Voir la fiche complète du film : The Thompsons (Mitchell Altieri, Phil Flores - 2012)

The Thompsons

Recherchés par la police, les cinq membres de la famille Hamilton quittent le territoire américain. En fuyant sa morne résidence de banlieue pour les grands espaces de la campagne anglaise, les Butcher Brothers ont trouvé le ton propice aux exactions mélancoliques de leur famille maudite.
Publié le 12 Avril 2013 par GORE MANIACVoir la fiche de The Thompsons
7

Attention, cette critique contient quelques spoilers.

Recherchés par la police suite à une sanglante altercation avec des voleurs dans une station service, les cinq membres de la famille Hamilton quittent le territoire américain. Suite à des recherches méticuleuses, ils entendent parler d'une famille de vampires habitant près de Londres et y envoient Francis en éclaireur.

Révélation du festival Horrorfest 2006, les Hamilton remplaçaient l'habituel univers vampirique par une chronique familiale douce amère dans laquelle le besoin de sang était surtout présentée comme une maladie dégénérescente.
Depuis, les Butcher Brothers (surnom des réalisateurs Mitchell Altieri et Phil Flores) ont fait leur petit bout de chemin, signant le remake d'un banal slasher des années 80 (Avril Sanglant) et un exercice de style plus personnel (The Violent Kind).

Contrairement à la majorité des cas, ils n'hésitent pas à délaisser Hollywood pour réaliser une suite à leur film phare. Tourné en Angleterre (dans le comté du Kent), les Thompson commencent à peu de chose près là où nous avions abandonné les Hamilton.

Quittant le pays, changeant d'identité, Francis et sa fratrie, plus soudés que jamais, cherchent un certain Manderson, au nord de Londres. Celui-ci serait comme eux, et pourrait les aider à sauver leur plus jeune frère, gravement blessé. Mais sur place, ceux qui croyaient enfin trouver un réel soutien vont être confrontés à de nouveaux dangers.

Côté casting, les Butcher Brothers font appel à toute la famille du premier volet. Cory Knauf, alias Francis, est ici co-scénariste du métrage. Il offre à son personnage plus d'assurance, tout en omettant pas de conserver la naïveté et la fragilité de celui-ci. Francis est le principal lien entre les deux films, sa famille jouant surtout ici les faire-valoir de la famille Manderson, les jumeaux surjouant toujours énormément.
Parmi les nouveaux venus, citons des parents assez convaicants dans leur ambiguïté et surtout Riley. Campée par la lumineuse Elizabeth Henstridge, Riley apporte un vent de fraicheur bienvenu à la saga, tout comme les somptueux paysages de la campagne du Kent.

Bien plus coloré donc que le premier volet, les Thompson est également plus rythmé. D'emblée, la scène de la station service donne le ton du métrage : impulsif et sanglant. Entre deux flashbacks expliquant la genèse de nos "héros", on suit avec plaisir la rencontre musclée entre Francis et les Manderson.
Dénué de temps mort, le film nous dirige vers une lutte sans merci entre les deux clans qui, sans sortir des sentiers battus, s'en tire avec efficacité. Le scénario dévoile alors les origines de la mère des Hamilton, fécondatrice désignée des Manderson, dont le but est de faire de Darlene la nouvelle mère porteuse de la famille. L'affection que porte rapidement Riley pour Francis et le rapport étrange qu'elle entretient avec ses parents (elle est née humaine et considérée par son père comme "anormale"), permet d'apporter une complexité bénéfique à une intrigue assez simpliste.

Toutefois, cette suite ne semble pas être un produit de commande, les cinéastes ayant déjà cette envie de poursuivre l'aventure avec les Hamilton avant même le succès de celui-ci.
L'exil en Grande-Bretagne présente l'intérêt aux Butcher Brothers de pouvoir proposer un spectacle moins neutre, l'hémoglobine et un léger érotisme de bon aloi favorisant le côté série B assumé du film, là où le premier volet résonnait comme plus "intimiste" et moins accessible. En fuyant sa morne résidence de banlieue pour les grands espaces de la campagne anglaise, les Butcher Brothers ont trouvé le ton propice aux exactions mélancoliques de leur famille maudite.

De courte durée (moins de 80 minutes), les Thompson se regardent avec plaisir, même sans voir visionné au préalable son prédécesseur. Bonne surprise que cette suite, preuve que l'Angleterre reste une terre d'accueil bénie pour les films d'horreur !

A propos de l'auteur : GORE MANIAC
Portrait de GORE MANIAC

J'essaie de partager ma passion pour un cinéma méconnu, mais qui mérite incontestablement qu'on s'y arrête !

Autres critiques

Temple
Le cinéma d’épouvante asiatique est réputé pour proposer des productions angoissantes et anxiogènes au possible. Le succès est tel que l’opportunisme hollywoodien a tôt fait de l’exploiter par le biais de remakes inégaux. On songe notamment à Dark Water , Pulse , The Ring ou encore Les Intrus . Certaines productions américaines prennent pour cadre l’archipel nippon, comme...
Zoo

Zoo

Les attaques animales font la joie (et aussi la tristesse) du survival animalier. Un genre qui connaît bien des déconvenues depuis son émergence. Si certaines références sont adaptées de romans (Peter Benchley pour Les dents de la me r), le lien entre les deux supports culturels est plus que ténu, voire inexistant. Pourtant, James Patterson et Michael Ledwige s’approprient le concept avec Zoo ,...
L'Ile Du Docteur Moreau
Unique rescapé d'un naufrage, le jeune Edward Parker est recueilli sur un paquebot qui doit faire une escale sur une île mystérieuse, propriété d'un certain Docteur Moreau. Suite à une dispute, Parker est abandonné sur cette île, et découvre les sinistres expériences de son hôte. Première adaptation du célèbre roman d'H.G. Wells, cette Ile du Docteur Moreau bénéficie aujourd'hui d'une sortie DVD...
Possédée
Lorsque l'on songe aux films de possédés et autres exorcismes, un seul titre nous vient à l'esprit. Le mythe fondateur de William Friedkin qui a inspiré tous ceux qui le suivront. Il est le précurseur comme le fut Les dents de la mer pour le survival animalier. Aussi, marcher sur les plates bandes d'un chef d'½uvre comme L'Exorcist e ne se fait pas sans heurt (surtout si l'on cite ledit film...
Spiders
Le film d'horreur doit être un grand huit de l'âme pour paraphraser Guillermo Del Toro. En ce sens, les thèmes abordés font appel à nos craintes et nos peurs les plus profondes pour susciter diverses émotions que l'on ne retrouve pas dans d'autres genres. Alors bien entendu, nombre de thèmes ont été traités avec plus ou moins de succès, que ce soit notre peur des clowns, de perdre un être cher,...