Voir la fiche complète du film : Sphère (Barry Levinson - 1998)

Sphère

Un gros film de SF qui n'a de "gros" que son budget et le flop qu'il réalisa à sa sortie. Pas désagréable mais trop de choses déjà vu et en mieux...
Publié le 7 Juillet 2014 par JulienVoir la fiche de Sphère
6
Sous-marin Extra-Terrestre

Le psychologue Norman Goodman (Dustin Hoffman) est conduit en hélicoptère au beau milieu de l’océan pacifique pour ce qu’il croit être un accident d’avion. Lorsqu’il arrive sur place, il constate qu’il n’y a non seulement aucune trace d’un accident d’avion quelconque mais que plusieurs navires de guerre sont présents sur le même site. Il est rapidement conduit auprès d’Harold C. Barnes (Peter Coyote), un militaire qui va le mettre au parfum : un vaisseau extra-terrestre vieux de 300 ans se trouve au fond de l’océan et il a constitué une équipe de scientifique d’après un rapport rédigé par Norman en cas de rencontre avec une forme de vie extra-terrestre : le mathématicien Harry Adams (Samuel L. Jackson), l’astro-physicien Ted Fielding (Liev Schreiber) et le Dr Elisabeth Halperin (Sharon Stone) spécialisée en biologie. Une équipe qui va descendre aux fonds des mers, pénétrer dans le vaisseau et découvrir une gigantesque sphère d’origine inconnue aux pouvoirs étranges…

Sphère est à l’origine un roman – pas mauvais du tout – de l’écrivain et auteur à succès Michael Crichton (Jurassic Park, La Variété Andromède, Le 13ième guerrier…). Le seul petit problème c’est que malgré le talent indéniable de Crichton et ses nombreuses références scientifiques, Sphère est un condensé de tout un tas de choses que l’on déjà lu et vu de trop nombreuses fois. Que l’on ne s’y trompe pas : le bouquin est plaisant et très agréable à lire. Mais pour le film, c’est une autre histoire…

Niveau scénario, pas de surprises particulières, le film s’attache à respecter le roman jusqu’à en reprendre les titres des chapitres (La Surface, Le Fond, Le Monstre, etc.). On retrouve les mêmes personnages, les mêmes noms et quelques petits ajustements (la relation entre Beth et Norman). Film oblige, tout est assez condensé et l’on a un peu (voire beaucoup) de mal à s’attacher à des personnages qui nous ont été trop sommairement (voire pas du tout ou trop tard) présentés. Mais Sphère cumule d’autres tares tout aussi préjudiciables.

Parlons du casting qui semble fichtrement vendeur sur l’affiche : le vétéran Dustin Hoffman, le solide Samuel L. Jackson et la versatile Sharon Stone. Sans parler de ce bon vieux Peter Coyote, de Liev Schreiber (les Scream) ou de l’improbable (et inutile) Queen Latifah. De bons acteurs au demeurant mais qui ne semblent pas avoir été dirigé dans aucun des scènes du film, chacun s’attachant à reprendre leurs tics ou jeu habituel sans effort particulier. Samuel Jackson nous refait son Peur Bleue (celui de Renny Harlin), Sharon Stone fronce les sourcils et joue les femmes mi-fortes/mi-fragiles… Quand à Dustin Hoffman, le pauvre bougre semble littéralement absent, se contentant de débiter son texte sans conviction, poussant un peu la gueulante lorsqu’on lui balance un peu trop d’eau dans les scènes « d’action » (on y reviendra) ou pleurant comme une madeleine dans son scaphandre tout seul au fond d’un bassin vide. Des acteurs « bankables » pour meubler un film au scénario convenu et à l’intrigue mollassonne ? On franchirait bien le pas…

Le réalisateur Barry Levinson n’est pas un tâcheron et rien que pour son fantastique Secret de la Pyramide (ok, on remonte à 1985) je ne peux lui jetter la pierre. Il a aussi fait Good Morning Vietnam, Rain Man, Toys, Harcèlement, Sleepers… et il n’a plus trop la côte en ce moment. Sur Sphère, Levinson fait son job honnêtement mais ne flattera pas votre rétine par sa mise en scène ou une photographie remarquable. En fait, ça sent la commande à plein nez et, à l’image des acteurs, Levinson place sa caméra où il peut, ne la fait pas trop bouger et n’a pas du faire plus d’une ou deux prises pour chaque scène et basta, emballer c’est peser.

On pourrait encore pinailler sur l’avance que le spectateur a constamment sur l’histoire et les protagonistes (même sans avoir lu le livre). Ou encore sur ces séquences d’action qui ne reposent que sur des explosions dans la station et des fuites d’eau que nos héros essaient de colmater comme s’ils avaient vécu toute leur vie dans une station à 300 m de profondeur (et qui débitent dans leurs dialogues tout le contraire sur leur inexpérience dans ce type d’environnement !). Ou encore sur l’avarice des producteurs ou du réalisateur quand il s’agit de nous montrer une créature (un calamar de 12 mètres de long ! chic ! ah mince, on ne verra qu’une grosse tâche sur un sonar cheapos).

Le film parvient à un climax archi-classique (tous les types capables de piloter la station ou les sous-marins sont morts, on a plus beaucoup d’air, comment allons nous remonter à la surface ?) et nous balance des longueurs sur la fin vraiment honteuses. La fin, parlons-en, était déjà décevante dans le bouquin (avis personnel bien sûr) mais dans le film, elle l'est bien plus encore avec des plans approximatifs de la Sphère et des images montés un peu n’importe comment des acteurs. Une fin expédiée assez décevante.

Sphère n’est pas si déplaisant à suivre mais on se demande quand même vraiment dans quoi sont passés les 75 millions de dollars de budget. Sans doute dans les cachets des trois têtes d’affiches et quand on voit le résultat…

En bref, Sphère est un beau pétard mouillé qui vaut le coup d’être vu si vous avez lu le roman et que vous êtes curieux de voir sa transposition au cinéma. Vous pouvez aussi être comme l’auteur de ces lignes simplement amateur de films avec station marine et monstres marins (type Leviathan, Mutant Aquatique en Liberté…) et assez indulgent pour lui pardonner certains écueils. Sinon, si vous n’êtes dans aucune de ces catégories, (re)voyez plutôt Abyss de James Cameron.

Autres critiques

Kingdom Come
Depuis le début du XXe siècle, la réputation et les conditions de vie au sein des hôpitaux psychiatriques ont évolué de telles manières à renvoyer une image apaisante de la maladie mentale. Des camisoles de contention aux camisoles chimiques, les apparences ont fait un bond en avant pour rendre acceptable les traitements et autres thérapies qui eux, se contentent de soigner les symptômes et...
Amityville : Darkforce
Depuis le second volet, la saga Amityville n’a plus grand-chose à offrir. Les suites se sont enchaînées et se sont révélées au mieux moyennes, au pire d’une infâme nullité. Le fait de voir arriver une septième itération relève donc plus de la gageure cinématographique que d’une nécessité à fournir une nouvelle pierre au mythe du 112 Ocean Avenue. La qualité déclinante, le manque...
Halloween
S’il y a un remake qui était attendu au tournant à sa sortie, c’était bien celui du cultissime HALLOWEEN de John Carpenter. Comme pour bon nombre de remakes, on se demandait en toute légitimité ce qui pouvait bien justifier une telle entreprise, le film de John Carpenter n’ayant pas trop pris de rides et son statut de classique du genre n’étant plus à remettre en jeu. Mais...
Mega Piranha
Les films "made in Asylum", c'est toujours quelque chose depuis que la firme s'est spécialisée dans les Mockbusters Nanards. Pour les néophytes, un mockbuster est une copie d'un film à gros budget (un Blockbuster donc) faite avec des moyens très limités. Par exemple, les Italiens ont pendant longtemps été des spécialistes de ce genre particulier, au même titre que les Turcs d'ailleurs. La...
Jupiter : Le destin de l'univers
Certains réalisateurs ne cessent de se partager entre une communauté d’inconditionnels et les détracteurs de tout poil. Aussi chaque sortie de films est l’occasion de susciter une polémique plus ou moins vive et justifiée. À la fois décriés et encensés, les Wachowski ont multiplié les échecs commerciaux et parfois critiques depuis la conclusion de leur trilogie Matrix . Quel que soit...