Voir la fiche complète du film : Reeker (Dave Payne - 2006)

Reeker

Un film sans prétention, surprenant et un peu gore. Dommage qu'il lasse un peu à force de vouloir cultiver le mystère... jusqu'à un dénouement inattendu.
Publié le 15 Février 2010 par GeoffreyVoir la fiche de Reeker
6
Hôtel Tueur en série Désert
En 2005, date de la sortie de Reeker, le réalisateur Dave Payne n'était connu comme réalisateur que grâce à des "oeuvres" telles que Alien Terminator ou La famille Addams: Les Retrouvailles (Ouch!). C'est dire si le voir aux commandes d'un slasher mâtiné de survival n'avait rien d'excitant. Et pourtant, Reeker créa la sensation dans les divers festivals où il fut présenté et c'est donc nanti d'une jolie petite réputation qu'il débarqua dans nos contrées.


Une semi-décapitation de toute beauté

En embarquant pour la plus grande teuf de l'année, Jack, Nelson, Trip, leurs copines Gretchen et Cookie espéraient seulement s'éclater avec quelques centaines de jeunes au coeur du désert californien. Mais les ennuis ne tardent pas. Dès leur première halte, Gretchen, la conductrice, constate une fuite dans le réservoir. Leur voiture se retrouve immobilisée, face à un motel qui semble avoir été abandonné en toute hâte par son personnel et sa clientèle. La radio, le téléphone n'émettent plus que des sons brouillés – messages d'urgence et appels de détresse hachés, faisant allusion à une mystérieuse catastrophe...


Elle n'a pas l'air comme ça, mais elle est plutôt sympa...

Si on devait résumer Reeker en quelques phrases, ça donnerait ceci: Une excellente intro assez sanglante, suivit d'un slasher banal matiné de fantastique qui frustre à force de ne rien révéler et un étonnant twist final explicatif. Voici donc comment se présente Reeker en quelques mots. Mais le réduire à cela serait une grossière erreur car le film de Dave Payne mérite à plus d'un titre que l'on s'y attarde.

Tout d'abord, Monsieur Payne surprend derrière la caméra. De très bonne facture et parfois même inventive, sa réalisation est très agréable et réserve de joli moments de tension, ainsi qu'une poignée de scènes bien grâtinées. Ces dernières ne sont malheureusement pas très nombreuses mais rien que l'intro vaut le coup d'oeil, tout comme l'homme-tronc dans la poubelle. Pour le reste, les morts sont assez originales mais n'atteignent pas toujours leur but, c'est à dire faire sursauter le spectateur. Il faut dire que Dave Payne a cru bon de rajouter de l'humour partout dans le film. Parfois il fonctionne très bien, mais à certains moments le spectateur reste dubitatif. Je pense notamment à la scène où une espèce de mixeur sort des toilettes pour s'en prendre à une blonde. Honnêtement, on ne sait pas trop s'il faut rire, avoir peur ou être consterné devant un tel spectacle. Toutefois, mis à part cette petite réserve, Reeker est un film qui fonctionne plutôt pas mal.


Un problème l'ami?

Son scénario n'est pas ce qu'il y a de plus original (des jeunes bloqués dans un lieu désert sont la proie d'un cinglé), mais il contient de petites touches fantastiques qui le différencient de bon nombre de productions de ce type. Pendant un long moment le spectateur ne sait pas trop à quoi il a affaire et est plongé en plein mystère. Paradoxalement, c'est là que réside la principale faiblesse de Reeker: le film lasse à force de ne révéler aucun indice sur le tueur. Aucune justification à son action ne nous est apportée, et sa manie d'entrer dans des pièces hermétiquement closes ainsi que d'apparaître dans un nuage de gaz laisse un peu dubitatif. Il faudra patienter jusqu'à la révélation finale pour que tout se mette en place mais en attendant, le spectateur fronce les sourcils devant des événements à priori impossibles. Heureusement que la réalisation et l'ambiance du film parviennent à rester intéressantes.


"...et la dame resta bouche bée devant le Reeker..."

Les acteurs, puisqu'il faut bien en parler, sont plutôt bons. Pas de tête connue en tête d'affiche, mais le casting est frais et crédible. On notera toutefois la présence de l'inoxydable Michael ironside en guest-star dans un second rôle somme toute un peu inutile et qui ne fait pas appel à son talent, mais apercevoir sa trogne particulière fera toujours plaisir aux connaisseurs.

Bref, dans l'ensemble, Reeker est un petit film sans prétention et tout ce qu'il y a de plus recommandable.
Geoffrey Claustriaux

A propos de l'auteur : Geoffrey
Portrait de Geoffrey

Comme d'autres (notamment Max et Dante_1984), je venais régulièrement sur Horreur.net en tant que lecteur, et après avoir envoyé quelques critiques à Laurent, le webmaster, j'ai pu intégrer le staff début 2006. Depuis, mes fonctions ont peu à peu pris de l'ampleur.

Autres critiques

Hostel : Chapitre 3
Après l'échec commercial du second opus (seulement 17,000,000$ au box-office US), il n'est pas étonnant de voir la saga Hostel emprunter les chemins plus économiques du Direct-to-DVD. Un choix logique, mais néanmoins regrettable, tant les suites bon marchés d'oeuvres marquantes se révèlent souvent être de qualité discutable (voir la saga Hellraiser ). De plus, découvrir que cette...
Priest
Dans un avenir proche, un prêtre se met en tête de sauver sa nièce des canines acérées d'une horde de vampires. Après l'imparfait et mésestimé Légion , Scott Stewart poursuit dans le thème de la religion et de la spiritualité avec Priest . Comme son précédent film, Priest pâtit d'une piètre réputation envers son public. Si les suceurs de sang ont subi maints revers depuis quelque temps, il n'en...
Goal of the Dead
On dit souvent que le film de genre français est mal aimé, pas assez soutenu (notamment par les aides publiques), puis boudé par les spectateurs. Des affirmations malheureusement vraies au regard des films sortis en salles ces dernières années. Livide de Julien Maury et Alexandre Bustillo, La Traque d'Antoine Blossier, Le Village des ombres de Fouad Benhammou ou encore La Meute de Franck...
Amityville
Si les remakes ont toujours fait partie du modèle hollywoodien, les années 2000 ont connu un recyclage effréné de productions emblématiques. Après le succès mérité du Massacre à la tronçonneuse de Marcus Nispel, le cinéma de genre a particulièrement été impacté. Bien que sa notoriété soit restée dans les mémoires pour les affaires DeFeo et Lutz, le cas Amityville a été progressivement dénaturé au...
Ghost Rider : L'esprit de Vengeance
Le retour du Rider avec sa grosse moto enflammée et sa tête de carbonisé pas frais, vous l'attendiez avec impatience, hein, bande petits coquins ? Comment ça, non ? Je vois ce que c'est, vous pensez encore à Mark Steven Johnson ... mais rassurez-vous, braves gens, le réalisateur du premier opus n'est plus de la partie. A la place, vous aurez droit aux deux barjots derrière les Hyper Tension ...