plus sévères. Malmené et ballotté par la tempête rageuse qui s’acharne sur lui, The Philosophers a du mal à se frayer un chemin dans les pays. Quelques sorties nationales, mais surtout un tour des festivals, il reste encore inédit dans l’hexagone pour une durée indéterminée. Pourquoi tant de haines ? Faut-il y voir le signe avant-coureur d’une catastrophe imminente ?

Le principal défaut du film si l’on ne se renseigne pas un minimum au préalable est sa lenteur. Ne vous attendez pas à un ersatz de 2012 ou des productions Syfy, nantis d’une action effrénée. Ici, tout repose sur un concept et une vision singulière de la fin du monde. Un professeur de philosophie propose un test sur les choix et les réactions de ses élèves dans le cas d’une guerre nucléaire. Jusque-là, rien de très marquant. Toutefois, cet exercice nécessite de faire marcher les neurones, car tout se déroule dans l’esprit des « cobayes » par une sorte d’extrapolation de l’inconscient. Dit comme cela, ça peut paraître abstrait et c’est là tout l’intérêt du film, susciter la réflexion plutôt que les muscles.


Le décor est planté.

Certes, ce procédé possède ses limites, mais il a le mérite d’offrir un point de vue autre que la confrontation imminente d’un cataclysme et d’arpenter des décombres et des centres-ville en désolation. Le rythme reste foncièrement lent, mais la progression connaît quelques heurts. Notamment, les fréquents retours dans la classe qui casse la tension. Au lieu d’avoir une continuité subtile au sein de l’intrigue et d’oublier que tout ce que nous percevons n’est qu’illusions, on nous rappelle constamment à la réalité. Pas vraiment adéquat en l’occurrence, la suite atténuera ce constat sans jamais toutefois le perdre de vue.

D’ailleurs, le suspense n’est pas vraiment de mise. On reste dans un traitement très didactique qui expose les choix, les comportements et les réactions de chacun, ainsi que les conséquences qui en découleront. La trame se scinde en trois parties distinctes (trois scénarios possibles, donc trois essais) qui partiront d’un postulat presque identique. Si certains éléments supplémentaires ne survenaient pas, l’intrigue tournerait rapidement en rond pour, au final, revenir au même. Seulement, les décisions sommaires (aux vagues relents eugénistes, voire racistes) disposent de plusieurs niveaux de lecture appréciables qui se dévoileront petit à petit.


Assidus, mais pas très attentifs...

Il en ressort une ligne directrice principalement contemplative et pessimiste sur le devenir de l’humanité. La mise en scène demeure statique avec des panoramas éclectiques : cratère d’un volcan, île déserte ou le temple de Prambanan qui évoque les ruines d’Angkor Vat. Un panel de paysages disparates aux charmes évidents propices à une vision de fin du monde presque poétique. On notera que la seule manifestation de cette dernière se trouve dans les explosions nucléaires qui ravagent le cadre. Pas de destructions, de séismes ou d’effondrements, on reste au stade de la possibilité pour donner lieu à ce curieux test de fin d’année.

Pour les protagonistes, on nous offre une classe assez diversifiées tant dans les valeurs culturelles, que dans les mœurs ou les motivations. Les personnages se prêtent au jeu avec entrain, avec des situations et des professions aux antipodes (du gestionnaire de fonds à l’agriculteur biologique) afin de pimenter l’exercice. Là encore, les évidences ne sont pas forcément les choix les plus logiques. En revanche, l’interprétation des acteurs oscille du mauvais au bon. Quelques seconds rôles ne trouvent pas vraiment leur place, tandis que ceux qui occupent le devant de la scène se montrent plus convaincants. En somme, un casting assez inégal qui s’appuie sur les têtes d’affiche.


Vive les grandes vacances... et la fin du monde.

Au final, The Philosophers déconcerte par son approche abstraite et décousue de la fin du monde. L’on retiendra son concept original qui aurait gagné à plus d’immersions en oubliant la réalité pour parfaire ses idées de départ. L’histoire ne sous-estime pas l’intelligence du spectateur (assez rare pour le souligner) et donne le change grâce à des réparties assez profondes si on les décortique sciemment. On regrettera simplement un rythme brinquebalant (même si volontairement lent), une interprétation en dent de scie, ainsi qu’un épilogue pompeux. Ce qui s’annonçait donc comme un teen-movie peu engageant, prend à contre-pieds les attentes de son public et surprend par la complexité sous-jacente de son intrigue (les choix à faire ne sont pas si faciles qu’ils paraissent de prime abord) et le voyage cérébral qu’il propose.

A propos de l'auteur : Dante_1984
Portrait de Dante_1984

J'ai découvert le site en 2008 et j'ai été immédiatement séduit par l'opportunité de participer à la vie d'un site qui a pour objectif de faire vivre le cinéma de genre. J'ai commencé par ajouter des fiches. Puis, j'ai souhaité faire partager mes dernières découvertes en laissant des avis sur les films que je voyais.

Autres critiques

Hannibal
Si l'on demande à des lecteurs ou des cinéphiles de citer des tueurs en série qui les ont frappés, il y a de fortes chances pour qu'Hannibal Lecter figure dans leur top 5 auprès de Charles Manson et consorts. Tout comme Sherlock Holmes, il marque la culture populaire d'une empreinte au fer rouge. Un constat qui perdura dans le temps au point peut-être de le confondre avec de réels sociopathes...
The legend of Boggy Creek
Les films relatant les méfaits du bigfoot ou du sasquatch ont pris leur essor dans les années 1970. The Legend of Boggy Creek s’avance comme le fer de lance de ce sous-genre du survival animalier. Son succès a suscité bon nombre de vocations par la suite ; certaines plus dispensables que d’autres. S’appuyant sur de véritables témoignages et des faits divers, l’intrigue...
Buried Alive : Enterrés Vivants
Un étudiant fraîchement renvoyé de la faculté est bien décidé à mettre la main sur un trésor de famille caché dans un ranch perdu en plein désert. Il profite d'un week-end pour y emmener ses amis et dénicher enfin cette cachette, convoitée par le gardien du domaine, un homme solitaire et mystérieux. Spécialiste des effets spéciaux (il est le co-fondateur de la société KNB EFX , avec Nicotero et...
Alone in the Dark 2
Quand on reçoit le DVD d' Alone in the Dark 2 pour en effectuer la critique, on ne peut s'empêcher de penser aux atroces 90 minutes qu'avait constitué le visionnage d' Alone in The Dark premier du nom, adaptation complètement foirée du célèbre jeu-vidéo et réalisée par le "maître" Uwe Boll . Ce même Uwe Boll qui avait déjà commis un autre forfait devenu célèbre dans le...
Arrow
Il était un temps où les super-héros, avant l'avènement du cinéma, était prolifique sur nos petits écrans de télévision. J'outrepasserai les éternels sagas de Batman en collant moulant ou encore les sympathiques Flash Gordon de la belle époque, mais il faut croire que les super-héros n'ont jamais disparu de nos écrans cathodiques. Enfin, surtout chez DC Comics, qui a su implanter rapidement ses...