Voir la fiche complète du film : Indiana Jones et le Royaume du Crâne de Cristal (Steven Spielberg - 2008)

Indiana Jones et le Royaume du Crâne de Cristal

Près de vingt ans après sa dernière aventure, le plus célèbre aventurier du Septième Art sort de sa retraite. Malgré un certain plaisir, quasi enfantin, à retrouver l'un de nos héros préférés du grand écran, force est de constater que les légendes d'Hollywood vieillissent également.
Publié le 24 Mars 2011 par GORE MANIACVoir la fiche de Indiana Jones et le Royaume du Crâne de Cristal
6
Extra-Terrestre

Le sémillant professeur Indiana Jones (Harrison Ford) est contacté par un jeune homme qui souhaite partir à la recherche d'un vieil ami d'Indy, disparu dans de troublantes circonstances en Amérique du Sud.

Près de vingt ans après sa dernière aventure (Indiana Jones et la Dernière Croisade), le plus célèbre aventurier du Septième Art sort donc de sa retraite.

Mais, entre le plaisir de retrouver ce personnage légendaire et le risque de gâcher le cachet de la trilogie initiale, beaucoup de fans étaient partagés.
Qu'en est il donc finalement de cette quatrième mouture ?

Tout d'abord, revenons en à l'origine du mythe, né en 1980 entre les mains du père de Star Wars, George Lucas. Avec l'aide d'un autre compère de cette saga phare de la science-fiction, Lawrence Kasdan, il élabore un aventurier rétro, dans la veine des Allan Quatermain, fleurant bon les serials d'antan.

 


Le génial Steven Spielberg aux manettes ajoute son savoir-faire à ce héros bourru et talentueux, campé avec brio par un Harrison Ford qui trouve enfin un rôle sur mesure qui manquait jusqu'ici à sa carrière.
En ajoutant décors et paysages exotiques, courses poursuites débridées et une bonne dose de second degré, Spielberg et Lucas offrent LE film d'aventures par excellence, que seules ses deux suites pourront presque égaler, permettant au personnade d'Indy d'entrer définitivement dans la légende du cinéma.

Le troisième épisode, réalisé neuf ans après l'original, semblait pouvoir clôturer à merveille cette saga culte. De temps à autre, quelques rumeurs venaient faire état d'un projet de quatrième opus, mais personne ne semblait trop y croire.
Pourtant, 19 ans après, Indy reprend du service à la surprise générale.

Faisant équipe avec son paternel précédemment, Indiana continue en famille, renouant avec son premier amour (Karen Allen) et se découvrant un fils en la personne d'un rebelle, pastiche du Fonzie de la série Happy Days et de James Dean.
Censé insuffler une nouvelle jeunesse à la série, le jeune garçon hérite malheureusement d'un héritage trop lourd pour ses frêles épaules. Révélé par le film Transformers, Shia LaBeouf ne supporte pas la comparaison avec Sean Connery, le majestueux paternel d'Indy dans le troisième volet. Dès lors, même si le tandem père-fils est sympathique, on reste un peu sur sa faim à ce sujet. De son côté, Indiana a pris quelques rides.
Conservant néanmoins son charme et son charisme, le Professeur Jones semble désormais plus à son aise derrière un bureau que dans des catacombes.

Le scénario a le mérite de jeter un regard nostalgique et ironique assez salvateur sur le mythe Jones. Là où le bât blesse, c'est qu'on peine à reconnaître Indy dans quelques situations précises.
Par exemple, durant la poursuite avec son fils en moto, il est surtout spectateur des exploits de Junior. Son univers se perd aussi un peu durant les deux scènes les plus importantes d'un métrage : le prologue et l'épilogue.
Durant l'ouverture, Jones se retrouve dans une ville test pour des essais nucléaires. Indy, avec son style, tranche avec les décorations fifties de la ville, et cette séquence sonne creux, malgré l'ingéniosité de la fuite du héros. Cette scène, ressemblant davantage à un épisode des X-Files, avec sa thématique Roswell, va se retrouver dans une conclusion frisant le ridicule, avec ces Rencontres du Troisième Type peu inspirées et maladroites dans le monde d'Indy.

 


Le happy end qui suit est quelque peu aseptisé et pourrait engendre un autre épisode qu'il vaudrait mieux éviter.

En effet, malgré un certain plaisir, quasi enfantin, à retrouver l'un de nos héros préférés du grand écran, force est de constater que les légendes d'Hollywood vieillissent également.
Sans être mauvais (ce film rivalise au moins avec les Benjamin Gates et les suites de La Momie, et dispose de quelques jolies scènes, notamment dans le cimetière), cet épisode n'était franchement pas nécessaire, et ne plaira pas à la grande majorité des fans de la saga.

A propos de l'auteur : GORE MANIAC
Portrait de GORE MANIAC

J'essaie de partager ma passion pour un cinéma méconnu, mais qui mérite incontestablement qu'on s'y arrête !

Autres critiques

Sky Sharks
Il est des projets cinématographiques qui nécessitent de nombreuses années de gestation. De changements d’équipe en refonte de scénarios, certaines productions manquent cruellement de moyens. C’est notamment le cas de Sky Sharks qui a fait l’objet d’une campagne de financement participatif sur la plateforme Kickstarter. Après de multiples reports, le premier film de Marc...
L'homme au masque de cire
Pour des raisons de qualité et d’opportunisme, on a tendance à rejeter les remakes, basses initiatives mercantiles peu inspirées. Pourtant, le procédé a pour volonté de proposer un regard différent sur une histoire particulière, en y apportant quelques ajustements pour la «moderniser». Les véritables réussites, celles où le remake est supérieur à son modèle, sont rares, mais...
Douce nuit - sanglante nuit
À Noël, les allées des jardineries fleurent bon les sapins et les supermarchés vomissent des rayons de jouets par milliers. C'est l'occasion de nous ressortir une tripotée de films familiaux à la morale plus ou moins discutable, aux classiques de notre enfance et quelques mini-séries aux qualités variables. Dans cette opulence de sentiments mièvres, les fêtes de fin d'années ne sont...
I, Frankenstein
Contrairement à ce que son titre pourrait laisser entendre, I, Frankenstein n’est pas une énième adaptation du célèbre roman de Mary Shelley mais celle d’une bande dessinée qui s’en inspire. L’action se déroule après que la créature ait assassiné l’épouse de son maître et dérobée le manuscrit faisant état de ses expériences. Elle fuit vers les territoires du grand nord, poursuivie par son...
Regression
Avec le très éculé «inspiré d’une histoire vraie», nombre de longs-métrages suscitent à juste titre (ou pas) le buzz autour de leur histoire. Cette approche est surtout prisée par les faux documentaires, dont le format permet mieux d’entretenir le doute si la forme demeure crédible. Or, cet argument marketing peut, de temps à autre, réellement s’appuyer sur un ou plusieurs faits divers. Avec...