Voir la fiche complète du film : Tesis (Alejandro Amenábar - 1996)

Tesis

Pour un premier long-métrage, Tesis se révèle être un petit bijou dans son genre. En abordant le thème des snuffs-movies, Tesis parvient à concilier un discours introspectif sur le rapport à l'image avec une intrigue haletante que l'on suit avec grand plaisir.
Publié le 14 Septembre 2014 par OeilsansvisageVoir la fiche de Tesis
9

Etudiante à la faculté des sciences de la communication de Madrid, Angela se lance dans une thèse de doctorat portant sur la représentation audiovisuelle de la violence. Ses recherches l’amènent à se retrouver malgré elle en prise avec un réseau de tournage de snuff-movies secrètement implanté dans la fac.

Tout commence lorsque la jeune femme rencontre Chema, un étudiant solitaire, amateur de films d’horreur. Voyant en lui un spécialiste du sujet qui l’intéresse, elle lui demande de lui montrer des films aux images chocs afin de se plonger dans le vif du sujet. Dans un premier temps, Chema se montre réticent mais il finit par céder, trouvant dans cette rencontre l’opportunité de sortir de son isolement en passant du temps avec une fille. Si Angela est d’abord horrifiée par ce que lui montre Chema, des «mondos» c’est-à-dire des compilations de faux snuffs, la fascination qu’elle ressent en même temps la pousse à vouloir se confronter à des images toujours plus extrêmes.



Les choses se corsent lorsqu’elle découvre son directeur de thèse mort dans une salle de projection de la fac. Paniquée et intriguée, elle vole la cassette vidéo qu’il regardait et s’enfuit sans rien dire. Elle montre la cassette à Chema qui en déduit que les images qu’elle contient ne sont pas mises en scène mais le résultat d’une véritable séance de torture et d’une exécution filmée! De plus il reconnaît la victime: une étudiante de la fac, mystérieusement disparue quelques années plus tôt. Grâce à leurs connaissances en technique audiovisuelle, les deux étudiants parviennent à déchiffrer certains détails du contenu de la vidéo et en concluent que la caméra utilisée pour filmer le snuff provient du matériel de la fac. Décidés à ne pas en rester là, ils vont mener l’enquête jusqu’à découvrir un ensemble de couloirs dissimulés derrière les murs de la fac, menant à une salle renfermant une véritable collection de snuff movies enregistrés sur VHS.



Trop curieux, les deux étudiants se retrouvent pris au piège dans une sombre histoire impliquant plusieurs membres de la faculté. Entre son nouveau directeur de thèse, le comportement suspect de son ami Chema et les manigances d’un autre étudiant qui s’immisce peu à peu dans sa vie privée, Angela ne sait plus à qui faire confiance pour garder le contrôle de la situation.

Pour mieux comprendre Tesis, il faut se tourner vers son contexte de production: le réalisateur, Alejandro Amenábar, était lui-même étudiant dans la faculté où il a tourné son film. Sa bonne connaissance des lieux lui a permis d’exploiter au maximum l’architecture froide et impersonnelle du bâtiment afin de créer une atmosphère inquiétante, propice au suspens. On suit les pas d’Angela qui se faufile dans ces lieux à première vue banaux mais où le réalisateur parvient à immerger le spectateur grâce à sa maîtrise de la mise en scène.



Avec un scénario bien ficelé et des personnages crédibles interprétés par des acteurs impeccables dans leurs rôles respectifs, l’intrigue fonctionne parfaitement et l’on est captivé par les rebondissements jusqu’au dénouement final. Le tout bénéficie d’un certain nombre de détails croustillants qui donnent un charme indéniable à ce thriller horrifique. C’est par exemple la musique formée de nappes de synthé simulant des accords de violon qui crée une ambiance typique de série B des années 90. Le style du film est ainsi totalement en adéquation avec la volonté du cinéaste de coller à un genre de film précis.



En abordant le thème difficile des snuff-movies, Alejandro Amenábar trouve un moyen original de concilier son regard introspectif d’étudiant en cinéma devenu réalisateur - plus largement le rapport du spectateur à l’image - avec l’histoire d’une descente au cœur d’un réseau de l’horreur. Le film joue sur la suggestion / représentation afin de provoquer une prise de conscience chez le spectateur quant à sa responsabilité face à l’image. Le fait d’associer la production de snuffs avec l’institution qu’est l’université (et non avec des groupuscules criminels extérieurs au milieu des élites sociales) est une façon relativement courageuse d’aborder cette question taboue. Il ne faut pas oublier qu’il s’agit du premier long métrage de son réalisateur alors qu’il n’avait que 23 ans!



Comme le suggère un des profs d’Angela, pour faire face à la domination qu’exerce le cinéma hollywoodien, il faut donner au spectateur ce qu’il demande. Amenábar réussit son pari même si Tesis ne fut pas un succès public important à sa sortie. Il permit néanmoins au réalisateur de démontrer son talent qui lui ouvrira plus tard les portes d’Hollywood où il réalisera notamment Les Autres. On attend désormais son prochain film Regression qui semble renouer avec le thriller et devrait sortir durant l’été 2015.

Autres critiques

Devil Story : Il était une fois le Diable
Depuis des mois, le DVD de Devil Story trônait sur ma pile de films à chroniquer sans que j'ose y toucher. La raison de cette réticence était simple : ce film me faisait peur. Etais-je de taille à m'attaquer à ce que nos confrères de Nanarland.com, par ailleurs édteurs du DVD, décrivent comme, je cite, le plus mauvais film du monde et de sa proche banlieue ? De plus, Devil Story me...
The River
À nouveau associé à une série télévisée, le nom de Steven Spielberg en tant que producteur a du mal à faire rêver. En 2011, la déconvenue de Terra Nova aurait pu refroidir ses ardeurs sur le petit écran. Mais l'illustre cinéaste ne se démonte pas face à l'échec. C'est ainsi qu'il récidive avec The river . Un projet ambitieux qui mêle aventures et horreur. À la base du concept ?...
Million Dollar Crocodile
Le fils d'un officier de police de campagne se rend chaque jour après l'école dans un parc à crocodiles voisin. Il adore particulièrement s'amuser avec Amao, une femelle géante de 8 mètres de long. Toutefois, son propriétaire, endetté, finit par accepter l'offre d'un petit malfrat local, qui souhaite cuisiner les reptiles pour un restaurant voisin. Mais Amao parvient à s'échapper, semant la mort...
L'exorcisme de Hannah Grace
Que l’on parle d’exorcisme ou de possession, le sujet fait les beaux jours du cinéma de genre depuis les années1970. En marge de la saga de William Friedkin, les productions se sont essayées à de nombreuses itérations avec un résultat plus ou moins convaincant. Sous forme de found footage ( The Devil Inside , Le dernier exorcisme ...) ou de métrages classiques ( Possédée , L’...
Area 51
Initiateur du phénomène Paranormal activity , Oren Peli est parvenu en moins d’une décennie à se faire un nom dans le domaine horrifique, particulièrement celui du faux documentaire. En dépit de productions du même acabit, il n’aura réalisé qu’un seul et unique film avant de revenir à la charge avec Area51; toujours du found footage à la sauce Roswell. Le thème des extraterrestres n’est pas...