Voir la fiche complète du film : Wolfboy (Martin Krejci - 2019)

Wolfboy

Un jolie fable affaiblie par un rythme erratique, mais qui mérite néanmoins le coup d'oeil pour ses acteurs et sa beauté plastique.
Publié le 17 Janvier 2022 par GeoffreyVoir la fiche de Wolfboy
7

Je ne savais rien de ce film lorsque j’ai eu l’occasion de le voir en avant-première (sortie officielle en VOD le 15 février 2022 chez l'Atelier d'Images). Naïvement, j’ai cru qu’il s’agissait d’une histoire de loup-garou. Grossière erreur, puisque WOLFBOY nous présente en réalité les déboires d’un jeune garçon affligé d'hypertrichose (la maladie qui a justement donné naissance au mythe du lycanthrope). Au final, cette méprise m’a permis de découvrir une œuvre à laquelle je ne me serais probablement pas intéressé par ailleurs, et je serais passé à côté d'une agréable surprise.

Prenez de quoi grignoter, ça commence.

WOLFBOY prend la forme d’un road-movie et, comme souvent dans ce genre de films, les séquences s’enchainent au gré des rencontres faites par le protagoniste principal, rencontres d’autant plus marquées qu’elles sont toujours précédées d’un carton illustré à la façon des contes pour enfants. Certaines sont plus dispensables que d’autres, mais toutes présentent un certain intérêt en rapport avec le message de tolérance du film.

La réalisation de Martin Krejci, si elle n'est pas la plus impressionnante du monde, reste efficace, mais il convient surtout de signaler la superbe photographie signée Andrew Droz Palermo qui transforme chaque photogramme en tableau de maître (j'exagère un peu, mais de nombreuses séquences flattent vraiment la rétine).

Alors ? Elle est pas belle ma photographie ?

Au casting, le génial John Turturro prête ses traits à un inquiétant directeur de cirque, tandis que Chloë Sevigny, Eve Hewson et Sophie Giannamore assurent dans des rôles féminins intéressants. Le point fort reste toutefois l’excellente prestation de Jaeden Martell en Wolfboy, qui porte vraiment le film sur ses épaules malgré son maquillage.

Joie et bonne humeur avec John Turturro

Tout n’est cependant pas parfait dans la proposition de Martin Krejci. La structure en vignettes, à l’instar des films à sketches, prend le risque d’aligner les parties inégales, et c’est malheureusement le cas ici.

Malgré sa courte durée, quelques longueurs et sautes de rythme sont à noter, mais rien de rédhibitoire, fort heureusement, et il serait donc dommage de laisser ces quelques scories vous empêcher d’apprécier cette jolie fable.

 

A propos de l'auteur : Geoffrey
Portrait de Geoffrey

Comme d'autres (notamment Max et Dante_1984), je venais régulièrement sur Horreur.net en tant que lecteur, et après avoir envoyé quelques critiques à Laurent, le webmaster, j'ai pu intégrer le staff début 2006. Depuis, mes fonctions ont peu à peu pris de l'ampleur.

Autres critiques

La Famille Addams : les Retrouvailles
Le problème d'un film comme La famille Addams : Les Retrouvailles c'est qu'en plus de passer après deux excellents films qui avaient eu droit aux honneurs des salles obscures, il se retrouve destiné directement à la télévision. Et même si un téléfilm n'est pas forcément plus mauvais qu'un film de cinéma, que du contraire, avoir à la réalisation un tâcheron comme Dave Payne (...
Prince Of Persia : les Sables du Temps
Dans la Perse antique, un prince est accusé à tort du meurtre de son père. Contraint de s'enfuir avec une princesse rebelle, il va tenter de déjouer le complot qui pèse sur sa personne et découvrir une dague capable de faire remonter le temps. À l'époque du premier jeu vidéo de cette splendide saga (1989), Jordan Mechner était bien loin de s'imaginer le succès retentissant de son futur bébé. Très...
Feast 2
Non, Feast 2 : Sloppy Seconds n'est pas un film à caractère pornographique où un petit chien noir et blanc s'en prendrait plein l'arrière-train. Il s'agit ici de la suite d'un film d'horreur qui a partagé le public, j'ai nommé Feast . Dans ce film, on dit adieu à Ben Affleck et Matt Damon pour la production et quand des gens quittent le navire, ce n'est jamais bon...
Amityville
Si les remakes ont toujours fait partie du modèle hollywoodien, les années 2000 ont connu un recyclage effréné de productions emblématiques. Après le succès mérité du Massacre à la tronçonneuse de Marcus Nispel, le cinéma de genre a particulièrement été impacté. Bien que sa notoriété soit restée dans les mémoires pour les affaires DeFeo et Lutz, le cas Amityville a été progressivement dénaturé au...
The Philosophers
Les films sur la fin du monde pullulent autant que les menaces d’Armageddon nucléaire, climatique et autres dans notre quotidien. Un martèlement constant qui ne semble plus émouvoir grand monde, à tel point que cela fait partie du paysage. Une sorte de folklore moderne pour exorciser les peurs collectives sur un événement unique. Même si la date fatidique de 2012 s’éloigne de l’...
Wolfboy
Réalisateur:
Durée:
7
Moyenne : 7 (1 vote)

Thématiques