Voir la fiche complète du film : Ghost in the shell - Stand alone complex : Le rieur (Kenji Kamiyama - 2005)

Ghost in the shell - Stand alone complex : Le rieur

Un long-métrage qui résume de manière intelligible la première saison de Stand alone complex. Ce n'est pas un mince exploit lorsque l'on songe à des tentatives similaires complètement ratées et inutiles (Death & Rebirth pour Evangelion). Néanmoins, l'on retrouve les mêmes qualités et défauts qui rendaient la première impression mitigée concernant la série.
Publié le 12 Décembre 2012 par Dante_1984Voir la fiche de Ghost in the shell - Stand alone complex : Le rieur
6
Adaptation de manga Robot

Réalisé un an après la sortie d'Innocence, ce long-métrage intitulé « Le rieur » n'est pas la suite directe de Second Gig, mais bel et bien un montage de la première saison résumé en l'espace de 2 h 40. La première crainte réside dans l'éventuelle édulcoration de l'intrigue au détriment de la compréhension générale. Certes, on l'avait vu précédemment, Stand alone complex est loin de disposer d'un scénario aussi alambiqué et fouillé que ses homologues du grand écran. Qui plus est, on est droit de s'interroger sur la nécessité de ce film. Alors exploitation commerciale outrancière ou habile (re)découverte de l'histoire du rieur ?


Gardez le sourire ! La fin est proche !

Force est de constater que cette démarche se révèle similaire au segment Death & Rebirth du non moins mythique Evangelion. L'on se souvient d'un condensé maladroit, indigeste et surtout incompréhensible pour le néophyte, tandis que le fan absolu de l'anime ne pouvait que pester devant cet ersatz bâclé d'Evangelion. De prime abord, on serait tenté de ranger Le rieur dans la même catégorie. À savoir, un métrage parfaitement inutile à l'intrigue simplifiée au possible. Un argument appuyé par le souvenir d'une première saison percluse de défauts en tout genre.

En tête de liste, la série pâtissait d'un scénario rudimentaire au vu de l'univers cyberpunk immersifs des longs-métrages. Point d'interrogations métaphysiques à l'horizon ou de réflexions philosophiques sur le devenir de notre société, sa nature et le rapport de l'homme à la machine. Pas de grandes surprises puisque Le rieur reprend la même trame. Ainsi, l'on retrouve les lignes principales de l'affaire du rieur tout en enlevant les passages un peu longuets, voire inutiles. Contre toute attente, le montage est loin d'être indigeste. Il se révèle tendu et parfaitement maîtrisé.


Le Major perdrait-elle la main (ou le bras) ?

Si vous connaissez Stand alone complex, vous ne serez pas dépaysé et apprécierez quelques rares scènes inédites en suppléments. On notera également les enquêtes annexes supprimées pour ne laisser place qu'au fil rouge de l'intrigue. Un choix logique. Pour les nouveaux venus, Le rieur se veut une bonne alternative à la série pour ceux qui souhaiteraient découvrir Ghost in the shell en un minimum de temps, quitte à laisser de côté les films de Mamoru Oshii (tout de même indispensable pour avoir une idée du potentiel de cet univers) pour se concentrer sur la charpente principale qui compose le manga.

Au niveau de l'animation, de la caractérisation des personnages ou des détails concernant l'intrigue et la semi-déception qu'elle engendre, je vous invite à lire ma critique de Stand alone complex. Les constats sont identiques en tout point et ils seraient donc inutiles d'en faire un bête copier-coller. Pour en faire un résumé rapide, il faut savoir que l'on est clairement en deçà des qualités intrinsèques des films de Mamoru Oshii. Entre autres, une technique suffisante, mais pas bluffante et surtout un récit simpliste et plutôt frustrant. Pour le reste, la caractérisation des personnages est respectée.


Si peu de temps et tant de livres à lire.

Bref, ce qui prévalait pour la première saison de Stand alone complex l'est également pour Le rieur tant au niveau des qualités et des défauts. Il en ressort un long-métrage habilement monté qui parvient à condenser près de dix heures de programmes en à peine deux heures trente. Le rieur n’est pas vraiment indispensable, mais il évite un opportunisme mal placé en rendant l'intrigue compréhensible et accessible pour ceux qui souhaitent le découvrir et ne se sentent pas le courage d'engranger 10 heures de programme.

A propos de l'auteur : Dante_1984
Portrait de Dante_1984

J'ai découvert le site en 2008 et j'ai été immédiatement séduit par l'opportunité de participer à la vie d'un site qui a pour objectif de faire vivre le cinéma de genre. J'ai commencé par ajouter des fiches. Puis, j'ai souhaité faire partager mes dernières découvertes en laissant des avis sur les films que je voyais.

Autres critiques

Le scaphandrier
Le slasher est un genre extrêmement codifié dont les seules limites narratives peuvent suffire à l’enclaver à un public de connaisseurs. Il y a bien les modèles et les précurseurs qui peuvent toucher le grand public, mais l’aspect bis, voire Z, a tôt fait de décourager des spectateurs non avertis. En général, le boogeyman ou psychopathe se pare d’un masque ou d’un...
Memorial Valley Massacre
L'intrigue de ce Memorial Valley Massacre tient sur un timbre-poste, comme bon nombre des films d'un genre qui a connu son heure de gloire dans les années 80 et qui a retrouvé quelques lettres de noblesse avec le Scream de Wes Craven avant de les reperdre assez vite hélas. De temps en temps, un bon slasher émerge du lot de direct-to-video mais ils ne sont pas légions. On retrouve donc un...
Infini
La science-fiction et l’horreur sont deux genres qui se sont rencontrés à plusieurs reprises à travers l’histoire du cinéma. On a eu droit à quelques classiques du septième art tel qu’ Alien , mais aussi d’étonnantes séries B, comme Event Horizon . Si ce mélange offre de nombreuses possibilités aux metteurs en scène, il était en perte de vitesse depuis quelque temps. Il y a bien Prometheus ou...
Monster Brawl
Un geek féru de films d'horreur et de catch parvient à réunir huit monstres sacrés sur le ring, afin de déterminer quelle sera la créature la plus puissante au monde ! Le moins que l'on puisse dire en consultant le pitch de Monster Brawl , c'est que le réalisateur et scénariste du film, Jesse T. Cook, n'a pas eu peur d'aller très loin dans son délire, en confrontant des légendes du Septième Art...
Intracable
Rattachée à une section spéciale pistant les dérives du net, l'agent Jennifer Marsh (Diane Lane) met la main sur un site filmant la mort d'un chaton. Ce site internet, Kill With Me , propose ensuite la mise à mort d'un être humain. Plus les connexions sur le site sont nombreuses, et plus vite meurt la victime. Les thèmes du snuff et du cybercrime sont à la mode depuis quelques années...