Voir la fiche complète du film : Détour Mortel 4 : Origines Sanglantes (Declan O'Brien - 2011)

Détour Mortel 4 : Origines Sanglantes

Un préquel décevant, qui n'est que le prétexte à une succession de mises à mort plus ou moins inventives...
Publié le 14 Décembre 2011 par GeoffreyVoir la fiche de Détour Mortel 4 : Origines Sanglantes
6
Hôpital
Cette critique contient quelques spoilers

Après trois Détour Mortel qui semblaient avoir épuisé le filon jusqu'à l'os, on ne s'attendait pas à voir revenir nos psychopathes congénitaux pour une quatrième aventure. Il faut dire qu'après un premier opus très réussi, une suite un peu deçà et un troisième opus sympathique mais flirtant parfois avec les limites du grotesque, on pouvait se demander quel intérêt il y avait à ajouter un quatrième épisode à la saga.

Conscient de ce problème et désireux de redonner un nouveau souffle à la franchise, le réalisateur/scénariste Declan O'Brien a donc décidé de troquer les bois ensoleillés pour un hôpital désaffecté en pleine tempête de neige, ainsi que d'appliquer à son film l'un des deux remèdes ultimes pour les sagas en manque de créativité : le préquel. L'autre étant le fameux reboot.


Un écartèlement sanglant : Classe !

Un groupe d'amis, pour leur vacances d'hiver, partent faire de la motoneige. Après s'être égarés, ils se retrouvent dans un ancien asile où ils seront bientôt la proie de trois anciens patients...


Du cul sans intérêt pour vainement titiller le spectateur : Pas classe !

Tout commence pour le mieux avec une introduction haute en couleur... rouge sang. Les gamins mutants s'en donnent à coeur joie dans l'hôpital, tandis que leurs victimes terrorisées tentent de s'échapper au milieu des hordes de cinglés en perdition, le tout au ralenti et rythmé par Le Beau Danube Bleu. On se dit alors que ce Détour Mortel 4 va en valoir la peine. Et bien... pas tant que ça. Car passées ces premières dix minutes jouissives, la suite ne sera qu'un autre survival dans la lignée des précédents Détour Mortel, les bois en moins, les couloirs déserts en plus.
De fait, ce préquel n'explique presque rien et ne constitue, au final, rien d'autre qu'un prétexte pour justifier le retour de Three Fingers et ses comparses.

Cela aurait pu passer si l'histoire avait été intéressante ou inventive, mais au bout du quatrième film, il devient difficile de se renouveler.
Outre le changement de décor, le réalisateur a donc aussi décidé de changer de ton. Fini l'humour, place aux scènes chocs et à la barbaque sanguinolente. Comparé aux précédents opus, Détour Mortel 4 est dur, froid et douloureux. Certaines séquences nagent d'ailleurs en plein Torture Porn, avec éclairage verdâtre façon Saw à la clef.
On notera également une ambiance à la Cold Prey causée par ce grand bâtiment perdu dans la montagne et noyé dans la neige.


Une mise en place réussie, mais inutile : Pas Classe !

Mais le plus gros problème de Détour Mortel 4, outre que Declan O'Brien manque de talent pour faire monter la tension, réside dans son scénario de plus en plus stupide à mesure que le film avance et ponctué par une scène finale d'une rare débilité joyeusement pompée sur celle de 2001 maniacs (mais en moins bien). Ce faisant, les situations absurdes s'enchaînent, souvent à cause des personnages et de leurs réactions stupides du syle "Attendez-moi ici, je vais voir ce qu'il se passe". A croire qu'aucun d'entre eux n'a jamais vu de film d'horreur.

Heureusement, O'Brien se rattrape sur la qualité des scènes gores, mais c'est trop peu.


Des personnages cons comme leurs pieds : Pas Classe !

Mais revenons, si vous le voulez bien, sur ce fameux statut de "préquel" qu'arbore fièrement Détour Mortel 4. J'ai déjà précisé que celui-ci n'était qu'accessoire, mais il convient de détailler. Qu'apprenons-nous donc que nous ne savions pas?
Saw-Tooth, One-Eye et Three-Finger ont donc été retrouvés dans la forêt à côté des corps déchiquetés de leurs parents (ah bon ? Mais alors qui était l'homme qui se présentait comme leur père dans Détour Mortel ?).
Les trois gamins ont ensuite été placés dans un hôpital psychiatrique, dans lequel on a découvert qu'ils ne ressentaient pas la douleur et que, du coup, ils s'amusaient à s'auto-mutiler. C'est ainsi que l'on découvrira l'origine de leurs spécificités physiques. Si vous les attribuiez à leur consanguinité, vous vous êtes fourvoyés : Three-Finger s'est rongé deux doigts pour le fun, One-Eye s'est éborgné avec une fourchette on ne sait trop pourquoi et Saw-Tooth s'est aiguisé les dents sur un mur.
Waht else ? Hé bien voilà, vous savez tout des origines de nos super mutants. C'est un peu léger. Dans le même style, Cold Prey 3 faisait au moins l'effort de consacrer un film entier aux débuts de son tueur vedette. Ici, on voit les gamins pendant dix minutes et puis basta.


La Scène de la "fondue humaine": Méga Classe !

Alors, que penser de ce Détour Mortel 4 ? C'est sans conteste une petite déception. Il y avait matière à pondre bien mieux que ce banal survival ponctué de scènettes gores.
Les déçus de l'opus 3 y verront certainement une amélioration, mais pour ma part, je m'attendais à plus de fun et, surtout, à plus d'inventivité et de rigueur scénaristique. Malgré tout, les fans devraient apprécier, même s'il est clair que cet épisode ne convaincra pas les sceptiques de devenir des adeptes de la saga.
Geoffrey Claustriaux
A propos de l'auteur : Geoffrey
Portrait de Geoffrey

Comme d'autres (notamment Max et Dante_1984), je venais régulièrement sur Horreur.net en tant que lecteur, et après avoir envoyé quelques critiques à Laurent, le webmaster, j'ai pu intégrer le staff début 2006. Depuis, mes fonctions ont peu à peu pris de l'ampleur.

Autres critiques

Total Recall : Mémoires Programmées
Le cinéma américain actuel est malade. C'est un fait, et il suffit de regarder les quelques sorties en salles pour s'en rendre compte. Bien souvent, ce sont les grands réalisateurs qui sortent de bons films, et encore, et parfois, il faut regarder dans les sorties en DVD pour voir quelques pépites du pays outre-Atlantique. Mais quels sont les symptômes de cette anémie cinématographique ? Le...
Cruel Jaws
Dans le domaine surexploité des requins, peu de longs-métrages sont parvenus à tirer leur épingle du jeu hormis le chef d’œuvre de Spielberg, Les dents de la mer . Les suites étaient d’un intérêt inégal, mais l’on était encore loin des étrons qui allaient submerger nos écrans. 1995 est une date charnière pour un genre qui périclite définitivement dans la connerie ineffable du nanar. Derrière un...
Témoins du mal, Les
Le pays ibérique a prouvé plus d’une fois qu’il était un pays à suivre en matière de films d'épouvante. Il faut dire qu'en très peu de films, les téléspectateurs du monde entier ont pu apprécier et trembler devant des métrages de qualité comme [Rec] ou encore la série des Peliculas para no dormir . Cela dit, le pays possède aussi son lot de films très moyens et parfois la déception est amère, il...
Priest
Dans un avenir proche, un prêtre se met en tête de sauver sa nièce des canines acérées d'une horde de vampires. Après l'imparfait et mésestimé Légion , Scott Stewart poursuit dans le thème de la religion et de la spiritualité avec Priest . Comme son précédent film, Priest pâtit d'une piètre réputation envers son public. Si les suceurs de sang ont subi maints revers depuis quelque temps, il n'en...
REC 2
Les films tournés caméra à l'épaule ne sont pas une nouveauté. Depuis Cannibal Holocaust , tout cela était un peu tombé en berne, puis est intervenu le Projet Blair Witch , qui a relancé la machine avec un succès plus ou moins mérité. Depuis quelques temps maintenant, les films faussement documentaire, ou documenteur, sortent de plus en plus sur nos écrans et il faut croire que cela donne des...