Voir la fiche complète du film : 2001 Maniacs (Tim Sullivan - 2005)

2001 Maniacs

2001 maniacs fait la part belle à l'humour grinçant pour un étripage en règle de généreuses poitrines et de torses musclés. Le scénario n'est qu'un prétexte au déferlement d'hémoglobine et les acteurs servent uniquement de chair à saucisse. Un remake respectueux de l'original et honnête, mais qui, sans la présence de Robert Englund, ne serait qu'une petite production insipide.
Publié le 29 Mars 2013 par Dante_1984Voir la fiche de 2001 Maniacs
6
Tueur en série

Un groupe de jeunes partis en vacances se retrouvent à Pleasant Valley, une bourgade perdue du sud des États-Unis qui les accueille à bras levés. Mais cette bonne humeur apparente cache un appétit insatiable pour… la chair humaine.

Considéré à tort ou à raison comme un film culte, 2000 maniacs avait au moins le mérite d'être le précurseur du cinéma gore. Aussi, le remake voit le jour trois décennies plus tard sous la houlette de Tim Sullivan, cinéaste habitué des petites productions confidentielles, voire carrément Z. Le projet ne payait pas de mine, mais un intervenant de marque change la donne : Robert Englund. Inutile de présenter l'acteur qui hante les cauchemars, mais sa simple présence suffit à raviver l'intérêt pour un DTV qui risquait de sombrer dans l'oubli avant même de sortir.


Si c'est Robert qui régale, alors...

Il est vrai que l'histoire ne possède rien de bien engageant. Le résumé parle de lui-même : une bande d'ados décérébrée en chaleur qui se perd au fin fond d'un village de sudistes racistes, psychopathes, cannibales et fervents croyants (très pratiques, comme ça ils peuvent se faire pardonner tous leurs péchés). La suite, elle est connue de tous, les invités d'honneur ne sont pas conviés au barbecue, ils sont le barbecue. Alors, pour attendrir la viande, on joue avec, on la taquine avant de la passer à la casserole. Le déroulement ne manque pas d'entrain (surtout que le nombre de victimes est légèrement plus élevé que d'habitude), mais l'on a déjà vu ce genre de procédé maintes et maintes fois.

Et ce ne sont pas les conversations bucoliques qui agrémentent cette joyeuse escapade qui relèvera le niveau. Plat, voire inexistant, on dénotera un humour noir à la limite de l'acceptable. Les jeux de mots font rarement mouche et deviennent vite lourds. Un petit sourire en coin (c'est là, la seule émotion extrême que l'on vous réserve), on observe le massacre avec détachement, mais non sans déplaisir. En effet, les meurtres sont bien sentis et plutôt inventifs compte tenu des circonstances. Ainsi, l'on aura droit à un écartèlement hippique, un écrasement qui mouline ou une séance de sauterie sous acide.


Une situation pour le moins tendue, n'est-ce pas petite jument ?

De ce côté, il est vrai que 2001 maniacs tient ses promesses. Le sang coule comme il se doit (même si ça n'est jamais très réaliste, on s'en fiche) et parsème le film de manière équilibrée. On ne nous inflige pas une surexposition des personnages et ensuite le massacre d'un bloc. Non, on « découvre » progressivement les intervenants (si tant qu'ils ont quelque chose à offrir) en même tant que d'autres disparaissent. Cela permet de ne pas lasser ou ennuyer le spectateur. Un bon point étant donné que le reste n'est qu'un rappel plus ou moins habile de ce que le genre peu proposer.

À côté de cela, on notera une ambiance décontractée en dépit de l'hostilité croissante des locaux. Tant au niveau de l'accueil que de l'atmosphère générale, l'heure est à la fête et à l'humour de second degré. 2001 maniacs pousse le concept de son aîné un cran au-dessus et prend à la légère le massacre. De fait, on se retrouve plus impliqué dans le camp des sudistes cannibales avenants plutôt que derrière le plat de résistance à la cervelle de moineau. Dès lors, leurs morts sont saluées par des applaudissements et des cris de joie. L'acte isolé (au niveau du village) est ici collectif, un peu comme la transe ou la folie d'une secte.


Et une brochette saignante, une !

Mais tout ceci aurait paru bien insipide sans l'immense Robert Englund, transformé pour l'occasion en maire raciste, mais toujours soucieux de ses ouailles. L'acteur campe son rôle à merveille et se complaît dans des situations à la fois cocasses et inquiétantes (pour les victimes). Il porte à lui seul le film sur ses épaules et mérite que vous fassiez le détour (mortel) dans son petit coin de paradis. Pour le reste, on nous dessert d'illustres inconnus et qui seront à même de le rester pour combler les vides. Des beaux gosses, des poitrines aguicheuses, rien de bien neuf sous le soleil de Pleasant Valley. Il demeure tout de même des figurants avec une « gueule » parfaitement dans le ton. Une idée qui aurait gagné à être développée.

Bref, 2001 maniacs est un film d'horreur assez prévisible dans son ensemble. Respectueux de la version de 1964, Tim Sullivan n'hésite pas à pousser (parfois un peu trop) l'humour noir dans ses retranchements. 2001 maniacs se révèle davantage distrayant et amusant qu'angoissant et malsain. Malgré une histoire sans relief, des interprètes bas de gamme, on saluera l'effort concernant les meurtres et l'indispensable présence de Robert Englund pour réjouir tout ce beau petit monde. Une production classique et modeste qui remplit son cahier des charges sans faire de vague.

A propos de l'auteur : Dante_1984
Portrait de Dante_1984

J'ai découvert le site en 2008 et j'ai été immédiatement séduit par l'opportunité de participer à la vie d'un site qui a pour objectif de faire vivre le cinéma de genre. J'ai commencé par ajouter des fiches. Puis, j'ai souhaité faire partager mes dernières découvertes en laissant des avis sur les films que je voyais.

Autres critiques

Dragonball : Evolution
Dire que cette adaptation live du manga culte d’ Akira Toriyama s’est faite désirer est un doux euphémisme. En effet, cela faisait presque une dizaine d'années que des rumeurs couraient sur un possible long métrage et que des légions de fans s’excitaient à la moindre image "fake" débarquant sur le net. L’annonce officielle par la FOX de la mise en chantier du projet a donc logiquement attisé l’...
Le rituel
Qu’il s’agisse de littérature ou de cinéma, se faire un nom dans le domaine horrifique n’est guère chose aisée. Des écrivains intemporels tels que Graham Masterton, Clive Barker, James Herbert ou Stephen King occupent une place essentielle dans la démocratisation et la réussite du genre. Parmi les «nouveaux» auteurs à l’excellente réputation, on peut évoquer...
The wicker man - Le dieu d'osier
Il est difficile de définir ce qui fait une œuvre culte. Est-ce le temps ? Son atmosphère par trop particulière ? Le contexte dans lequel elle est née ? À moins qu’il ne s’agisse d’une association de ces talents pour fournir une histoire subtile et engagée ? Toujours est-il que The Wicker Man demeure aujourd’hui un film à part dont la (re)découverte justifie bien des...
Dark tales of Japan
Le folklore japonais recèle bon nombre de légendes urbaines qui n’ont rien à envier à leurs consœurs américaines. Elles ont donné lieu à des perles d’épouvante qui ont fait les lettres de noblesse du genre en Asie et à travers le monde. Il n’est donc guère surprenant qu’elles soient déclinées n’importe comment quitte parfois à perdre de vue la volonté d’effrayer pour sombrer dans le ridicule. On...
Vampires suck : Mords-Moi Sans Hésitation
Il est une chose qu'on peut se demander concernant Jason Friedberg et Aaron Seltzer : mais comment font-ils pour encore convaincre des producteurs de leur donner de l'argent? A l'instar d' Uwe Boll , le duo de réalisateurs/scénaristes nous pond catastrophe sur catastrophe et continue, malgré tout, à nous abreuver de parodies toutes moins drôles les unes que les autres. Vous avez...