Voir la fiche complète du film : Lake Placid : The Final Chapter (Don Michael Paul - 2012)

Lake Placid : The Final Chapter

Un quatrième opus quasi identique à son prédécesseur. Scénario pourri, effets spéciaux moisis et interprétation bonne pour les orties font que la saga Lake placid mérite de reposer en paix. Un chapitre final ? On l'espère de tout c½ur.
Publié le 26 Juin 2013 par Dante_1984Voir la fiche de Lake Placid : The Final Chapter
2
Crocodiles

Aux abords de Lake Placid, une classe, un shérif et son acolyte, ainsi que des braconniers sont amenés à se rencontrer sur les berges inhospitalières du lac où ils vont avoir maille à partir avec les crocodiles géants du coin.

La saga Lake Placid a bien mal vieilli au fil de ces dernières années. Depuis le premier volet, la franchise n'a cessé de sombrer dans les affres de la médiocrité, pardon, de la débilité profonde. Une suite pathétique et un troisième épisode encore pire, SyFy ne se démonte pas pour autant avec ce quatrième "outrage au bon goût" signé Don Michael Paul (Mission Alcatraz, Le jardin du mal...). Étant donné la trajectoire catastrophique empruntée et la volonté des producteurs à nous fournir des DTV mal fichu et vite expédié avec un minimum de moyens, inutile de dire que ce « Chapitre final » (on l'espère) sera loin de conclure sur une note positive.


Attention à ne pas perdre du silicone pour l'instant bronzette nocturne !

Hormis le premier opus sympathique, les deux précédents films s'octroyaient les poncifs du survival animalier sans faire étalage de quelconques nouveautés, à tout le moins les ressortir d'une manière honorable. Dans le cas présent, on est exactement dans le même cas de figure. Autrement dit, le scénario est aux abonnés absents. On se retrouve aux abords de Lake placid où un enclos cerne le lac et empêche nos bons vieux crocodiles géants de croquer du touriste décérébré ou des locaux inconscients. On a l'impression d'avoir ouvert un Jurassic Park du pauvre, l'ambition et les moyens en moins.

Une seule espèce, un terrain peu propice à son épanouissement et une faune absente (exception faite d'un dindon perdu) sont le lot de ce parc animalier en gestation. Heureusement, le voyage est gratuit, tout comme l'entrée. Il suffit d'un chauffeur de bus pervers dénué du sens de l'orientation, d'employés qui ne ferment pas les portes derrière eux et le tour est joué. Dans ce joyeux foutoir, on ne distingue aucun intérêt à cette suite, si ce n'est la stupidité des personnages.


Il a de la gueule ce croco.

Nous avons donc notre bande d'ados en chaleur prête à se faire bouffer, des braconniers qui veulent faire fortune en vendant des ½ufs (ou des omelettes, c'est selon), un nouveau shérif tente de faire respecter l'ordre (mais est incapable de se faire obéir de sa fille) et secondée par un piètre... solitaire ? On porte tellement d'attention aux protagonistes que l'on ne se souvient ni des noms, ni de ce qu'ils font. Bien entendu, pour attirer le pauvre quidam, on ajoute une figure prestigieuse au casting : Robert Englund, en très petite forme dans un rôle caricatural au possible.

Pourtant, ce sympathique tableau se révélera drôle bien malgré eux. Outre le jeu des acteurs catastrophiques (Yancy Butler est-elle du métier ?), ce sont leurs réactions et leurs répliques qui vont tourner le film en une vaste blague. La panique se lit sur leurs visages autant qu'une injonction à comparaître sur les tentacules d'un poulpe. On court dans tous les sens sans trop savoir quel chemin emprunter, on s'engueule, on prend des décisions débiles... Un ramassis de conneries qui atteint son summum avec la séquence où le prof se trouve dans la gueule d'un des crocos et le jeune idiot qui tient le fusil ne tire pas parce qu'il a peur de le blesser ! Il faut oser, tout de même.


« J'ai peur de le blesser ! ».

Certes, l'histoire anémique a au moins le mérite de multiplier les interventions des crocodiles pour éviter de s'ennuyer. Ça croque à tout-va, mais les effets spéciaux ne font pas passer la pilule. D'une qualité équivalente au précédent opus, les reptiles sont modélisés avec les pieds, claquent de la mâchoire comme s'ils étaient en manque de caféine et s'incrustent dans l'image comme une mouche dans votre bol de soupe. C'est moche et mal foutu. N'oublions pas les habituelles gerbes de sang numériques qui achèvent le vain espoir de trouver un produit potable.

Si besoin est, Lake placid 4 confirme que la franchise ferait mieux de s'arrêter plutôt que de multiplier des films ineptes, sans envergure et surtout d'une stupidité profonde. Entre une histoire qui ne vaut même pas la peine qu'on la résume (inexistante et néanmoins bordélique), des interprètes qui ne possèdent que le nom, des trucages dignes des prémices des images de synthèse (mais quand vont-ils évoluer ?), le survival animalier est décidément bien malmené avec ce genre de sous-merde bon marché. L'on réutilise les mêmes ficelles foireuses sans autre préoccupation de gagner un peu d'argent avec un minimum d'investissement (tant financier, qu'humain). Qui a dit que le recyclage était toujours bon ?

A propos de l'auteur : Dante_1984
Portrait de Dante_1984

J'ai découvert le site en 2008 et j'ai été immédiatement séduit par l'opportunité de participer à la vie d'un site qui a pour objectif de faire vivre le cinéma de genre. J'ai commencé par ajouter des fiches. Puis, j'ai souhaité faire partager mes dernières découvertes en laissant des avis sur les films que je voyais.

Autres critiques

Zombillenium
Occupés par une majorité de productions américaines, les films d’animation qui sortent sur grand écran aiment de temps à autre rendre un hommage au cinéma de genre. Ainsi, on concilie deux publics où les histoires sont parsemées de références en pagaille. Monstres contre Aliens, Monster House, L’étrange pouvoir de Norman ou encore Hôtel Transylvanie ... Autant d’exemples...
The Addiction
En 1995, après avoir réalisé ses deux succès publics et critiques, The King of New-York et Bad lieutenant , la carrière d’Abel Ferrara prend un tour nouveau lorsque le cinéaste new-yorkais décide de se lancer dans une histoire horrifique. En effet, The addiction traite directement du thème du vampirisme, narrant l’histoire d’une étudiante en philosophie, Kathleen, fascinée par...
Scar 3D
Les producteurs et les gérants des salles de cinéma ont eu il y a quelques décennies la bonne idée de vouloir faire des films en 3D, dans l'espoir mensonger de faire vivre de nouvelles sensations aux spectateurs et dans l'espoir véritable de faire des rentrées d'argent conséquentes. Ce sketch a commencé dans les années 80 avec des films comme Vendredi 13 Meurtres en 3D ou encore Les Dents de la...
District 9
Inconnu il y a encore peu de temps, Neill Blomkamp risque bien d’être considéré dès à présent comme le nouveau cinéaste de génie à suivre de près. Il faut dire que son premier long, District 9 , adapté de son propre court-métrage Alive in Joburg a fait un carton planétaire et a réussi l’exploit d’emballer aussi bien les critiques que le public. Près de 200.000.000$ ont ainsi été...
Deadman wonderland
L'univers carcéral a toujours alimenté les imaginaires fertiles. Versée dans le suspense, l'horreur, la science-fiction et bien d'autres domaines, la prison est un endroit clos qui débride les pires exactions humaines. Si les huis clos ne sont pas nouveaux dans le manga ( Doubt et ses nombreuses références à Saw et Les dix petits nègres ), la prison est un cadre peu exploité dans cette branche...