Voir la fiche complète du film : Détour Mortel 4 : Origines Sanglantes (Declan O'Brien - 2011)

Détour Mortel 4 : Origines Sanglantes

Un préquel décevant, qui n'est que le prétexte à une succession de mises à mort plus ou moins inventives...
Publié le 14 Décembre 2011 par GeoffreyVoir la fiche de Détour Mortel 4 : Origines Sanglantes
6
Hôpital
Cette critique contient quelques spoilers

Après trois Détour Mortel qui semblaient avoir épuisé le filon jusqu'à l'os, on ne s'attendait pas à voir revenir nos psychopathes congénitaux pour une quatrième aventure. Il faut dire qu'après un premier opus très réussi, une suite un peu deçà et un troisième opus sympathique mais flirtant parfois avec les limites du grotesque, on pouvait se demander quel intérêt il y avait à ajouter un quatrième épisode à la saga.

Conscient de ce problème et désireux de redonner un nouveau souffle à la franchise, le réalisateur/scénariste Declan O'Brien a donc décidé de troquer les bois ensoleillés pour un hôpital désaffecté en pleine tempête de neige, ainsi que d'appliquer à son film l'un des deux remèdes ultimes pour les sagas en manque de créativité : le préquel. L'autre étant le fameux reboot.


Un écartèlement sanglant : Classe !

Un groupe d'amis, pour leur vacances d'hiver, partent faire de la motoneige. Après s'être égarés, ils se retrouvent dans un ancien asile où ils seront bientôt la proie de trois anciens patients...


Du cul sans intérêt pour vainement titiller le spectateur : Pas classe !

Tout commence pour le mieux avec une introduction haute en couleur... rouge sang. Les gamins mutants s'en donnent à coeur joie dans l'hôpital, tandis que leurs victimes terrorisées tentent de s'échapper au milieu des hordes de cinglés en perdition, le tout au ralenti et rythmé par Le Beau Danube Bleu. On se dit alors que ce Détour Mortel 4 va en valoir la peine. Et bien... pas tant que ça. Car passées ces premières dix minutes jouissives, la suite ne sera qu'un autre survival dans la lignée des précédents Détour Mortel, les bois en moins, les couloirs déserts en plus.
De fait, ce préquel n'explique presque rien et ne constitue, au final, rien d'autre qu'un prétexte pour justifier le retour de Three Fingers et ses comparses.

Cela aurait pu passer si l'histoire avait été intéressante ou inventive, mais au bout du quatrième film, il devient difficile de se renouveler.
Outre le changement de décor, le réalisateur a donc aussi décidé de changer de ton. Fini l'humour, place aux scènes chocs et à la barbaque sanguinolente. Comparé aux précédents opus, Détour Mortel 4 est dur, froid et douloureux. Certaines séquences nagent d'ailleurs en plein Torture Porn, avec éclairage verdâtre façon Saw à la clef.
On notera également une ambiance à la Cold Prey causée par ce grand bâtiment perdu dans la montagne et noyé dans la neige.


Une mise en place réussie, mais inutile : Pas Classe !

Mais le plus gros problème de Détour Mortel 4, outre que Declan O'Brien manque de talent pour faire monter la tension, réside dans son scénario de plus en plus stupide à mesure que le film avance et ponctué par une scène finale d'une rare débilité joyeusement pompée sur celle de 2001 maniacs (mais en moins bien). Ce faisant, les situations absurdes s'enchaînent, souvent à cause des personnages et de leurs réactions stupides du syle "Attendez-moi ici, je vais voir ce qu'il se passe". A croire qu'aucun d'entre eux n'a jamais vu de film d'horreur.

Heureusement, O'Brien se rattrape sur la qualité des scènes gores, mais c'est trop peu.


Des personnages cons comme leurs pieds : Pas Classe !

Mais revenons, si vous le voulez bien, sur ce fameux statut de "préquel" qu'arbore fièrement Détour Mortel 4. J'ai déjà précisé que celui-ci n'était qu'accessoire, mais il convient de détailler. Qu'apprenons-nous donc que nous ne savions pas?
Saw-Tooth, One-Eye et Three-Finger ont donc été retrouvés dans la forêt à côté des corps déchiquetés de leurs parents (ah bon ? Mais alors qui était l'homme qui se présentait comme leur père dans Détour Mortel ?).
Les trois gamins ont ensuite été placés dans un hôpital psychiatrique, dans lequel on a découvert qu'ils ne ressentaient pas la douleur et que, du coup, ils s'amusaient à s'auto-mutiler. C'est ainsi que l'on découvrira l'origine de leurs spécificités physiques. Si vous les attribuiez à leur consanguinité, vous vous êtes fourvoyés : Three-Finger s'est rongé deux doigts pour le fun, One-Eye s'est éborgné avec une fourchette on ne sait trop pourquoi et Saw-Tooth s'est aiguisé les dents sur un mur.
Waht else ? Hé bien voilà, vous savez tout des origines de nos super mutants. C'est un peu léger. Dans le même style, Cold Prey 3 faisait au moins l'effort de consacrer un film entier aux débuts de son tueur vedette. Ici, on voit les gamins pendant dix minutes et puis basta.


La Scène de la "fondue humaine": Méga Classe !

Alors, que penser de ce Détour Mortel 4 ? C'est sans conteste une petite déception. Il y avait matière à pondre bien mieux que ce banal survival ponctué de scènettes gores.
Les déçus de l'opus 3 y verront certainement une amélioration, mais pour ma part, je m'attendais à plus de fun et, surtout, à plus d'inventivité et de rigueur scénaristique. Malgré tout, les fans devraient apprécier, même s'il est clair que cet épisode ne convaincra pas les sceptiques de devenir des adeptes de la saga.
Geoffrey Claustriaux
A propos de l'auteur : Geoffrey
Portrait de Geoffrey

Comme d'autres (notamment Max et Dante_1984), je venais régulièrement sur Horreur.net en tant que lecteur, et après avoir envoyé quelques critiques à Laurent, le webmaster, j'ai pu intégrer le staff début 2006. Depuis, mes fonctions ont peu à peu pris de l'ampleur.

Autres critiques

L'asile
Les films à sketches permettent généralement de faire vivre de petites histoires qui ne nécessitent pas de s’étendre outre mesure. À la manière de courts-métrages, elles doivent se montrer brèves et rentrer dans le vif du sujet sans perdre de temps. Une thématique spécifique, une durée à respecter pour chaque segment, sans compter un fil commun qui relie l’ensemble de façon crédible...
Razorback
Comme bien d’autres sous-genres du cinéma horrifique, le survival animalier a gagné ses lettres de noblesse au cours des années1970 - 1980. Des requins aux crocodiles, en passant par les araignées ou même les hominidés, le bestiaire se focalise essentiellement sur les prédateurs. En revanche, centrer l’intrigue autour d’un sanglier géant reste une première quand Razorback pointe...
Jack l'Éventreur
Malgré les multiples spéculations et les tout aussi nombreuses théories sur son identité, Jack l’Éventreur est resté une énigme dans les annales criminelles. Il a très tôt fasciné le public, au point de s’ancrer dans l’imaginaire collectif comme l’archétype du tueur en série. Par la suite, son mythe a perduré à travers des livres de faits, puis au centre de fictions...
Repo! The Genetic Opera
Celà faisait des années qu'il nous en parlait, et il est enfin là. Le voilà enfin le fameux opéra-rock de Darren Lynn Bousman ! Le réalisateur de Saw 2, 3 et 4 criait à qui voulait l'entendre qu'il était un artiste et qu'il n'avait jamais voulu devenir réalisateur de film de torture. Et il comptait bien nous le prouver avec Repo, the genetic opera , un film qu'il murit depuis des années. On...
La Dame en Noir
Après son éprouvant et néanmoins intéressant Eden Lake (dont le final laissait tout de même une vive polémique), James Watkins nous revient avec une histoire de maison hantée et non des moindres. Arthur Kipps est un jeune notaire chargé de s'occuper des papiers d'une cliente décédée. Pour cela, il doit se rendre dans son village natal où les rumeurs inquiétantes sur son compte se propagent...
Réalisateur:
Durée:
90 min
6.53571
Moyenne : 6.5 (28 votes)

Message Important

FB

Depuis quelques mois, nous sommes dans l'incapacité de partager notre contenu comme nous le souhaitons sur la page Facebook d'Horreur.net. En effet, Facebook considère notre site comme "contraire" à leurs Standards de la communauté.
Malgré nos demandes répétées, restées sans réponses, Monsieur Facebook ne nous a pas précisé la raison de ce blocage.

Comme nous aider ?
Si vous avez un compte Facebook, il vous suffit de vous rendre sur cette page : https://developers.facebook.com/tools/debug/?q=horreur.net

Puis de cliquer sur "Veuillez nous en informer".
Nous vous proposons de copier ce message :

"Bonjour, depuis quelques temps, il m'est impossible de partager le contenu de ce site. Pourriez-vous en rétablir l'accès?"

Nous sommes convaincus que, plus vous serez nombreux à informer Facebook et plus nous aurons de chance d'avoir enfin une réponse ! Merci à tous pour votre aide !
L'équipe d'Horreur.net

Critiques de films