Voir la fiche complète du film : Une Porte vers l'enfer (Trygve Allister Diesen - 1997)

Une porte vers l'enfer

Un film qui n’assume à aucun moment son côté horrifique ; encore moins ses allusions bancales véhiculées par des bondieuseries pitoyables. Paradoxalement long et d’une pénibilité sans égard, l’intrigue joue sur une accroche trompeuse et clairement en dehors des compétences de son géniteur.
Publié le 6 Mars 2017 par Dante_1984Voir la fiche de Une Porte vers l'enfer
3

Au même titre que la littérature, le cinéma scandinave est reconnu pour ses polars et ses intrigues très psychologiques. Le constat est facile, mais à la fin des années 1990, il n’était pas aussi évident. Malgré le peu de productions exportées à l’époque, certaines sont tout de même parvenues à se frayer un chemin jusqu’à nos frontières. De prime abord, Une porte vers l’enfer s’appuie sur un pitch et un cadre séduisant pour mettre en exergue une communauté satanique confortablement installée sur une île. En soi, l’idée n’a rien de bien original. Néanmoins, elle peut donner lieu à quelques incursions oppressantes dans un thriller horrifique. Est-ce le cas avec le film de Trygve Allister Diesen?

Ca commence dans la joie et la bonne humeur...

Dans les intentions, l’intrigue possède le potentiel pour instaurer une atmosphère singulière et angoissante. Le fait de jouer sur l’isolement et la promiscuité de la communauté va en ce sens. Pour autant, le réalisateur (et scénariste) ne parviendra jamais à susciter une quelconque émotion chez le spectateur. Malgré sa faible durée, la progression demeure poussive, pour ne pas dire apathique. On ne peut guère parler d’une mise en place laborieuse, car tout le film repose sur cette lénifiante évolution. Dès lors, on s’ennuie ferme, sans trouver le moindre aspect intéressant à un métrage qui joue la carte de l’horreur et de l’épouvante.

Les situations s’enchaînent et se révèlent aussi inutiles les unes que les autres. Là où l’on pourrait dénicher des prétextes pour appuyer tel ou tel fait inexplicable, il ne sert qu’à grossir des lignes de dialogue inconsistantes. Pires que cela, les échanges sont redondants et perclus d’incohérences qui ôtent le peu de crédibilité qu’on souhaitait leur apporter. On a l’impression que l’histoire part en roue libre, le cinéaste ne sachant trop quoi raconter, encore moins l’exposer dans un environnement pourtant doté d’un certain potentiel. La vacuité de l’ensemble devient une constante, si bien qu’il n’en faut guère plus pour considérer Une porte vers l’enfer pour ce qu’il est: un film qui ne tient aucune de ses promesses.

Aucun souci à se faire, les autorités sont à pied d'oeuvre

Pas même celle de s’enfoncer progressivement vers le surnaturel, l'extrémisme religieux ou le satanisme. Car oui, on nous convie à une prodigieuse descente. Non vers l’enfer, mais plutôt dans une médiocrité qui voile à peine ses intentions mensongères. Le peu d’éléments que laisse paraître le pitch de départ n’est en rien le reflet de la réalité. Quid d’une communauté aux prises avec un pouvoir diabolique? Rien, si ce n’est les exactions d’un pasteur trop poli pour être sincère ; ce qui ne floue personne, hormis la naïve Julie, cruche de service qui multiplie les contradictions. La teneur fantastico horrifique n’existe pas. Elle n’est d’ailleurs même pas évoquée entre deux escapades sur les routes étroites de l’île.

Quant à la bande-son, elle se veut en total décalage avec les images. Des morceaux pops ignobles qui achèvent d’enfoncer le film dans le ridicule. Au lieu de dépeindre avec patience le quotidien d’une pernicieuse communauté, on nous inflige ces incartades qui ne servent nullement les propos. Mais quels sont-ils? Nulle secte à l’horizon ou force démoniaque à l’œuvre. Seuls des portraits esquissés à la va-vite sont campés par un casting dénué de talent. Il ne suffit pas d’avoir une sale trogne et de sourire bêtement pour jouer les psychopathes illuminés de pacotille. Un constat qui vaut aussi pour les enfants. Toujours est-il que les frasques tendancieuses et gratuites de cette bande d’idiots finis ne relèvent guère le niveau.

Voilà ce qui arrive quand on claque la porte à un représentant énervé.

Là où Une porte vers l’enfer aurait pu s’imposer comme une modeste production à l’ambiance paranoïaque travaillée, on ne trouve qu’un métrage bâclé et vide de sens. Rythme statique, mise en scène et montage pour le moins discutables... La plupart des séquences sont dénuées d’intérêt. Elles ne cadrent même pas avec la finalité de la chose où l’épilogue se perd dans un trip à la Rosemary’s Baby hors contexte. Non satisfait de nous infliger une banalité consternante et omniprésente, Trygve Allister Diesen édulcore au possible le peu d’ambitions qu’il insuffle à sa réalisation. Il en ressort un thriller maladroit et terriblement ennuyeux.

A propos de l'auteur : Dante_1984
Portrait de Dante_1984

J'ai découvert le site en 2008 et j'ai été immédiatement séduit par l'opportunité de participer à la vie d'un site qui a pour objectif de faire vivre le cinéma de genre. J'ai commencé par ajouter des fiches. Puis, j'ai souhaité faire partager mes dernières découvertes en laissant des avis sur les films que je voyais.

Autres critiques

The Creeps
Au rayon grosse débilité profonde, je voudrais The Creeps de Charles Band de chez Full Moon. Les grandes figures monstrueuses de la littérature ont inspiré plus d'une fois les amateurs de bis et de films d'horreur. En témoigne les différentes adaptations du monstre de Frankenstein de Mary Shelley, de Dracula de Bram Stoker ou encore de la momie et du loup-garou. D'ailleurs, même les...
Véritable Histoire de Blanche-Neige, La
Sincères félicitations, mon gars. Tu as fait du bon boulot et j'espère que tu as été rémunéré en conséquence. Je te souhaite également de travailler un jour à un niveau plus élevé de production, car tu as du talent, et ce serait gâcher que de le laisser moisir dans les tréfonds du cinéma de série Z. Non, je ne m'adresse pas à l'inénarrable David DeCoteau (D.D. pour les intimes). Ces compliments...
Possédée
Lorsque l'on songe aux films de possédés et autres exorcismes, un seul titre nous vient à l'esprit. Le mythe fondateur de William Friedkin qui a inspiré tous ceux qui le suivront. Il est le précurseur comme le fut Les dents de la mer pour le survival animalier. Aussi, marcher sur les plates bandes d'un chef d'½uvre comme L'Exorcist e ne se fait pas sans heurt (surtout si l'on cite ledit film...
Evangelion: 1.0 You Are (Not) Alone
Série japonaise culte, Neon Genesis Evangelion est quasiment un passage obligé pour tous les fans de Mécha ou d'animation nippone. Il faut dire que la réalisation excellente ainsi qu'un scénario en béton (malgré une fin plutôt bâclée) avaient mis tout le monde d'accord et généré un enthousiasme rarement vu, entraînant dans son sillage une horde de fans. Bref, Evangelion avait été un gros succès...
Messe Noire
Une académie militaire, une chapelle et sa crypte poussiéreuse, une jeune recrue persécutée par ses camarades, un mystérieux grimoire ayant le pouvoir d’invoquer l’esprit maudit d’un moine espagnol révoqué par l’inquisition : tous les ingrédients sont réunis pour faire de cette Messe noire le parfait nanar que son titre laisse entendre. L'insuffisance du budget force la mise en scène à étoffer au...