Shadowz - la plateforme de VOD
Voir la fiche complète du film : Million Dollar Crocodile (Li Sheng Lin - 2012)

Million Dollar Crocodile

Le fils d'un officier de police se rend chaque jour dans un parc à crocodiles voisin. Il adore particulièrement s'amuser avec une femelle géante de 8 mètres de long. Au demeurant sympathique, ce long-métrage peut se targuer de rivaliser avec les gros budgets américains, tout en conservant une salutaire indépendance.
Publié le 9 Octobre 2013 par GORE MANIACVoir la fiche de Million Dollar Crocodile
6
Crocodiles

Le fils d'un officier de police de campagne se rend chaque jour après l'école dans un parc à crocodiles voisin. Il adore particulièrement s'amuser avec Amao, une femelle géante de 8 mètres de long.
Toutefois, son propriétaire, endetté, finit par accepter l'offre d'un petit malfrat local, qui souhaite cuisiner les reptiles pour un restaurant voisin. Mais Amao parvient à s'échapper, semant la mort sur son passage.

Depuis la fin des années 70, le crocodile n'a rien à envier dans sa filmographie au fameux requin de Jaws. Toutefois, la franchise de Spielberg avait à l'époque annihilé toute concurrence digne de ce nom ! Ainsi, le Crocodile de la Mort (1977) ou bien encore le Grand Alligator (1979) s'étaient contentés de ravir certains amateurs de Bis, en attendant une revalorisation quelques années plus tard, avec l'arrivée de la VHS dans nos salons. Toutefois, la saga des Lake Placid, initiée en 1999, permit au crocodile de se redorer les écailles sous le soleil hollywoodien !

L'ouverture d'un marché cinématographique international a depuis démontré que cette créature pouvait nettement concurrencer le grand squale, les marais et les lacs nécessitant en général des budgets plus accessibles aux producteurs.
Ainsi, il n'est pas si étonnant que cela de découvrir un film crocodilien chinois, à l'heure où ce pays tente d'investir toute forme de business.

Le premier fait marquant de ce Million Dollar Crocodile est la qualité de la photographie. Soignée, très colorée, elle s'éloigne toutefois énormément des films du genre, souvent nocturnes et volontairement sombres. Cette cassure, qui prouve surtout un décalage culturel logique entre l'Asie et les continents américains et européens, restera d'actualité tout au long de ce métrage.
Ainsi, les personnages sont eux aussi assez décalés de nos héros habituels. La jeune bimbo hystérique du début (la jolie Barbie Hsu) disparaîtra au profit d'une femme plus passive, laissant le beau rôle au policier. Celui-ci, assez risible durant la première moitié du film (on le surnomme "la Passoire", par rapport à ses qualités de tireur), finira par trouver le courage nécessaire pour renouer avec son fils. Enfin, les malfrats de service sont surtout grotesques, comme c'est souvent le cas dans le cinéma asiatique, où la caricature et l'excès sont régulièrement de mise.
L'humour, présent mais un peu lourd, sera toutefois exclue d'une dernière demi-heure axée davantage sur la chasse au crocodile.

Celui-ci, au centre de toutes les attentions, est une réelle réussite. Les effets spéciaux, de très haute tenue, font de notre femelle Amao une créature aussi terrifiante que crédible. Sans tomber dans le gore, le réalisateur est parvenu à donner une âme à sa créature et à en faire l'atout majeur de son film. Une mise en scène méticuleuse permet au spectateur de ne jamais avoir en tête une impression d'exagération, pourtant souvent de mise dans ce genre de produits (même durant l'attaque de la maison, rondement menée).
L'épilogue, dans ce grand lac disposant de somptueuses colorations, n'est pas aussi spectaculaire qu'on l'espérait, la faute sans doute à cette absence d'hémoglobine.

De sorte qu'on ne conservera pas un souvenir impérissable de ce film, parfois trop sage dans sa construction et manquant un peu de rythme et de folie. A l'instar d'un Primeval, Million Dollar Crocodile peine à s'extirper de la nasse à cause de ces éléments. Toutefois, force est de constater qu'il résume à merveille un pays enclin au changement mais désireux de conserver des traditions exposées tout au long de ce film (on y dévoile ici les moeurs des campagnes chinoises, encore très éloignées des préoccupations de Pekin).
Au demeurant sympathique, disposant de personnages attachants (notamment le vieil homme, propriétaire du parc), ce long-métrage peut se targuer de rivaliser avec les gros budgets américains, tout en conservant une salutaire indépendance.

A propos de l'auteur : GORE MANIAC
Portrait de GORE MANIAC

J'essaie de partager ma passion pour un cinéma méconnu, mais qui mérite incontestablement qu'on s'y arrête !

Autres critiques

Timber Falls
Pour son premier film d'horreur, le réalisateur Tony Giglio s'est attaqué à un genre très prisé, voire surexploité: le Survival. Forestier dans le cas de Timber Falls . Pour ce faire, le réalisateur s'est muni de son petit livre "Le Survival pour les Nuls" afin de respecter le cahier des charges inhérent au genre. Le film ressemble donc à une succession de clins d'oeil...
Kong - Skull Island
Depuis le chef d’œuvre de Merian C. Cooper et Ernest B. Schoedsack, King Kong est devenu une figure emblématique du septième art. Au fil des époques, le gorille géant s’est initié dans des remakes tout à fait convenables, mais aussi dans des séries B et des nanars pour le moins discutables. Preuve en est avec King Kong 2 de John Guillermin, un métrage de sinistre mémoire. Malgré ces...
Sucker Punch
Une jeune femme est internée dans un hôpital psychiatrique par son beau-père afin que ce dernier rafle l'héritage familial. Sans aucun moyen de s'enfuir, elle se créé une échappatoire par le biais de son imaginaire et explore autant d'univers différents que merveilleux. En l'espace de seulement trois longs-métrages, Zack Snyder s'est imposé comme un réalisateur incontournable...
Avalanche Sharks : Les dents de la neige
En général, les requins massacrent des jeunes étudiants décérébrés durant la saison estivale. L'occasion de dénuder de belles donzelles et de faire valoir leurs atouts pour le moins gonflés n'y est pas étrangère. Autre raison plus pratique : les requins sont des poissons et évoluent donc dans l'eau, chaude de préférence. Cette évidence peut prêter à sourire, mais elle paraît...
Tape 407
Alors que les faux documentaires pullulent dans les contrées cinématographiques (remercions, ou pas, le succès de Paranormal activity), ce sous-genre de la culture horrifique peut se décompenser en deux catégories : les films un rien inventifs, à l'ambiance travaillée et respectueuse du public ; d'un autre côté, les petits opportunistes sans la moindre once de talent pensant qu'il...