Voir la fiche complète du film : TV Show (Hideo Nakata - 2010)

TV Show

Pour les besoins d'une expérience, dix personnes acceptent d'être enfermés durant une semaine dans un bunker. <b>Tv Show</b> est un habile suspense qui sait jouer avec nos nerfs.
Publié le 20 Mars 2012 par GORE MANIACVoir la fiche de TV Show
8
Voyeurisme
Attention, cette critique contient des spoilers.

Pour les besoins d'une expérience scientifique très bien rémunérée, dix personnes de divers horizons acceptent d'être enfermés durant une semaine dans un bunker, filmés 24 heures sur 24. Très vite, ils se rendent compte qu'ils doivent respecter certaines règles, sous peine d'être "éliminés" !

Avec le succès fulgurant de Ring et autres Dark Water, Hideo Nakata fait désormais référence en matière de fantastique japonais. Pourtant, depuis quelques années, le cinéaste s'est fait plutôt discret.
Visiblement intéressé par les nouvelles technologies (il s'était attaqué au net avec Chatroom), Nakata dénonce ici les méfaits de la télé-réalité.

L'appât du gain attire dix candidats à participer à une expérience qui s'avère être bien différente de ce qu'ils pensaient. En effet, outre le fait d'obéir à certaines règles (ils sont filmés et doivent rester enfermer dans leurs chambres chaque nuit), ceux-ci doivent résoudre des enquêtes. Mais les victimes deviennent alors bien réelles.

Dès le début du métrage, on se doute des personnages qui survivront à ce jeu de massacre adapté d'un roman fortement inspiré par Agatha Christie. Difficile de ne pas apprécier l'hommage aux Dix Petits Nègres avec ces statues d'indiens trônant dans le salon, représentant les candidats. Le mode d'élimination évoque également l'un des livres phares de la romancière britannique, tout comme le lieu confiné servant de laboratoire géant à ces tueries.
Bien évidemment, Nakata s'amuse à faire monter crescendo la tension, en dévoilant doucement les pires caractéristiques de l'être humain (vanité, mensonge, perversité, violence, paranoïa) amplifiées ici dans le seul but de survivre en empochant le magot.

L'autre inspiration du scénario est sans aucun doute le détonant Battle Royale. Chaque candidat découvrira le premier soir, dans sa chambre, un coffre renfermant une arme. Comme dans le film culte de Kinji Fukasaku, cette arme n'est connue que de son propriétaire. Dès lors, un premier meurtre suffira à déclencher soupçons et craintes, et la raison s'étiolera bientôt en faveur d'une folie meurtrière dépeinte avec calme et froideur par Nakata.

Moins extrême qu'un Miike et moins cinglant qu'un Kitano, le réalisateur de Ring préfère conserver le plus souvent un certain retrait vis à vis de ses héros, de sorte qu'il est un peu difficile de s'attacher à ces derniers.
Tv Show ne déroge pas à cette règle, de sorte que l'on suivra avec le même détachement que les téléspectateurs du programme cette tragédie davantage orientée vers le suspense que vers l'horreur pure. Si le but de Nakata est de nous démontrer notre manque d'humanité envers la souffrance de nos semblables, force est de constater que ce détachement est alors bénéfique à son oeuvre, efficace et parfaitement maîtrisée.

Ce film dénonce également le voyeurisme sans limites de notre société moderne, ainsi que le devoir de réussite forcenée des pays riches (au Japon plus qu'ailleurs, les chômeurs sont présentés comme des parias).
Au fur et à mesure, Nakata s'intéresse tout de même davantage aux survivants, en particulier à la motivation de chacun. Entre esprit de vengeance ou besoin capital d'argent (pour sauver un enfant gravement malade ou nourrir sa famille), les protagonistes s'avèrent être des gens ordinaires, emportés dans le marasme d'un quotidien excécrable. Paradoxalement, ils finissent par devenir plus "chaleureux" au somment de leur folie furieuse.

Celle-ci reste néanmoins plus psychologique que visuelle, Nakata n'étant pas très friand de grandes démonstrations sanguinolentes à la Dream Home. Son but est avant tout de nous prouver que nous sommes tous capables du pire, surtout pour de bonnes raisons, et que notre morale n'est finalement qu'une question de prix.

On pourra trouver l'épilogue un peu infructueux (difficile de comprendre le dernier geste d'un des vainqueurs), mais Tv Show est un habile suspense qui sait jouer avec nos nerfs.
Il prouve que Nakata a encore de beaux jours devant lui, ce dernier sachant orchestrer avec brio ce genre de série B agréable à suivre, et jetant un oeil critique sur notre société névrosée et cynique.

A propos de l'auteur : GORE MANIAC
Portrait de GORE MANIAC

J'essaie de partager ma passion pour un cinéma méconnu, mais qui mérite incontestablement qu'on s'y arrête !

Autres critiques

Père Noël Origines
En général, on idéalise l’image du père Noël sous la forme d’un vieux bonhomme bedonnant et affable à la barbe blanche bien fournie, du moins est-ce là le cliché qu’entretient l’imaginaire collectif. Toutefois, l’on se penche rarement sur les origines du mythe pour découvrir des intrigues peu reluisantes ou qui entacheraient cette icône dénaturée au fil du temps par le matérialisme. Juha...
Pas un mot
On l'a souvent dit, le cinéma de genre espagnol est résolument l'un des plus inventifs au monde. Figure de proue de ce genre, Alex de la Iglesia s'est même forgé une réputation mondiale, faisant même un film de commande avec des acteurs américains ( Crimes à Oxford ). Mais si on veut voir une vraie créativité, il faut se plonger dans les premiers films des auteurs hispaniques. Ainsi, on peut voir...
Evil Toons - Qui a peur du diable?
Si l’on en croit l’accroche publicitaire autour du film, Evil Toons se situerait entre Evil Dead et Qui veut la peau de Roger Rabbit ! Dans un sens ce n’est pas totalement faux mais cela s’arrête aux idées de base de ces deux films qui sont recyclées sans pour autant parvenir à reproduire la terreur du film de Sam Raimi, ni le fun et l’exploit technique de celui de Robert Zemeckis. Quatre jeunes...
Lèvres de Sang
Lors d'une soirée mondaine à Paris, Frederic tombe par hasard sur une photographie de ruines, qu'il croit connaître. Obsédé par cette image, il est alors assailli de souvenirs remontant à son enfance, et d'une somptueuse femme pâle en particulier. Depuis son premier film, Le Viol du Vampire , en 1968, Jean Rollin reste fidèle à une même ligne de conduite, qu'il ne quittera presque...
Monsters
Alors qu’une zone de quarantaine est délimitée entre le Mexique et les Etats-Unis suite à l’apparition d’une vie extraterrestre, Samantha et Andrew sont contraints de traverser la zone infectée pour rejoindre leur pays. Gareth Edwards fait partie de ces nouveaux réalisateurs qui disposent d’une vision précise et très marquée de leur métier. Avec Monsters (son premier long-...