Voir la fiche complète du film : L'attaque du requin à cinq têtes (Nico De Leon - 2017)

L'attaque du requin à cinq têtes

Troisième opus de la saga Head Shark Attack qui confirme tout le mal que l’on en pense. Un requin aberrant et moche, une histoire qui tourne en rond, un casting qui prend l’eau, sans oublier un crétinisme de façade pas forcément assumé… Tous les ingrédients sont réunis pour un survival animalier inepte à tous les niveaux.
Publié le 8 Septembre 2018 par Dante_1984Voir la fiche de L'attaque du requin à cinq têtes
2
Requin

Aussi improbable que cela puisse paraître, L’attaque du requin à deux têtes, production méphitique s’il en est, semble avoir lancé une franchise inutile et idiote. À l’instar de Sharknado, cette coproduction SyFy/Asylum massacre le survival animalier dans les grandes largeurs. La bêtise du concept associé à des moyens (budgétaires et mentaux) restreints suffit à fournir des métrages d’une nullité sans fond. Avec ce troisième volet, on pourrait croire qu’il n’y a plus de place pour accueillir davantage de têtes voraces que le corps de l’animal puisse le supporter. La suite logique voudrait que l’on dispose de quatre et non de cinq appendices hideux. Les scénaristes préférèrent-ils sauter une étape ou ne savent-ils tout simplement pas compter au-delà de trois?

Une brochettes de six idiots pour un squale à quatre têtes : sacré équation !

En réalité, le titre et l’affiche sont mensongers, du moins pendant les trois quarts du film. Pour ceux et celles qui se demandent où est passé notre squale à quatre têtes, ledit requin est finalement présent dès le départ de la débâcle. Exception faite de la bêtise crasse du casting, il sera l’unique prédateur à l’écran. La tromperie sur la marchandise vise à l’affubler d’une cinquième tête sur sa nageoire. De quoi faire se retourner Darwin dans sa tombe... Bien que cette aberration anatomique puisse faire couler beaucoup d’encre sur la teneur du système digestif de l’animal, on ne s’attardera pas sur l’impossibilité biologique d’une pareille imbécillité.

Aligner les têtes les unes à côté des autres était suffisamment absurde, il faut croire que les initiateurs d’une telle chose ont essayé de prendre le problème à l’envers. Littéralement! Toujours est-il que cette cinquième tête se contente des restes que ses homologues veuillent bien lui laisser dans leur sillage. L’ensemble est suffisamment pathétique comme cela, le quatuor principal n’est jamais exploité à bon escient. Il n’y a pas quatre fois plus de victimes. Les démembrements sont sporadiques et moins nombreux que les faux raccords pour expédier à la va-vite chaque attaque. Le requin mord son encas avant que celui-ci touche l’eau au plan suivant. Un procédé récurrent qui ne peut être la seule faute d’un montage ignoble.

Et voilà le prof de maths...

Les trucages, eux, sont similaires au précédent opus. À savoir, des plans aquatiques potables, mais utilisés plusieurs fois pour tenter de rentabiliser au maximum l’investissement. Il ne manquait plus que des stocks-shots bas de gamme pour compléter le tableau! Les assauts du requin en dehors de son environnement naturel sont plus aléatoires. Outre une peau caoutchouteuse du plus mauvais effet, la raideur de ses mouvements fait peine à contempler. Quant aux morsures, les mâchoires claquent à tour de rôle sur des pixels de chair mal dégrossis. Bref, c’est fauché, mal fichu et sans réalisme aucun pour essayer de dédouaner l’existence même de cette espèce sortit d’une imagination dérangée.

En ce qui concerne l’intrigue, si tant est qu’on puisse l’appeler ainsi, on se contente d’effectuer des allers-retours en mer pour tenter de le capturer. Chaque excursion étant synonyme d’une ou de plusieurs victimes. L’équipe de chercheurs se montre plus stupide que les apparences puisqu’ils signent et persistent dans leur bêtise. Dès lors, l’histoire suit un cycle redondant où l’on prend un bateau pour traquer et, éventuellement, tuer la bestiole au bon vouloir des courants marins. Les dégâts collatéraux sont minimes et ne possèdent aucune justification. On retrouve également la maladresse d’un message pseudo-écologique sur la pollution des océans qui n’interpellera personne en de telles circonstances.

Qui veut jouer les appâts ?

Au final, L’attaque du requin à 5 têtes est le digne héritier d’étrons cinématographiques. Repoussant les limites d’un concept absurde et impossible, la première réalisation de Nico de Leon ne peut pas se targuer d’être divertissante tant le ton donné reste au premier degré. N’en déplaise à l’ignoble character design du requin, la vacuité des dialogues et la répétitivité des séquences finissent par lasser et agacer le spectateur. Même le principe des 5 têtes n’est pas maîtrisé. Le métrage préfère se focaliser sur une accroche trompeuse et peu scrupuleuse pour décontenancer le public encore un peu plus. Un survival animalier dont l’inutilité prévaut sur son ambiance complètement décérébrée.

A propos de l'auteur : Dante_1984

J'ai découvert le site en 2008 et j'ai été immédiatement séduit par l'opportunité de participer à la vie d'un site qui a pour objectif de faire vivre le cinéma de genre. J'ai commencé par ajouter des fiches. Puis, j'ai souhaité faire partager mes dernières découvertes en laissant des avis sur les films que je voyais.

Autres critiques

Total Recall : Mémoires Programmées
Le cinéma américain actuel est malade. C'est un fait, et il suffit de regarder les quelques sorties en salles pour s'en rendre compte. Bien souvent, ce sont les grands réalisateurs qui sortent de bons films, et encore, et parfois, il faut regarder dans les sorties en DVD pour voir quelques pépites du pays outre-Atlantique. Mais quels sont les symptômes de cette anémie cinématographique ? Le...
Masters of Horror 23 - Le Chat Noir
L'écrivain Edgar Poe tente, tant bien que mal, de subvenir aux besoins de son épouse, la jeune Virginia, gravement malade, en publiant ses poèmes et contes. Mais les ennuis s'accumulent suite à la présence toujours plus envahissante du chat du couple, Pluton. S'inspirant rarement de nouvelles ou de romans, la série Masters Of Horror faisait ici exception en adaptant, pour l'un des épisodes de la...
Infectés
Imaginer une fin du monde, c'est à la portée de tout le monde. Et d'ailleurs, dans le cinéma actuel, on en voit de toutes les sortes. Entre les comètes, les volcans, les tornades, les maladies, les invasions extraterrestres... on peut dire que le cinéma fantastique se lâche et trouve tout et surtout n'importe quoi pour faire peur aux spectateurs. Bien souvent ce genre de film est la proie à des...
Halloween 2
En 2007, Rob Zombie nous avait proposé sa vision du grand classique de John Carpenter , Halloween: La nuit des masques . L'exercice n'avait rien de facile puisque le film de Big John est un classique pour une grande majorité des amateurs de films d'horreur. Pourtant, le "jeune" réalisateur qui n'avait alors que deux longs métrages à son actif s'en était sorti avec...
Deadly Cargo
Qu’il s’agisse d’horreur ou de thriller, l’océan est un lieu particulièrement propice à développer des atmosphères oppressantes. Une vaste étendue d’eau confère un isolement similaire à des espaces restreints où s’épanouissent les huis clos. En cela, le sujet possède d’indéniables qualités retranscrites dans des productions telles que Calme blanc ou Un...

Sur Horreur.net