Voir la fiche complète du film : The Event (Jeffrey Reiner, Norberto Barba, Milan Cheylov - 2010)

The Event

Sur fond de complots et d’attentats, The Event est une série assez représentative de son époque, bien que la menace vienne d’ailleurs. Exception faite des premiers épisodes, on appréciera la gestion du rythme et des révélations régulières tout au long de l’intrigue. Reste un final sans conclusion réelle et certains traitements manichéens assez sommaires.
Publié le 23 Juin 2019 par Dante_1984Voir la fiche de The Event
6
Extra-Terrestre Virus

Les années 2000 auront marqué un changement notable dans l’approche des séries télévisées. Considéré à tort comme un média de seconde zone par l’industrie cinématographique, l’univers du petit écran a su évoluer pour tirer le meilleur parti de formats longs. S’il existe toujours des séries où les épisodes ne nécessitent pas une assiduité particulière, le schéma narratif d’une intrigue développée sur une dizaine ou une vingtaine d’épisodes s’est démocratisé. Lost: Les Disparus ou encore 24 heures chrono ont démontré tout l’intérêt d’un tel procédé. Par ailleurs, The Event s’avance comme l’héritier de ces productions. Ce mélange des influences débouche-t-il sur une histoire de qualité injustement avortée?

Il est vrai que les ambitions de The Event sont clairement affichées pour devenir le nouveau feuilleton où chaque conclusion d’épisode est synonyme d’un cliffhanger digne d’une fin de saison. De ce point de vue, on sent une nette inspiration sur le schéma narratif de Lost. Pour autant, il ne s’agit pas d’un simple calque. Preuve en est avec ces premiers épisodes qui multiplient les flashbacks dans tous les sens. Le fait de déconstruire l’intrigue pour exposer tous les intervenants démontre une certaine démesure dans l’échelle des événements. Cependant, les allers-retours en pagaille sur différentes trames temporelles perdent davantage le spectateur qu’ils ne présentent les tenants.

L’importance des protagonistes, leur rôle au sein du récit, la succession de faits qui s’enchaînent et les causes relationnelles qui surviennent en amont sont autant de points déconcertants. Il faut en effet assimiler de très nombreuses données avant de pouvoir aborder l’histoire dans de bonnes conditions. Fort heureusement, cet aspect suffisamment redondant pour casser le rythme s’estompe au fil des épisodes. Lorsque le background des personnages est exposé et que les pièces du puzzle ont posé le cadre, le scénario suit un cheminement plus intelligible et maîtrisé dans sa gestion du suspense. On apprécie donc plusieurs facettes du concept, tour à tour complot gouvernemental, invasion extraterrestre silencieuse et menace pandémique.

En cela, la variété des enjeux offre une évolution progressive et pertinente de la trame principale. À chaque fait ou phénomène, on découvre des motivations doubles, ainsi que des conséquences qui en amènent d’autres. Tout est savamment orchestré pour encourager le spectateur à distinguer davantage d’éléments qui régissent cette conspiration. Ce renouvellement permet d’explorer de nouvelles pistes narratives tout en maintenant l’attention du public par des révélations convaincantes, à défaut d’être pleinement originales. On notera néanmoins une certaine tendance à renverser les rôles d’antagonistes au fil des épisodes, jouant davantage sur les errances et les aspirations qu’à une profonde restructuration psychologique.

Étant donné le statut avorté de la série, on peut regretter l’absence d’une véritable conclusion. Plusieurs aspects de l’intrigue restent en suspens. De même, le final évoque de nouvelles interprétations quant aux motivations des «infiltrés» (les extraterrestres) et ce qui augure du pire pour l’avenir de l’humanité. Génocide, esclavagisme? Quid également des origines de l’humanité dont on ne peut que présager une vague ascendance avec des civilisations antédiluviennes, comme les Annunaki. Bref, si le ton complotiste est particulièrement bien entretenu, on peut regretter un tel bâclage et dédain des producteurs pour rendre l’issue inachevée et ô combien frustrante!

Au final, The Event est une série qui dispose de qualités évidentes, mais à laquelle on n’aura pas donné de seconde chance pour développer ses propos. Malgré une approche déconstruite pour le moins déstabilisante, la portée des événements et la présence d’extraterrestres au sein de la population mondiale ravivent quelque peu les velléités de complot gouvernemental pour étouffer l’affaire. On ne se trouve pas pour autant dans une atmosphère à la X-Files. Il faut plutôt lorgner du côté de 24 heures chrono avec un exposé assez encenseur des organismes à même de gérer ce type de crise. L’ensemble reste dynamique et bien amené. Il est d’autant préjudiciable de ne pas pouvoir en apprécier l’aboutissement, ne serait-ce que par un double épisode de conclusion ou un simple téléfilm.

A propos de l'auteur : Dante_1984
Portrait de Dante_1984

J'ai découvert le site en 2008 et j'ai été immédiatement séduit par l'opportunité de participer à la vie d'un site qui a pour objectif de faire vivre le cinéma de genre. J'ai commencé par ajouter des fiches. Puis, j'ai souhaité faire partager mes dernières découvertes en laissant des avis sur les films que je voyais.

Autres critiques

Masques de cire
Les années 1930 marquent un tournant dans l’histoire du cinéma. Les films parlants se démocratisent, tandis que la richesse des genres tend à s’affiner et à s’affirmer. Aventures, polars et fantastique succèdent non sans difficulté à la période expressionniste. La transition laisse dans son sillage des idées de réalisation et d’interprétation propres au muet. Cela se voit...
Gyo: Tokyo Fish Attack
Alors que Kaori prépare un week-end entre copines, une bande de poissons sur pattes envahit l'archipel japonais. Kaori veut à tout prix rejoindre son petit ami à Tokyo, mais elle devra avant tout survivre à ses créatures affamées. Le présent anime n'est autre que l'adaptation du manga éponyme de Junji Ito. L'auteur derrière Tomie, La maison de poupées ou La femme limace. Un univers horrifique...
Better Watch Out
Dans le domaine du cinéma de genre, la période de Noël est bien souvent détournée au profit d’un spectacle gore et distrayant, à défaut d’être de qualité. Cela vaut surtout pour le slasher, mais aussi pour quelques thrillers à tendance horrifique. S’adaptant à des moyens limités tout en distillant une atmosphère oppressante, le «Home Invasion» est ce qui se prête de...
Les Châtiments
Par le biais de leur société Dark Castle, Robert Zemeckis et Joel Silver nous offrent régulièrement des films d'horreur qui, sans être excellents, nous procurent tout de même de très bons moments. On retiendra notamment La maison de l'horreur ou La maison de cire. Assez prévisible dans l'ensemble, mais rondement mené par leur réalisateur respectif. Qui plus est, si les premières...
After Earth
Le nom de M. Night Shyamalan est raccroché à des perles du septième art de genre telles que Sixième sens , Incassable ou Signes . Des films qui laissent une empreinte nostalgique dans l'esprit des cinéphiles. D'aucuns considèrent qu'il s'agit là de ses meilleurs projets et que, depuis, le réalisateur a bien du mal à réunir les foules sous sa bannière. Même si ces derniers métrages...