Voir la fiche complète du film : Space Battleship : L'Ultime Espoir (Takashi Yamazaki - 2010)

Space Battleship : L'Ultime Espoir

Un film science-fiction japonais à grand spectacle. A voir pour les amateurs...
Publié le 18 Octobre 2011 par GeoffreyVoir la fiche de Space Battleship : L'Ultime Espoir
8
Extra-Terrestre
En France, Leiji Matsumoto est synonyme d'Albator et des dérivés de son univers. Normal, tant les aventures du corsaire de l'espace ont marqué une génération. C'est cependant loin d'être la seule œuvre majeure de M. Matsumoto et j'en veux pour preuve l'épopée du Yamato qui compte de nombreux films et séries.
Cette saga, injustement méconnue chez nous, mérite pourtant le détour et le film de Takashi Yamazaki constitue un excellent moyen de s'y atteler. Après le sympathique Dream Home, l'éditeur Wild Side nous offre donc un nouveau film japonais à ne pas rater.


Baaaastoooooooon!!!

2199. La galaxie a sombré dans la plus impitoyable des guerres. Les radiations ont rendu la terre inhabitable, et il n'y aura bientôt plus de refuge possible pour l'espèce humaine. Un seul vaisseau peut retrouver la machine de décontamination qui sauverait la Terre d'une extinction inévitable...


Le futur, c'est vraiment la zone...

Tout d'abord, pour apprécier Space Battleship Yamato, il faut bien être conscient que le film est l'adaptation d'un manga, avec ce que cela comprend de codes inaltérables et parfois désuets. On pourra toujours ergoter sur ce que doit modifier, ou pas, l'adaptation sur grand écran d'une œuvre papier, mais dans le cas présent, le scénariste a choisi de coller au plus près de l'oeuvre originale. Ce qui nous offre comme résultat un véritable manga live.
Par exemple, le scénario est manichéen au possible avec les gentils très gentils et invariablement héroïques d'un côté, et les méchants très méchants de l'autre. Ajoutez à cela un charme désuet saupoudré d'un zeste de romance guimauve, caricaturale et surtout inutile, et vous obtenez un cocktail qui ne plaira sans doute pas à tout le monde. Par contre, si vous vous sentez le courage de passer outre ces menus défauts, vous assisterez à un spectacle de qualité.


Le Yamato, bateau de l'espace.

Le plus évident: les graphismes époustouflants. Il faut bien reconnaître que malgré un budget bien moindre que les blockbusters américains (environ 25.000.000 $), les effets spéciaux n'ont rien à envier aux meilleures productions hollywoodiennes. Cela contraste avec des décors intérieurs un peu cheap et des costumes parfois kitsch (mais certainement hérités de la série originale). Néanmoins, cela confère à l'ensemble un charme rétro pas forcément désagréable.
A contrario, toutes les scènes en extérieurs bénéficient d'un soin particulier. Le design des vaisseaux notamment, ceux des extraterrestres en particulier, est de toute beauté, tout comme les décors de la planète Alien.
Les bastons spatiales sont également très agréables à l'oeil, même si parfois la réalisation de Takashi Yamazaki se montre chaotique et peu lisible.

La réalisation, justement, n'est pas exempte de tous reproches car comme souvent avec les blockbusters japonais, certaines séquences fleurent bon le téléfilm. Néanmoins, il faut savoir qu'au pays du soleil levant, les films sont calibrés pour passer non seulement au cinéma, mais aussi et surtout, en prime-time à la télévision. De fait, les réalisateurs doivent pouvoir s'adapter et les problèmes que l'on a pu remarquer dans les adaptations de, par exemple, 20th Century Boys sont également d'application ici. D'où certaines longueurs.
Malgré tout, les scènes à grand spectacle valent clairement le détour.


Un vaisseau alien qui a une put*** de classe.

Scénaristiquement parlant, la première partie, celle de l'odyssée spatiale, est plutôt convenue et classique, mais reste efficace. Par contre, dès l'arrivée sur Iscandar, le scénario prend une tournure tout à fait imprévisible et inattendue, avec des relents de Starship Troopers (qui est d'ailleurs cité visuellement au détour d'un plan sensiblement identique). C'est d'ailleurs dommage que cette dernière partie ne soit pas plus développée, car elle est bien plus intéressante point de vue thématique que tout ce qui a précédé. Il aurait mieux valu un rapport de 50-50 entre les deux parties du scénario en lieu et place de l'actuel 75-25.

Au rayon points noirs, signalons également un héros parfois monolithique et inexpressif. L'acteur Takuya Kimura a parfois du mal à faire passer les tourments intérieurs de son personnage. Regrettable, surtout quand une bonne partie des ressorts dramatiques reposent sur ses épaules.


L'homme de glace. Toujours la classe !

Je critique, je critique, mais malgré tous ses défauts, ce film a pour ma part été un vrai coup de coeur et les habitués d'animation japonaise devraient apprécier également. De manière plus générale, je le recommande aussi à tous les fanas de SF à grand spectacle.
Space Battleship Yamato, un véritable manga live.
Geoffrey Claustriaux
A propos de l'auteur : Geoffrey
Portrait de Geoffrey

Comme d'autres (notamment Max et Dante_1984), je venais régulièrement sur Horreur.net en tant que lecteur, et après avoir envoyé quelques critiques à Laurent, le webmaster, j'ai pu intégrer le staff début 2006. Depuis, mes fonctions ont peu à peu pris de l'ampleur.

Autres critiques

Goal of the Dead
On dit souvent que le film de genre français est mal aimé, pas assez soutenu (notamment par les aides publiques), puis boudé par les spectateurs. Des affirmations malheureusement vraies au regard des films sortis en salles ces dernières années. Livide de Julien Maury et Alexandre Bustillo, La Traque d'Antoine Blossier, Le Village des ombres de Fouad Benhammou ou encore La Meute de Franck...
Aux Yeux des Vivants
Passé quasiment inaperçu lors de sa sortie en salle à cause d’une distribution restreinte, Aux Yeux des Vivants est le troisième long-métrage du duo de réalisateurs formé par Alexandre Bustillo et Julien Maury. Après deux premiers essais réussis et originaux, A l’intérieur (2007) et Livide (2011), dans lesquels les cinéastes imposaient leurs styles avec talent, respectivement à...
Freddy Sort de la Nuit
Et voilà, on y arrive enfin ! Le dernier Freddy, the last one, le septième épisode qui marque l'épilogue d'une longue saga. On peut se demander comment ils ont fait pour renouveler la saga aussi longtemps, mais on peut aussi se dire que depuis le quatrième épisode les films étaient de moins en moins bons à force d'humour et de mauvais gout. Les fans étaient de moins en moins nombreux...
Die : Le Châtiment
En Anglais, Die signifie mourir , mais désigne également les dés à jouer . D'où, le double-sens du titre du film de Dominic James . Die : le Châtiment est décrit par son le dossier de presse comme la rencontre entre Saw et Cube . Les références sont costaudes et si la filiation avec le premier est indéniable (elle crève même les yeux), je pencherais, pour ma part, pour une sorte de Saw "light"...
Dead Space Aftermath
Dans le domaine vidéoludique, la saga Dead Space est encore aujourd’hui une véritable référence en matière de survival horror. Adaptés à un cadre spatial, les mécanismes de la peur sont parfaitement huilés pour susciter l’effroi à chaque recoin ou détour de couloir. Pour accompagner le premier volet, un film d’animation a vu le jour: Dead Space Downfall . Il en ressortait une...