Voir la fiche complète du film : Atomic Shark (A.B. Stone - 2016)

Atomic Shark

Malgré un premier aperçu plutôt moyen (un exploit), la suite sombre dans des délires potaches d’assez mauvais goût. Une orientation qui suffit à saper les rares points notables d’un survival animalier sans consistances.
Publié le 24 Septembre 2017 par Dante_1984Voir la fiche de Atomic Shark
3
Requin

Moins connue que ses confrères décérébrés de chez SyFy ou Asylum, la société de production Tomcat n’est pourtant pas avare en bobines méphitiques. Des métrages horrifiques montés avec trois bouts de ficelles et des idées au ras des pâquerettes. En de telles circonstances, il n’est guère étonnant qu’ils aient accouché d’un des pires films de requins jamais réalisés: Jurassic Shark. Aussi, un nouveau survival animalier mettant en vedettes des squales par les responsables de cette chose innommable a de quoi faire frémir. Et le pitch de départ n’est guère rassurant. C’est donc tout naturellement que l’on embarque pour une énième exploration au pays des navetons et autres absurdités cinématographiques.

Instant bronzette studieux ?

Et pourtant, les a priori ne sont pas forcément si terribles que cela. Enfin, pendant une petite partie du film. Après une brève exposition des faits, prétexte à la débandade qui s’annonce, on pourrait presque croire à une réelle implication de l’équipe. Les plages de San Diego ne sont pas pour déplaire. La trame, bien que dénuée d’intérêt et passablement farfelue, se veut posée et appliquée dans la mise en place des tenants. Rien que pour cela, on ne peut que s’étonner de cette qualité de façade qui, tel un vernis usé, s’écaille bien trop rapidement sur les errances du scénario et la propension du cinéaste à partir en roue libre à la moindre occasion.

Déjà responsable du crossover Lake Placid Vs Anaconda, A.B. Stone tente un amalgame improbable entre Alerte à Malibu et Les dents de la mer. Sauf que l’approche raisonnée de la première partie sombre dans le grand n’importe quoi. L’orientation à contre-courant d’un développement timoré et somme toute agréable vire à la comédie déjantée où l’humour bas du front se heurte à des scènes d’une bêtise effarante. L’émission de télé-réalité culinaire en présente tous les symptômes avec des spots et des jingles ridicules et un dénouement explosif tout droit sorti d’un mauvais cartoon. Dès lors, Atomic Shark se veut la poubelle du Pacifique où se déversent des délires plus ou moins assumés.

Acrobatie d'un requin de cirque guère apprivoisé !

N’oublions pas les incohérences qui rattrapent leur absence par un foisonnement de facéties et d’explications absurdes pour justifier un comportement particulier ou certaines séquences. Entre deux références plus ou moins flagrantes, l’ajout de bandes noires classieuses, la présence d’une musique épique et de ralentis dantesques (tout ceci à prendre sur le ton ironique), on a droit à quelques retournements de situation surréalistes. Un peu comme le ferait un Sharknado peu inspiré dans ses mauvais jours. Visiblement, la formule a ses adeptes et ses émules pour s’évertuer à faire des squales un objet d’amusement et non de terreur.

Concernant le requin originaire de Tchernobyl, tout va bien quand on ne voit qu’une fumée poisseuse et un aileron incandescent surgir de l’eau. Lorsque le sieur aquatique daigne s’inviter sur les plages ou à l’air libre, on a droit à une abomination qui ne ressemble que de loin au poisson que l’on connaît. À la rigueur, son faciès déformé est comparable au requin-lutin, le museau aplati en moins. Pour le reste, les attaques se déroulent majoritairement hors champ dans des cris qui se rapprochent plus du fou rire que de la détresse. Quant à sa dangerosité radioactive, ses victimes craignent plutôt ses mâchoires et son tempérament belliqueux. On notera aussi des incohérences concernant son côté atomique (et explosif) pas vraiment maîtrisé. On passe d’un pétard mouillé à une déflagration ravageuse.

Ça mouline sec sous l'eau !

Au final, Atomic Shark s’annonçait comme une purge et, l’espace d’un instant, nous fait croire à un survival animalier potable. On déchante bien vite quand le chauffard à l’origine du scénario s’encastre dans une impasse pseudo-comique. Dès lors, on revient à quelques débilités devenues (presque) incontournables lorsqu’on associe DTV et requins. Squales qui, au demeurant, laissent perplexes. Du raz-de-marée d’ailerons aux petits frères du grand méchant poisson, le concept de requin radioactif ne suscite qu’une curiosité passagère. En somme, une production qui se voulait correcte, mais sombre avec une rare facilité dans la crétinerie. Pas vraiment drôle, mais assurément pathétique.

A propos de l'auteur : Dante_1984

J'ai découvert le site en 2008 et j'ai été immédiatement séduit par l'opportunité de participer à la vie d'un site qui a pour objectif de faire vivre le cinéma de genre. J'ai commencé par ajouter des fiches. Puis, j'ai souhaité faire partager mes dernières découvertes en laissant des avis sur les films que je voyais.

Autres critiques

Dolan's Cadillac
Stephen King et le cinéma c'est une longue histoire d'amour, néanmoins pavée d'innombrables échecs. Pour quelques réussites ( Shining , Misery , La Ligne Verte ,...), combien de navets/nanards ont-ils été réalisés à partir des écrits du maître de l'horreur? Le problème, c'est que ses romans sont trop denses pour être bien retranscrits tandis que ses nouvelles sont souvent trop...
Mort au bout du fil, La
Je dois bien vous l'avouer: je n'attendais pas grand chose de ce film. A ma décharge, il faut reconnaître que les thrillers médiocres, sans envergure et plus efficaces qu'une boîte de somnifères sont aussi nombreux que les points noirs sur le front d'un adolescent. Donc, en mettant Mort au Bout du Fil dans le lecteur, je m'attendais à passer 1h30 devant une histoire mille fois vue, à la regarder...
Peur Bleue
Peur Bleue , alias Silver Bullet pour le titre en v.o., nous entraîne dans un petit bled du nom de Tarker’s Mills comme Stephen King les aime tant avec ses habitants sympas, ses jeunes ados et pré-ados qui n’hésitent pas à prendre leur courage à deux mains pour faire face au danger et ces parents incrédules et/ou alcoolo (on salue la prestation désabusé de Gary Busey !). Bref, du Stephen King pur...
Les Châtiments
Par le biais de leur société Dark Castle, Robert Zemeckis et Joel Silver nous offrent régulièrement des films d'horreur qui, sans être excellents, nous procurent tout de même de très bons moments. On retiendra notamment La maison de l'horreur ou La maison de cire. Assez prévisible dans l'ensemble, mais rondement mené par leur réalisateur respectif. Qui plus est, si les premières...
Balada triste
Dès son plus jeune âge, Javier s'est vu confronté à la guerre civile qui a ravagé son pays et sa famille. Il en garde un souvenir amer et ne semble pas trouver le bonheur. Trente-cinq ans plus tard, il est embauché dans un cirque itinérant en tant que clown triste. Néanmoins, Sergio, le clown marrant, est un homme violent et impulsif qui tient sous son joug la troupe. C'était sans compter que...

Sur Horreur.net