Voir la fiche complète du film : Million Dollar Crocodile (Li Sheng Lin - 2012)

Million Dollar Crocodile

Le fils d'un officier de police se rend chaque jour dans un parc à crocodiles voisin. Il adore particulièrement s'amuser avec une femelle géante de 8 mètres de long. Au demeurant sympathique, ce long-métrage peut se targuer de rivaliser avec les gros budgets américains, tout en conservant une salutaire indépendance.
Publié le 9 Octobre 2013 par GORE MANIACVoir la fiche de Million Dollar Crocodile
6
Crocodiles
Le fils d'un officier de police de campagne se rend chaque jour après l'école dans un parc à crocodiles voisin. Il adore particulièrement s'amuser avec Amao, une femelle géante de 8 mètres de long.
Toutefois, son propriétaire, endetté, finit par accepter l'offre d'un petit malfrat local, qui souhaite cuisiner les reptiles pour un restaurant voisin. Mais Amao parvient à s'échapper, semant la mort sur son passage.

Depuis la fin des années 70, le crocodile n'a rien à envier dans sa filmographie au fameux requin de Jaws. Toutefois, la franchise de Spielberg avait à l'époque annihilé toute concurrence digne de ce nom ! Ainsi, le Crocodile de la Mort (1977) ou bien encore le Grand Alligator (1979) s'étaient contentés de ravir certains amateurs de Bis, en attendant une revalorisation quelques années plus tard, avec l'arrivée de la VHS dans nos salons. Toutefois, la saga des Lake Placid, initiée en 1999, permit au crocodile de se redorer les écailles sous le soleil hollywoodien !

L'ouverture d'un marché cinématographique international a depuis démontré que cette créature pouvait nettement concurrencer le grand squale, les marais et les lacs nécessitant en général des budgets plus accessibles aux producteurs.
Ainsi, il n'est pas si étonnant que cela de découvrir un film crocodilien chinois, à l'heure où ce pays tente d'investir toute forme de business.

Le premier fait marquant de ce Million Dollar Crocodile est la qualité de la photographie. Soignée, très colorée, elle s'éloigne toutefois énormément des films du genre, souvent nocturnes et volontairement sombres. Cette cassure, qui prouve surtout un décalage culturel logique entre l'Asie et les continents américains et européens, restera d'actualité tout au long de ce métrage.
Ainsi, les personnages sont eux aussi assez décalés de nos héros habituels. La jeune bimbo hystérique du début (la jolie Barbie Hsu) disparaîtra au profit d'une femme plus passive, laissant le beau rôle au policier. Celui-ci, assez risible durant la première moitié du film (on le surnomme "la Passoire", par rapport à ses qualités de tireur), finira par trouver le courage nécessaire pour renouer avec son fils. Enfin, les malfrats de service sont surtout grotesques, comme c'est souvent le cas dans le cinéma asiatique, où la caricature et l'excès sont régulièrement de mise.
L'humour, présent mais un peu lourd, sera toutefois exclue d'une dernière demi-heure axée davantage sur la chasse au crocodile.

Celui-ci, au centre de toutes les attentions, est une réelle réussite. Les effets spéciaux, de très haute tenue, font de notre femelle Amao une créature aussi terrifiante que crédible. Sans tomber dans le gore, le réalisateur est parvenu à donner une âme à sa créature et à en faire l'atout majeur de son film. Une mise en scène méticuleuse permet au spectateur de ne jamais avoir en tête une impression d'exagération, pourtant souvent de mise dans ce genre de produits (même durant l'attaque de la maison, rondement menée).
L'épilogue, dans ce grand lac disposant de somptueuses colorations, n'est pas aussi spectaculaire qu'on l'espérait, la faute sans doute à cette absence d'hémoglobine.

De sorte qu'on ne conservera pas un souvenir impérissable de ce film, parfois trop sage dans sa construction et manquant un peu de rythme et de folie. A l'instar d'un Primeval, Million Dollar Crocodile peine à s'extirper de la nasse à cause de ces éléments. Toutefois, force est de constater qu'il résume à merveille un pays enclin au changement mais désireux de conserver des traditions exposées tout au long de ce film (on y dévoile ici les moeurs des campagnes chinoises, encore très éloignées des préoccupations de Pekin).
Au demeurant sympathique, disposant de personnages attachants (notamment le vieil homme, propriétaire du parc), ce long-métrage peut se targuer de rivaliser avec les gros budgets américains, tout en conservant une salutaire indépendance.

A propos de l'auteur : GORE MANIAC
Portrait de GORE MANIAC

J'essaie de partager ma passion pour un cinéma méconnu, mais qui mérite incontestablement qu'on s'y arrête !

Autres critiques

Monster Brawl
Un geek féru de films d'horreur et de catch parvient à réunir huit monstres sacrés sur le ring, afin de déterminer quelle sera la créature la plus puissante au monde ! Le moins que l'on puisse dire en consultant le pitch de Monster Brawl , c'est que le réalisateur et scénariste du film, Jesse T. Cook, n'a pas eu peur d'aller très loin dans son délire, en confrontant des légendes du Septième Art...
Les Sévices de Dracula
Deux jumelles orphelines, Frieda et Maria, quittent Venise pour rejoindre leur oncle Gustav dans une petite ville d'Europe de l'Est en proie à la terreur. Elles découvrent rapidement que Gustav est à la tête d'un groupe de fanatiques pourchassant sans relâche de belles jeunes femmes accusées de sorcellerie. Au début des années 70, la Hammer tentait de redonner un second souffle à ses...
Tron
Kevin Flynn, un concepteur informatique de génie, se voit voler le fruit de son labeur par un concurrent qui n’'éprouve aucun scrupule à l’'exploiter. Alors qu’'il essaye de s’'immiscer dans le système, le MCP l’'absorbe dans son monde virtuel. Prisonnier, il va tout tenter pour mettre fin au joug du MCP en compagnie de Ram et Tron, deux...
Empire of the Sharks
Avec Planet of the Sharks , Mark Atkins transposait le film de requins dans un contexte post-apocalyptique façon Waterworld . Sur fond de cataclysme écologique, il en ressortait une incursion étonnante (dans le mauvais sens du terme) tant l’ensemble s’avérait médiocre et vide d’intérêt. La faute à un manque d’enjeux bien définis et à une progression en roue libre, elle-...
Shark week
Le film de requins-tueur et Asylum, c’est une éternelle histoire de désamour. Prônant le grand n’importe quoi et le mauvais goût à outrance, la société de production s’est fait un devoir de massacrer squales et autres prédateurs dans des navets tous plus ignobles les uns que les autres. Pour mettre en boîte pléthore d’immondices cinématographiques, elle a son lot de...