Voir la fiche complète du film : Slice (Kongkiat Khomsiri - 2009)

Slice

Slice, un thriller thaïlandais prometteur qui, au final, s’avérera une déception. La faute à de constants retours en arrière qui casse une ambiance soignée et un scénario intrigant. Une approche trop mélodramatique et nombriliste pour que l'histoire dégage pleinement son potentiel. On retiendra principalement une photographie superbe et une introduction maîtrisée. Malheureusement, on déchante sitôt la demi-heure de film écoulée pour s’appesantir sur les mièvreries pseudo-dramatiques qui rompt avec une première amorce séduisante.
Publié le 24 Mars 2011 par Dante_1984Voir la fiche de Slice
6
Tueur en série
À Bangkok, un serial killer sévit dans les rues les plus sordides de la ville. Il abandonne les cadavres atrocement mutilés de ses victimes dans une valise rouge. Devant le manque d’indices et son impuissance à arrêter le tueur, la police décide de relâcher un prisonnier pour l’aider dans son enquête. S’il permet la résolution de ses meurtres, il sera à nouveau libre.

Kongkiat Khomsiri est un cinéaste thaïlandais plus connu pour ses scénarios (Bang rajan, Sema the warrior…) que pour son travail de mise en scène. Pourtant, il a officié sur la saga Art of the devil (deuxième et troisième opus) en tant que coréalisateur, ainsi qu’une ghost story (The unseeable) dans la grande tradition du genre. Mais avant tout, Slice s'apparente à un autre projet qui lui tenait à cœur : Boxers. Film d’action aux relents dramatiques où le destin tragique de trois amis se croisait et se séparait au gré de l’intrigue. De prime abord, le scénario de Slice nous fait songer à un thriller similaire à Seven dans un style purement asiatique.


La mer n’est pas une poubelle, n’y jetons pas les ordures.

L’introduction nous conforte dans cette impression. Cadre délétère, contexte aussi sordide qu’intolérable, aucun doute, l’histoire nous promet une plongée sans concession dans le monde impitoyable des rues grouillantes des mégalopoles asiatiques. L’entrée en matière par le biais d’un meurtre violent et de la découverte du premier corps aux abords d’un quai dans une valise rouge confirme cette première amorce. Le générique de début finit de nous séduire avec un test de Rorschach sanglant absolument somptueux, original.


Une découverte glauque des plus ragoutantes.

Le ton est donné, tout se déroulait pour le mieux pendant la première demi-heure lorsque survient la libération de Taï pour contrecarrer les plans machiavéliques du tueur. À ce stade de l’intrigue, le film prend une tout autre tournure qui interpelle le spectateur. Outre une touche de lyrisme dans les meurtres suivants qui ne parvient pas à convaincre compte tenu de l’atmosphère glauque ambiante, le cinéaste se permet de laisser « respirer » son public par le biais de séquences bucoliques dans la campagne thaïlandaise. Les rues crasseuses et étriquées de Bangkok cèdent la place à des flash-back confus et difficile à cerner, du moins dans un premier temps.


Un cadre prompt à la violence et aux exactions d’un serial killer.

De fait, cette histoire secondaire nous interpelle sur le passé de Taï, même si l’on ne saisit pas d’emblée ce qu’il en découle et sa réelle utilité. On l’on vient à penser que cela ne sert qu’à combler un vide scénaristique ou un manque d’idées. Car, il faut une demi-heure supplémentaire pour que la justification de ces retours en arrière s'invite. Cela casse l’ambiance poisseuse si soigneusement installée. On se retrouve alors avec deux niveaux de narration aux antipodes. L’un qui avance dans les investigations pour démêler le nœud de l’affaire (le plus intéressant et maîtrisé), l’autre qui progresse dans des souvenirs nébuleux mélodramatiques aux relations ambiguës (maladroit et confus).


Le petit chaperon rouge ou le grand méchant loup ?

Il paraît donc inévitable que le film en pâtisse dans son ensemble. La structure narrative alterne entre l’enquête, une brève incursion dans le milieu carcéral et la recherche d’un passé mystérieux pour mener à l’élucidation tant attendue. Un rythme cahoteux brinquebalant jusqu’au dénouement qui débouche sur une quête d’identité ambivalente et peu convaincante. On remarque que les incursions dans le passé se ponctuent de temps à autre d’une musique bon enfant mièvre et absolument hors de propos (harmonica et consorts) avec l'action principale, comme si le cinéaste disait « c’était le bon temps, on se battait, nos parents nous battaient et l’on n’arrêtait pas de se faire harceler par les caïds du coin. »


Fumer tue. La décoloration, pas encore.

Les excellentes intentions de départ se diluent dans un foisonnement de maladresses aussi incompréhensibles qu’évidentes. Ce genre de thriller se doit d’entretenir un rythme soutenu pour tenir en haleine le public. A contrario, les flash-back impliquent une histoire plus posée, prompte à une réflexion davantage contemplative que cérébrale. Un passé qui entraîne irrémédiablement un lien avec notre protagoniste, mais qui anéantit le suspense de l’intrigue. On connaît alors l’identité du tueur, même si celui-ci demeure introuvable et que l’on nous octroie un rebondissement de dernière minute téléphoné et davantage risible que tragique.


La campagne thaïlandaise ou comment rompre avec un climat délétère.

Malgré un départ sur les chapeaux de roue immersif et prenant au possible, Slice déçoit de par une approche très, voire trop différentes d’un contexte qui appelle une plongée infernale sans le moindre temps mort et sans la possibilité de revenir en arrière. Dans le cas présent, il advient que l’ambiance glauque s'entrecoupe de flash-back aussi vains qu’agaçants. Certes, ils permettent de mieux comprendre la folie meurtrière du tueur (après nombre d’explications), mais ils desservent davantage l’intrigue qu’ils ne la mettent en valeur. On ne sait pas trop où veut en venir le réalisateur. Tantôt en train de justifier ses actes avec fatalisme, comme si son destin tragique ne pouvait que déboucher sur la violence et la souffrance. Tantôt rejetant ses mêmes actions en faisant déferler l’hémoglobine et les coups de rasoir avec fébrilité et incertitude pour le déshumaniser.
A propos de l'auteur : Dante_1984
Portrait de Dante_1984

J'ai découvert le site en 2008 et j'ai été immédiatement séduit par l'opportunité de participer à la vie d'un site qui a pour objectif de faire vivre le cinéma de genre. J'ai commencé par ajouter des fiches. Puis, j'ai souhaité faire partager mes dernières découvertes en laissant des avis sur les films que je voyais.

Autres critiques

Looper
Le voyage dans le temps est un thème cher à la science-fiction. Tout comme le fantastique aime à exploiter les vampires ou autres créatures de la nuit, la SF apprécie particulièrement ce sujet en le déclinant à toutes les sauces. Du drame romantique en passant par le thriller faussement avoué ou, bien entendu, en peignant les traits d'un univers futuriste. Si l'on a eu droit à des perles...
Episode 50
Des films de fantômes, il y en a une palanquée, des films inspectés sous toutes les coutures, de la comédie avec Poltergay , au drame avec Ghost , en passant bien évidemment par la case horreur avec Poltergeist ou la série des Paranormal Activity . Actuellement, la mode est au documenteur. Cela consiste à faire des films ressemblant davantage à des documentaires, des reportages, tout en y...
Jack l'Éventreur
La renommée de Jack l’Éventreur tient autant au mystère de son identité que de la sauvagerie de ses assassinats. Au cours du XXe siècle, bon nombre de métrages et de livres se sont penchés sur le sujet. Certains ont pour vocation de retranscrire les faits avec force et détails. D’autres étayent des hypothèses connues ou originales. Enfin, une poignée d’entre eux jouent sur l...
Frankenweenie
Avec Alice au pays des merveilles , Tim Burton avait refroidi bon nombre de ses fans et des amateurs de l'histoire originale. Le film n'était pas forcément mauvais, mais l'association de l'illustre cinéaste à celui de Lewis Carroll avait de quoi faire rêver. Mais les plus grandes attentes sont parfois synonymes de déconvenues magistrales. La déception était au rendez-vous devant un produit léché...
Zombeavers
Il est des productions que l’on sait d’avance ratées ou destinées à public amateur de nanars et autres navets. Avec les films catastrophe, le survival animalier est les porte-étendard le plus malmené. Ce n’est pas parce que l’on évoque des sujets plus irréalistes que crédibles, qu’il faut en faire n’importe quoi. Même un pitch complètement idiot, on peut...