Voir la fiche complète du film : Ghost in the shell - Stand alone complex : Le rieur (Kenji Kamiyama - 2005)

Ghost in the shell - Stand alone complex : Le rieur

Un long-métrage qui résume de manière intelligible la première saison de Stand alone complex. Ce n'est pas un mince exploit lorsque l'on songe à des tentatives similaires complètement ratées et inutiles (Death & Rebirth pour Evangelion). Néanmoins, l'on retrouve les mêmes qualités et défauts qui rendaient la première impression mitigée concernant la série.
Publié le 12 Décembre 2012 par Dante_1984Voir la fiche de Ghost in the shell - Stand alone complex : Le rieur
6
Adaptation de manga Robot

Réalisé un an après la sortie d'Innocence, ce long-métrage intitulé « Le rieur » n'est pas la suite directe de Second Gig, mais bel et bien un montage de la première saison résumé en l'espace de 2 h 40. La première crainte réside dans l'éventuelle édulcoration de l'intrigue au détriment de la compréhension générale. Certes, on l'avait vu précédemment, Stand alone complex est loin de disposer d'un scénario aussi alambiqué et fouillé que ses homologues du grand écran. Qui plus est, on est droit de s'interroger sur la nécessité de ce film. Alors exploitation commerciale outrancière ou habile (re)découverte de l'histoire du rieur ?


Gardez le sourire ! La fin est proche !

Force est de constater que cette démarche se révèle similaire au segment Death & Rebirth du non moins mythique Evangelion. L'on se souvient d'un condensé maladroit, indigeste et surtout incompréhensible pour le néophyte, tandis que le fan absolu de l'anime ne pouvait que pester devant cet ersatz bâclé d'Evangelion. De prime abord, on serait tenté de ranger Le rieur dans la même catégorie. À savoir, un métrage parfaitement inutile à l'intrigue simplifiée au possible. Un argument appuyé par le souvenir d'une première saison percluse de défauts en tout genre.

En tête de liste, la série pâtissait d'un scénario rudimentaire au vu de l'univers cyberpunk immersifs des longs-métrages. Point d'interrogations métaphysiques à l'horizon ou de réflexions philosophiques sur le devenir de notre société, sa nature et le rapport de l'homme à la machine. Pas de grandes surprises puisque Le rieur reprend la même trame. Ainsi, l'on retrouve les lignes principales de l'affaire du rieur tout en enlevant les passages un peu longuets, voire inutiles. Contre toute attente, le montage est loin d'être indigeste. Il se révèle tendu et parfaitement maîtrisé.


Le Major perdrait-elle la main (ou le bras) ?

Si vous connaissez Stand alone complex, vous ne serez pas dépaysé et apprécierez quelques rares scènes inédites en suppléments. On notera également les enquêtes annexes supprimées pour ne laisser place qu'au fil rouge de l'intrigue. Un choix logique. Pour les nouveaux venus, Le rieur se veut une bonne alternative à la série pour ceux qui souhaiteraient découvrir Ghost in the shell en un minimum de temps, quitte à laisser de côté les films de Mamoru Oshii (tout de même indispensable pour avoir une idée du potentiel de cet univers) pour se concentrer sur la charpente principale qui compose le manga.

Au niveau de l'animation, de la caractérisation des personnages ou des détails concernant l'intrigue et la semi-déception qu'elle engendre, je vous invite à lire ma critique de Stand alone complex. Les constats sont identiques en tout point et ils seraient donc inutiles d'en faire un bête copier-coller. Pour en faire un résumé rapide, il faut savoir que l'on est clairement en deçà des qualités intrinsèques des films de Mamoru Oshii. Entre autres, une technique suffisante, mais pas bluffante et surtout un récit simpliste et plutôt frustrant. Pour le reste, la caractérisation des personnages est respectée.


Si peu de temps et tant de livres à lire.

Bref, ce qui prévalait pour la première saison de Stand alone complex l'est également pour Le rieur tant au niveau des qualités et des défauts. Il en ressort un long-métrage habilement monté qui parvient à condenser près de dix heures de programmes en à peine deux heures trente. Le rieur n’est pas vraiment indispensable, mais il évite un opportunisme mal placé en rendant l'intrigue compréhensible et accessible pour ceux qui souhaitent le découvrir et ne se sentent pas le courage d'engranger 10 heures de programme.

A propos de l'auteur : Dante_1984
Portrait de Dante_1984

J'ai découvert le site en 2008 et j'ai été immédiatement séduit par l'opportunité de participer à la vie d'un site qui a pour objectif de faire vivre le cinéma de genre. J'ai commencé par ajouter des fiches. Puis, j'ai souhaité faire partager mes dernières découvertes en laissant des avis sur les films que je voyais.

Autres critiques

Amityville : La maison de poupées
Après sept films d’une qualité inégale, la saga Amityville est parvenue à dénaturer l’idée initiale, reléguant les sordides faits divers du 112 Ocean Avenue à des histoires de fantômes bancales et prévisibles. Les réalisateurs de seconde zone se sont succédés en usant avec plus ou moins d’habiletés les mêmes ficelles. La particularité des dernières productions ne provient pas de...
Sleepy Hollow
Contrairement aux mythes fondateurs du fantastique tels que Dracula , La légende du cavalier sans tête ne possède pas une énorme filmographie au fil de l’histoire du cinéma. Des productions méconnues en passant par des séries B anecdotiques ou même des dessins animés pour effrayer tous les publics. Pourtant, la nouvelle de Washington Irving se voit adapter par un certain Tim Burton en 1999 qui...
Dinotopia
Après avoir sauvé Dinotopia des carnivores, Karl et Scott tentent de s'accoutumer à cet environnement pour le moins singulier. Toutefois, ils devront à nouveau explorer l'île pour découvrir le mystérieux élément qui semble faire perdre le pouvoir des pierres solaires. Une nouvelle aventure commence… Après l'excellente mini-série télévisée amorcée par Marco Brambilla, il était...
Ça - Partie 1
Partageant avec Alien: Covenant le podium des films de genre les plus attendus de 2017, la nouvelle adaptation du classique de Stephen King a fait beaucoup parler d’elle. La bombe horrifique de l’année ou juste un pétard mouillé surestimé ? La ville de Derry, théâtre des aventures d’une bande - aussi appelée le « Club des Ratés » - de sympathiques prépubères, est...
Roboshark
On ne compte plus les étrons de seconde (ou troisième) zone qui se targuent d’appartenir à la sharksploitation . Sous-genre surexploité, sous-estimé et décrédibilisé depuis de trop nombreuses années, le survival animalier aligne les productions méphitiques, comme l’on pourrait confectionner un collier de perles. Chaque film a beau être « unique », ils finissent tous par se...