Voir la fiche complète du film : Ghost in the shell - Stand alone complex : Le rieur (Kenji Kamiyama - 2005)

Ghost in the shell - Stand alone complex : Le rieur

Un long-métrage qui résume de manière intelligible la première saison de Stand alone complex. Ce n'est pas un mince exploit lorsque l'on songe à des tentatives similaires complètement ratées et inutiles (Death & Rebirth pour Evangelion). Néanmoins, l'on retrouve les mêmes qualités et défauts qui rendaient la première impression mitigée concernant la série.
Publié le 12 Décembre 2012 par Dante_1984Voir la fiche de Ghost in the shell - Stand alone complex : Le rieur
6
Adaptation de manga Robot

Réalisé un an après la sortie d'Innocence, ce long-métrage intitulé « Le rieur » n'est pas la suite directe de Second Gig, mais bel et bien un montage de la première saison résumé en l'espace de 2 h 40. La première crainte réside dans l'éventuelle édulcoration de l'intrigue au détriment de la compréhension générale. Certes, on l'avait vu précédemment, Stand alone complex est loin de disposer d'un scénario aussi alambiqué et fouillé que ses homologues du grand écran. Qui plus est, on est droit de s'interroger sur la nécessité de ce film. Alors exploitation commerciale outrancière ou habile (re)découverte de l'histoire du rieur ?


Gardez le sourire ! La fin est proche !

Force est de constater que cette démarche se révèle similaire au segment Death & Rebirth du non moins mythique Evangelion. L'on se souvient d'un condensé maladroit, indigeste et surtout incompréhensible pour le néophyte, tandis que le fan absolu de l'anime ne pouvait que pester devant cet ersatz bâclé d'Evangelion. De prime abord, on serait tenté de ranger Le rieur dans la même catégorie. À savoir, un métrage parfaitement inutile à l'intrigue simplifiée au possible. Un argument appuyé par le souvenir d'une première saison percluse de défauts en tout genre.

En tête de liste, la série pâtissait d'un scénario rudimentaire au vu de l'univers cyberpunk immersifs des longs-métrages. Point d'interrogations métaphysiques à l'horizon ou de réflexions philosophiques sur le devenir de notre société, sa nature et le rapport de l'homme à la machine. Pas de grandes surprises puisque Le rieur reprend la même trame. Ainsi, l'on retrouve les lignes principales de l'affaire du rieur tout en enlevant les passages un peu longuets, voire inutiles. Contre toute attente, le montage est loin d'être indigeste. Il se révèle tendu et parfaitement maîtrisé.


Le Major perdrait-elle la main (ou le bras) ?

Si vous connaissez Stand alone complex, vous ne serez pas dépaysé et apprécierez quelques rares scènes inédites en suppléments. On notera également les enquêtes annexes supprimées pour ne laisser place qu'au fil rouge de l'intrigue. Un choix logique. Pour les nouveaux venus, Le rieur se veut une bonne alternative à la série pour ceux qui souhaiteraient découvrir Ghost in the shell en un minimum de temps, quitte à laisser de côté les films de Mamoru Oshii (tout de même indispensable pour avoir une idée du potentiel de cet univers) pour se concentrer sur la charpente principale qui compose le manga.

Au niveau de l'animation, de la caractérisation des personnages ou des détails concernant l'intrigue et la semi-déception qu'elle engendre, je vous invite à lire ma critique de Stand alone complex. Les constats sont identiques en tout point et ils seraient donc inutiles d'en faire un bête copier-coller. Pour en faire un résumé rapide, il faut savoir que l'on est clairement en deçà des qualités intrinsèques des films de Mamoru Oshii. Entre autres, une technique suffisante, mais pas bluffante et surtout un récit simpliste et plutôt frustrant. Pour le reste, la caractérisation des personnages est respectée.


Si peu de temps et tant de livres à lire.

Bref, ce qui prévalait pour la première saison de Stand alone complex l'est également pour Le rieur tant au niveau des qualités et des défauts. Il en ressort un long-métrage habilement monté qui parvient à condenser près de dix heures de programmes en à peine deux heures trente. Le rieur n’est pas vraiment indispensable, mais il évite un opportunisme mal placé en rendant l'intrigue compréhensible et accessible pour ceux qui souhaitent le découvrir et ne se sentent pas le courage d'engranger 10 heures de programme.

A propos de l'auteur : Dante_1984
Portrait de Dante_1984

J'ai découvert le site en 2008 et j'ai été immédiatement séduit par l'opportunité de participer à la vie d'un site qui a pour objectif de faire vivre le cinéma de genre. J'ai commencé par ajouter des fiches. Puis, j'ai souhaité faire partager mes dernières découvertes en laissant des avis sur les films que je voyais.

Autres critiques

Dead Snow
Un groupe d'étudiants en médecine se retrouve dans un petit chalet perdu dans les montagnes afin d'y passer des vacances insouciantes. Non loin de là, d'étranges disparitions s'accumulent. Depuis quelques années, le cinéma scandinave s'exporte plutôt bien, et en particulier le Septième Art norvégien. Après le troublant thriller Next Door et le slasher Cold Prey , voici donc un nouvel exemple de...
Area 51
Initiateur du phénomène Paranormal activity , Oren Peli est parvenu en moins d’une décennie à se faire un nom dans le domaine horrifique, particulièrement celui du faux documentaire. En dépit de productions du même acabit, il n’aura réalisé qu’un seul et unique film avant de revenir à la charge avec Area51; toujours du found footage à la sauce Roswell. Le thème des extraterrestres n’est pas...
L'attaque du requin à 6 têtes
Qui aurait pu croire que la saga Headed Shark Attack aurait continué jusqu’à fournir quatre métrages ? Quatre films plus ineptes les uns que les autres où la surenchère est de circonstances pour exploiter malencontreusement un concept d’une rare bêtise. Non, les têtes d’un requin ne repoussent pas comme ses dents. C’est une évidence qu’il serait néanmoins bon de...
The Thompsons
Attention, cette critique contient quelques spoilers. Recherchés par la police suite à une sanglante altercation avec des voleurs dans une station service, les cinq membres de la famille Hamilton quittent le territoire américain. Suite à des recherches méticuleuses, ils entendent parler d'une famille de vampires habitant près de Londres et y envoient Francis en éclaireur. Révélation du...
Frenzy
Ces dernières années, peu de films de requins sont parvenus à se distinguer. Le mot d’ordre général étant de faire n’importe quoi avec peu de moyens et une absence totale de talent (et de scrupules), on peut compter sur les doigts d’une main les métrages potables de la décennie2010. Il est vrai qu’il est tellement plus simple de laisser libre cours à la bêtise que...