Voir la fiche complète du film : La Terreur des Morts-Vivants (Norman J. Warren - 1978)

La Terreur des Morts-Vivants

Terror n'a aucun rapport avec son titre français. Pas de mort-vivant au programme de cette histoire de sorcellerie flirtant davantage vers le giallo. Le côté confus résume le mieux à la fois ce film et la carrière de Warren.
Publié le 21 Mai 2013 par GORE MANIACVoir la fiche de La Terreur des Morts-Vivants
6

**Attention, cette critique contient quelques spoilers.**

James Garrick, propriétaire d'un petit studio de cinéma à Londres, vient de finir le tournage d'un film basé sur l'histoire de sa famille. Ces descendants seraient responsables de la mort d'une sorcière, brûlée vive. Depuis ces faits, tous les membres de la famille Garrick sont morts dans de dramatiques circonstances.
Toutefois, aucun proche de James ne le croit jusqu'au meurtre sanglant d'une des actrices vedettes, lors d'une soirée mondaine censée présenter le film.

A une époque où le succès de la Hammer commençait à décliner, Norman Warren débuta une courte carrière outre-Manche (environ une décennie) durant laquelle il signa quelques films de genre (re)découverts sur le tard en France, grâce au marché du DVD. Terror, son second film, n'a aucun rapport avec son titre français. Pas de mort-vivant au programme de cette histoire de sorcellerie flirtant davantage vers le giallo.

Après un prologue digne des classiques de la Hammer, Warren resitue son propos de nos jours, dans le milieu du Septième Art. A l'instar du fantastique anglais à la fin des seventies, le héros du film est à la tête d'une entreprise moyennement florissante, dont les tournages érotiques permettent de boucler les fins de mois.
Cette nostalgie d'un certain âge d'or de la part du cinéaste est toutefois tronquée par la volonté chez Warren de mettre en exergue des effets sanglants plutôt ratés.
Le premier meurtre en est la parfaite illustration. On regrette d'ailleurs que la si jolie Glynis Barber (revue ensuite dans la série policière Mission Casse-Cou) soit sacrifiée si tôt dans la Terreur des Morts-Vivants. Cette séquence, agrémentée d'une excellente musique d'Ivor Slaney, est plutôt réussie, mais pêche dans sa finition. Malgré des jeux de caméra tendant à masquer les coups de couteau, le souhait de rendre l'ensemble le plus sanguinolent possible nuit à la crédibilité du métrage.

Les crimes suivants baignent dans une ambiance digne d'un giallo. Populaire depuis quelques années en Europe avec les premiers films d'Argento (sa trilogie animale) et certains Bava, le giallo a visiblement bien inspiré Warren. La bande originale de Slaney, avec une suprématie des synthétiseurs, pourrait en tout cas illustrer à merveille ce sous-genre italien, tandis que les jeux de couleurs durant la scène dans le studio de cinéma ou certains jeux de lumière évoquent encore avec force cette attrait de Warren pour ce cinéma transalpin.
Warren se débrouillant plutôt bien avec la direction d'acteurs et offrant même quelques scènes assez drôles (celle du tournage coquin, par exemple), on suit avec attention cette série de meurtres jusqu'à un derniers tiers de film assez surprenant.

En effet, signant jusqu'ici un thriller sanglant plutôt sympathique, Warren termine son métrage par une série d'événements surnaturels sans lien aucun avec les premiers crimes, et surtout confondants de ridicule. Les équipements de cinéma prenant vie dans le studio intriguaient déjà beaucoup ! Mais la voiture grimpant dans les arbres, cela ressemble plus à la Coccinelle de Disney qu'à Christine (même si cette scène a peut être inspiré à Stephen King son célèbre roman).
L'épilogue, légèrement expédié par le cinéaste, laisse une impression de gâchis bien désagréable, surtout qu'il s'agit de la dernière avant le générique de fin.

Le côté confus résume donc le mieux à la fois ce film et la carrière de Warren, dont la réputation n'a rien de grandiloquent.
Toutefois, restons indulgents avec Terror, dont le budget réduit n'autorisait pas forcément des effets spéciaux révolutionnaires. En outre, la mise en scène est soignée et l'on retouve par moments une ambiance et une esthétique chères aux grandes heures d'un cinéma fantastique britannique dont la Terreur des Morts-Vivants, à défaut d'en être un illustre représentant, se laissera découvrir avec plaisir par les inconditionnels de l'époque.

A propos de l'auteur : GORE MANIAC
Portrait de GORE MANIAC

J'essaie de partager ma passion pour un cinéma méconnu, mais qui mérite incontestablement qu'on s'y arrête !

Autres critiques

Sur le Fil du Scalpel - Jack's Back
On ne compte plus les adaptations cinématographiques sur Jack l’Éventreur. S’il a bel et bien existé, l’histoire est parvenue à en faire un mythe entouré de mystères aussi insondables que sa véritable identité. Parmi les productions existantes, il y a celles qui tentent une approche réaliste et celles qui jouent la carte du pastiche avec pour seule préoccupation le profit...
Halloween 2
En 2007, Rob Zombie nous avait proposé sa vision du grand classique de John Carpenter , Halloween: La nuit des masques . L'exercice n'avait rien de facile puisque le film de Big John est un classique pour une grande majorité des amateurs de films d'horreur. Pourtant, le "jeune" réalisateur qui n'avait alors que deux longs métrages à son actif s'en était sorti avec...
Casper
Ah! Casper le gentil fantôme ! Un chouette petit dessin animé sans prétentions qui a bercé l’enfance de pas mal d’entre nous. La transposition en film ne paraissait pas devoir poser trop de problèmes au vu des possibilités offertes, mais on sait tous comment ça peut se terminer avec les adaptations sur grand écran… Un look très "Burtonnien" pour l'intérieur de la...
Milo sur Mars
Adapté d'un livre pour enfants de Berkeley Breathed , ce nouveau film du réalisateur de la sous-estimée Machine à explorer le temps version 2002 se présentait sous les meilleurs auspices: une histoire intéressante, un budget de 150.000.000$ pour la porter à l'écran, un réalisateur habitué à l'animation, le talent du studio de Robert Zemeckis ImageMovers Digital , et des acteurs sympathiques...
La Stratégie Ender
Adapté du formidable roman d' Orson Scott Card , la Stratégie Ender narre la trajectoire peu commune d'un apprenti soldat malmené par ses camarades : le jeune et surdoué Ender Wiggin, considéré comme une mauviette à cause de sa frêle constitution alors qu'il a, en réalité, du mal à refréner ses accès de violence. On pouvait craindre qu'une telle histoire, passée à la moulinette...