Voir la fiche complète du film : A Girl Walks Home Alone at Night (Ana Lily Amirpour - 2014)

A Girl Walks Home Alone at Night

De par son style très tranché, cette production, entièrement tournée en persan, séduira un public avide d'un cinéma plus sensoriel. Elle est également le rappel qu'il ne faut pas mettre son doigt dans la bouche d'une jeune fille, aussi mignonne soit-elle...
Publié le 26 Janvier 2018 par KinemaVoir la fiche de A Girl Walks Home Alone at Night
7
Vampire

Récompensée du Prix Kiehl's de la Révélation au Festival du cinéma américain de Deauville de 2014, Ana Lily Amirpour (The Bad Batch) tentait pourtant un pari risqué en donnant à son métrage des aires de film d’auteur sur fond de romance vampirique. Combinaison alléchante ou rebutante, au choix. Qu’importe, car la réalisation inspirée et le bon goût de sa narration méritent que l’on s’en fasse son propre avis.

Cette jeune réalisatrice nous livre ainsi un conte noir d’une élégance rare. Les plans contemplatifs se succèdent et viennent réveiller les sens du spectateur. Le risque de revenir au noir et blanc s’avère payant et s’accompagne, bien sûr, d’une bande-son silencieuse dont l’austérité est contrebalancée par des morceaux de pop rock judicieusement placés. Le rallongement des séquences et le jeu sur les lumières finissent par nous plonger dans une sorte d’apesanteur cinématographique. Cette réalisation très distinguée confère à A Girl Walks Home Alone At Night une poésie unique qui ravira les amateurs du genre.

A Girl Walks Home Alone at Night

Ana Lily Amirpour, jeune britannique d’origine iranienne, signe ici son premier long-métrage. Elle rend hommage à ses racines sans tomber dans des discours d’idéaux politiques n’ayant pas leur place dans une production fantastique. Le métrage, tourné entièrement en persan, nous expose une ville fantôme fictive. Située en Iran, Bad City est donc le terrain de chasse d’une fille, dans la fleur de l'âge, couverte d’un tchador. Justicière maudite, elle va punir les hommes les plus débauchés des environs. À la croisée entre un regard féministe et une dénonciation d’une réalité existante, A Girl Walks Home Alone At Night reste prudent dans son propos et conserve une certaine légèreté grâce au lyrisme de son scénario.

A Girl Walks Home Alone at Night

Évidemment la romance entre un humain et un vampire reste un sujet casse-gueule. Dans ce cas-ci, disons que le thème est maîtrisé, la jeune vampire garde l’image d’une créature dangereuse qui tue - et en garde pour le goûter - de sang-froid. L’ambiguïté de cette relation interdite et contre nature fait que les enjeux apparaissent encore plus essentiels au spectateur. D’autant plus que la complexité du personnage oscille entre cruauté et légitimité.

Véritable mélange des genres, A Girl Walks Home Alone At Night a tout pour plaire. On peut éventuellement regretter un synopsis minimaliste et un twist félin un peu trop téléphoné, ces bémols étant cependant négligeables. Et pour le petit clin d’œil, on citera la référence faite à Dracula par l’intermédiaire d’une fête d’Halloween.

A Girl Walks Home Alone at Night

La réussite du film est également le fruit du travail de son duo d’acteurs. Sheila Vand - ressemblant d’ailleurs étrangement à la réalisatrice - y interprète cette mystérieuse piétonne nocturne, elle partage l’affiche avec Arash Marandi jouant le héros masculin. On soulignera, de plus, la présence de Marshall Manesh connu pour son rôle récurrent de Ranjit dans la sitcom How I Met Your Mother.

Grâce à la virtuosité de sa réalisation et à l’empathie qu’inspirent ses personnages, A Girl Walks Home Alone At Night est un métrage qui nous rappelle que le cinéma est avant tout une expérience sensorielle. Il ne sera pas digéré par tous de par son style très marqué. Mais en ces lieux, il acquiert le statut de bon cru, à consommer sans modération.

Autres critiques

Le Fils du Mask
Réaliser une suite au Mask de Chuck Russell ? Diantre, que voilà un pari culotté ! Il faut dire que le film original n'appelait pas franchement à une séquelle et que les risques de tomber dans le ridicule ou le grotesque étaient nombreux. Si Chuck Russell était parvenu à évoluer sur le fil du rasoir, toujours sur la corde raide entre cartoon et réalité, pour livrer au final un très bon...
Elfen lied
Lucy, une jeune fille aux pouvoirs télékinétiques effrayants, s'échappe d'un laboratoire où elle subissait de terribles expériences. Elle échoue sur une plage et se retrouve recueillie par Kota et Yuka, deux amis d’enfance qui viennent d'emménager dans une ancienne auberge. Lucy semble ne se souvenir de rien. Pourtant, Kurama, responsable des recherches, dépêche une équipe des...
No Dormirás
Huit ans après un premier long métrage remarqué pour son côté novateur ( The Silent House , constitué d’un long plan-séquence d’1h20, qui a eu droit à son remake US), le réalisateur uruguayen Gustavo Hernández replonge dans le cinéma de genre avec No Dormirás, un thriller bien plus psychologique que ce que laissait présager son accroche et son concept de base. La circonspection (x2)...
Slender Man
Considéré comme une légende urbaine montée de toute pièce pour une diffusion virale sur le web, Slender Man est un personnage aussi inquiétant que passionnant. La silhouette humaine élancée, d‘où son patronyme, l’absence de visage renvoyant à un anonymat dans sa forme la plus stricte... Ces caractéristiques sont ancrées dans l’imaginaire collectif sous des noms et des mythes...
Krampus Unleashed
Dans la catégorie des films d’horreur de Noël, on distingue plusieurs types de productions. Celles qui démystifient l’image symbolique du père Noël. Les métrages qui usent du contexte de manière plus ou moins abusive. Et enfin ceux qui explorent la face cachée de cette fête, en mettant souvent sur le devant de la scène des antithèses du père Noël, comme le Grinch, Saint-Nicolas ou...